Héritiers du makoa loa

Guilde jeu de rôle trolle - World of Warcraft - Serveur EU-Kirin Tor
 
AccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La bénédiction des esprits de la jungle

Aller en bas 
AuteurMessage
Salajin

avatar

Rôle : Guerrier

MessageSujet: La bénédiction des esprits de la jungle   Mer 27 Juin 2018 - 13:33


Après les derniers hommages rendus à Zen’khan par l’ensemble des trolls venus en Strangleronce, le ramener à sa terre natale, Jum’sha leur reparla de sa volonté d’aller rencontrer les loas scalp-rouge, à savoir Mahamba, Tsul’Kalu et bien évidement Pogeyan. S’il voulait pouvoir retrouver ses dons de parle-loa il lui fallait repasser sous le regard des trois esprits incarnés et obtenir leur bénédiction.

Mahamba, esprit de l’eau.

Mahamba fut le premier loa choisi par Jum’sha. S’incarnant dans un crocilisque, il réside dans le lac Nazfériti, luttant depuis ces eaux troubles contre l'expansion du campement de la Kapitalrisk. Afin de s’y rendre sans trop de soucis s'ils croisaient d'autres trolls, Acrae et Sala’jin s'appliquèrent des pigments rouges dans les crins et se parèrent de sorte à ressembler autant que possible en Scalp-rouge, troquant leur tenue habituelle par des vêtements et armes plus en lien avec la tribu de Jum’sha et d’Igazi. Ils furent aussi rejoints par une jeune trollesse nommée Hina’lys, venant d’Un’Goro, cherchant son frère et son cousin récemment envoyés en mission dans Strangleronce à la rencontre des tribus locales.

Jum’sha, Igazi, Acrae, Hina’lys et Sala’jin partirent en direction du lac mais furent obligés de longer le centre d'opération pétrolier et scierie gobelins. Profitant de la nuit, ils avancèrent le plus silencieusement possible afin de ne pas se faire repérer par les différents gardes et patrouilles. Malgré tout, des gobelins finirent par s'apercevoir de leurs mouvements et donnèrent l’alarme. La course poursuite fut brève, et seuls trois courageux gardes gobelins parvinrent à les rejoindre alors qu’ils pensaient les avoir distancés.

Le combat s’engagea et les gobelins profitèrent de leur petite taille afin frapper les jambes et genoux d’Igazi et Sala’jin. Les trolls répliquèrent sans ménagement, et forcèrent les deux gobelins armés de boucliers à reculer vers leur acolyte tireur. Le combat tourna rapidement court pour ces gardes de la KapitalRisk et le dernier tenta de supplier les trolls de ne pas l’achever… propos qui fut écourté quand la hache tomba sur le crâne de celui-ci. Difficile de convaincre un troll alors qu’il voit ses eaux polluées et l’environnement dans lequel il a toujours vécu saccagé par les abattages et exploitations gobelines.

Les gobelins écartés, le groupe put atteindre les rives où Mahamba a l’habitude de séjourner. Ce furent les regards perçant de Sala’jin et Hina’lys qui trouvèrent en premier l’imposant crocilisque. Acrae et Igazi se positionnèrent plus en retrait afin de surveiller leurs arrières pendant que Sala’jin et Hina’lys se placèrent non loin des berges afin de s’assurer que les environs sur la rivière et le lac soient sécurisés. Jum’sha put enfin s’approcher du loa afin de lui tendre le tiki qu'il souhaitait infuser du pouvoir du loa.

Le loa crocilisque géant émergea lentement des eaux, comme un immense tronc d'arbre de dizaine de mètres flottant à la surface, afin d’observer le scalp-rouge s'avançant et s'enfonçant dans le lac jusqu'aux cuisses. Plus grand et intelligent que tous ces congénères, Mahamba concentra son attention sur Jum’sha, tandis que les autres trolls retenaient leur souffle, silencieux. Il n'aurait fallu qu'un vif bond en avant dans l'eau à la créature pour engloutir le féticheur.

Pendant un long moment Mahamba ne parut pas bouger, puis brusquement sa gueule s’ouvrit afin d’avaler le tiki flottant vers elle ! Sous la brusquerie du mouvement, Hina’lys ne parvient pas à retenir un cri de surprise et Sala’jin vint rapidement la rassurer. De son côté, Acrae était en alerte : l'agitation près du lac avait attiré l'attention d'ombres écarlates dissimulées dans la végétation, visiblement nerveuses du comportement du loa des eaux incarné. La Sombrelance décida de ne pas les provoquer et resta aux aguets à observer s'ils avançaient ou non.

Mais Mahamba finit par régurgiter le tiki de bois peint, et replongea sous l’eau, Jum’sha visiblement accepté comme détenteur d'un infime fragment de son pouvoir.

Tous furent soulagés de voir Jum’sha revenir entier avec la bénédiction de Mahamba, cependant Acrae les prévient immédiatement des présences qu'elle avait aperçu et qui les avait observer avant de s'éloigner. Il faudrait donc être vigilants : leur présence dans la jungle était maintenant connue des tribus locales et il ne serait peut-être pas aussi aisé d'approcher les autres sites sacrés tanières des deux loas restants.

Le retour à Bambala se fit en passant par un autre passage, plus long, afin d’éviter de repasser par le camp gobelin, à présent en alerte.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salajin

avatar

Rôle : Guerrier

MessageSujet: Re: La bénédiction des esprits de la jungle   Jeu 28 Juin 2018 - 16:06

Tsul’Kalu, l’esprit de la terre

Après l’eau, la terre. Jum’sha repartit dès le lendemain avec Acrae, Hina’lys et Sala’jin en direction du territoire de Tsul’Kalu. Cet esprit incarné dans le corps d’un gigantesque gorille blanc réside au-delà du lac Nazfériti, non loin de Zul’Kunda et donc du territoire Scalp-rouge. Toujours déguisé en Scalps-rouges, ils choisirent une nouvelle route afin d’éviter soigneusement les gobelins, empruntant d’anciens chemins trolls.

Le trajet débuta sans encombre, les ponts bien que fragilisés par le temps et le manque d’entretien furent traversés sans peine. Le seul incident fut un serpent anthracite qui tomba d’un arbre droit sur l’épaule d’Hina’lys. Sala’jin parvint à saisir le serpent qui allait mordre la trollesse au cou et le jeta plus loin… mais sa prise rapide n'était pas assez proche de la tête du raptil et il se fit mordre à la place. Heureusement, la morsure partielle et les soins prodigués juste après par Hina'lys eurent pour effet d’atténuer le poison. La petite quantité restante serait, normalement, évacuée par le corps et la capacité de régénération des trolls.


Lorsqu’ils arrivèrent dans le vallon abritant les nids de gorille, les recherches du loa Tsul’Kula commencèrent et furent rapidement fructueuses. À l’image de Mahamba, Tsul’Kula s’avéra lui aussi gigantesque, et son pelage fut blanc facilement identifiable dans la jungle, il fut facilement trouvé.

Comme la veille, certains se mirent en surveillance. Hina'lys et Sala’jin se positionnèrent dans les fourrés non loin de Jum’sha qui irait seul rencontrer le loa, tandis qu'Acrae, dissimulée dans des fougères, l'observait avancer vers le gorille de la taille d'un arbre. Le scalp-rouge s’approcha lentement du gorille blanc, évitant soigneusement de le fixer du regard, puis arrivé suffisamment proche il tendit son tiki. Tsul’Kalu tendit son imposante main vers Jum’sha et récupéra l’objet afin de l’observer avec la curiosité naturelle des gorilles.

Pendant ce temps, Sala’jin repéra un groupe de cinq trolls aux cheveux bleu foncé qu’il identifia immédiatement comme appartenant à la tribu des Casses-Crânes, donc rivaux des Scalps-rouges et dangereux. Ils repérèrent rapidement Jum’sha, seul troll à découvert au coté du loa. Sala’jin et Acrae furent rapidement d’accord sur le fait qu’il fallait évidement protéger Jum’sha, mais aussi s’assurer que le combat soit le plus éloigné possible du loa afin de ne pas perturbé ou énervé ce dernier.

Trois trolls commencèrent à s’approcher alors que deux autres restèrent plus en hauteur. Laissant Acrae et Hina’lys en embuscade, le gurubashi se mit à découvert sans intention hostile évidente, attirant immédiatement deux trolls vers lui, laissant un dernier ramper vers Jum’sha, de son coté Acrae mit en joue le Casse-Crâne rampant prenant le temps de viser. Les deux guerriers s’approchèrent de Sala’jin, un rictus malsain bien visible devant leur surnombre. Le combat débuta quand la Sombrelance décocha sa flèche qui tua sur le coup la cible en lui traversant le crâne. Sala’jin lui bondit en avant, espérant prendre par surprise le premier des trolls qui l'approchait, son coup manqua et fut raillé par le Casse-Crâne. Changeant de stratégie, il resta sur la défensive. L’ouverture qu’il attendit ne se fit pas attendre et quand le troll leva son arme pour le frapper, Sala’jin frappa droit à la gorge, laissant le troll s’effondrer sur le sol.

Les deux trolls restants coururent aider le survivant, l’un d’eux partit en direction de Jum’sha, pendant que l’autre se dirigea vers Acrae et Sala’jin. Contre toute attente, se fut Hina’lys qui se précipita pour intercepter le guerrier avant qu’il n’arrive sur le féticheur en communion avec Tsul'Kalu. Si elle parvint à le faucher avant qu’il n’arrive, il la renversa sans peine et se prépara à lui fracasser le crâne de sa hache. Elle dut sa survie à l’intervention du loa Tsul’Kalu qui, agacé par l'agitation proche, se saisit du Casse-Crane et le broya d’une main avant d'envoyer son corps fracassé contre un arbre proche.

Sala’jin de son coté acheva le second guerrier d’un coup de hache, voyant cela, le dernier du groupe préféra fuir le combat. Il fut rapidement rattrapé et exécuté par le Gurubashi, non seulement il avait voulu tuer Jum’sha en pleine transe rituelle avec un loa, mais en plus il risquait de revenir plus tard avec des renforts, les supplications de la part du jeune troll furent donc vaines.

Jum’sha se vit remettre son tiki des mains du loa, celui-ci aillant accepter de lui accorder sa bénédiction. Soulagés d’avoir éviter le pire et contents d’apprendre qu’un second loa venait d’accepter Jum, ils purent se remettre en route pour Bambala.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salajin

avatar

Rôle : Guerrier

MessageSujet: Re: La bénédiction des esprits de la jungle   Sam 30 Juin 2018 - 14:52

Récupération Scalp-rouge.

Au moment où ils allaient se remettre en route pour Bambala, Jum’sha se figea et porta la main à son cou. Il en retira une fléchette ornée de plumes rouges que lui et Igazi purent reconnaître sans peine car typiques de celle qu’utilisent les Scalp-rouges.

- Courrez !

Sala’jin récupéra Jum’sha qui commençait à faiblir sous l’effet d’un poison potentiel et partit en courant suivi par Acrae et Hina’Lys alors que derrière eux un groupe de chasseurs scalp-rouge sortit des cachettes. Au vu de l’attaque, ils avaient vu clair dans leur tentative de déguisement et n’avaient pas donc pas hésité à attaquer.

Jum’sha de plus en plus groggy par le poison paralysant de la fléchette les supplia de le laisser sur place, leur assurant que les Scalp-rouges ne lui feraient pas de mal. Sala’jin prit quelques instants pour réfléchir très sérieusement à la question, pesant le pour et le contre alors qu’Acrae refusa tout net : on ne laisserait personne derrière !

Et s’il fallait une autre raison pour convaincre le Gurubashi, ce fut un lancé de pierre sur Acrae tandis qu'un javelot lui tranpersa dans la jambe. Hina’lys parvient à soigner suffisamment la jambe pour que Sala’jin puisse hisser sur son dos Jum’sha qui sombra dans une léthargie totale. Acrae fut soutenue par Hinal'ys afin de fuir au plus vite.

Pendant un temps, ils purent mettre un tant soit peu de distance avec le groupe de guerriers. Sala’jin, ouvrant la marche, commença à montrer des signes de fatigue dans cette course pour leurs vies, boitant de plus en plus sur sa jambe blessée. Lorsqu’ils arrivèrent sur l'un des derniers ponts les séparant de Bambala, les Scalp-rouges les avaient presque rejoints.

Puisant dans ses réserves, se fustigeant mentalement et refusant tout simplement de leur laisser prendre leur compagnon, il s’engagea vaille que vaille sur le pont. Malheureusement, le pont instable, chahuté par leur passage précipité, et ses appuis précaires lui firent perdre l’équilibre et Jum’sha tomba à l’eau. Certains Scalp-rouges et lui-même se jetèrent dans le fleuve afin de récupérer le troll qui allait sombrer à pic, à présent complètement inconscient.

Acrae ébranlée et blessée à la tête, se débattit pour rejoindre Jum'sha et Sala'jin à la flotte, mais fut emmenée de force en sécurité de l’autre côté du pont par Hina’lys : ils échoueraient s'ils devaient secourir deux personnes à la fois, elle allait être un poids de plus à maintenir à la surface de l'eau. Hinal'ys tenta d’en appeler à la force de l’eau, via son compagnon élémentaire aquatique, Aqua Viva, mais les puissants courants et la volonté des loas locaux s'y opposèrent, entrainant malgré elle le corps inerte de Jum'sha vers les Scalp-rouges.

La bataille dans l’eau fut brève mais intense. Sala’jin parvint à rattraper Jum'sha et tenta de repousser plusieurs Scalp-rouges sans succès. Bientôt, les remous finirent par attirer les crocilisques oppotunistes. Il tenta bien d’appeler à l’aide Mahamba, l’esprit de l’eau, mais n’étant pas parle-loa, ni Scalp-rouge, se fut sans réponse.

Sala’jin perdit Jum'sha qui lui fut enlevé des bras par les forces combinées des Scalp-rouges dans l'eau et ceux de la rive qui les aidèrent à revenir vers la terre. Sala'jin parvient à regagner la rive opposée mais sans Jum’sha, à bout de souffle et de force.

C’est déchirées que les deux trollesses constatèrent la récupération de Jum’sha par les Scalp-rouges qui l'emportèrent rapidement hors de vue dans les méandres de la jungle de l'autre côté du fleuve.

--------------------------------

Sala’jin remonta les berges vers Acrae et Hina’lys, mais sous l’effet de la fatigue et de la tension, Acrae et lui-même ne purent se mettre d’accord calmement sur la meilleure manière de faire. Elle voulait rester ici à attendre le retour de Jum'sha, lui préférant retourner à Bambala afin de se reposer et se soigner dans les meilleures conditions possibles. L’argumentation finit par un échange de coups et se fut après une lèvre fendue pour Sala’jin et un nez cassé pour Acrae que la trollesse se détourna vivement pour se diriger nerveusement vers Bambala, sous le regard soucieux d'Hina'lys. L’un et l’autre suffisamment à bout de nerfs pour éviter toute "discussion" supplémentaire.


Dernière édition par Salajin le Lun 2 Juil 2018 - 15:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salajin

avatar

Rôle : Guerrier

MessageSujet: Re: La bénédiction des esprits de la jungle   Dim 1 Juil 2018 - 23:40

Négociation à la Scalp-rouge

Le lendemain, si les blessures et la fatigue physique avaient en effet quasiment disparu, le moral quant à lui restait sous le choc de la veille. Jum’sha était bel et bien détenu par son ancienne tribu et au vu de leur méthode de récupération, l’inquiétude parmi les trolls était de mise.

Sala’jin retrouva Acrae et Igazi assez tendues, toutes les deux en pleine discussion sur ce qu’il fallait faire. À la surprise du troll, la nuit avait assagie Acrae, qui décréta vouloir attendre au moins trois jours avant d'entreprendre une incursion en territoire scalp-rouge, alors qu’Igazi voulait aller le chercher à Zul’Kunda sans délai.

Puisque Jum'sha avait été le seul visé par une fléchette paralysante, c'est qu'il avait été reconnu par ses anciens camarades. La Sombrelance savait qu'il avait été condamné à mort pour un crime sous le règne de son ancien chef, Gan'zulah, des années auparavant, ce qui l'avait contraint à fuir, mais elle espérait que le passage du temps et la présence d'un nouveau chef, pourrait avoir apaisé les tensions et permettrait à Jum'sha de s'expliquer et revoir sa famille qui lui manquait terriblement. Après tout, les Scalp-rouge de la veille n'avaient pas visé Jum'sha pour le tuer, seulement pour le neutraliser. Ils n'avaient eu aucune pitié pour Sala'jin ou Acrae qui avaient écopé de lancers de pierre et de javelot, mais ils avaient soigneusement évité que les projectiles n'atteignent Jum'sha, ce qui paraissait être de bon augure.

Igazi insista pour aller le chercher et le ton monta quand Acrae fit remarquer à la soeur de Jum'sha son absence notable de la veille, lorsqu'il avait besoin d'aide qu'elle n'avait pas apporté. Sala'jin haussa à son tour la voix pour calmer les esprits des deux trollesses qui s'enflammaient. Finalement, ils n'eurent pas le temps d'en débattre longtemps, car le choix s'imposa à eux. Une pierre avec un message enroulé autour avait été projeté à quelques mètres d'eux depuis la lisière de la jungle : les Scalp-rouges les « conviaient » à Zul’Kunda sans quoi Jum’sha serait exécuté.

Acrae, Igazi et Sala’jin partirent sur le champ, la Sombrelance récupéra au passage des bâtons de feu rouge gobelin que le Gurubashi reconnut sans peine comme étant de la dynamite. Pouvant difficilement la convaincre de laisser ça au village et potentiellement utile en cas de nécessité, il laissa les explosifs à Acrae. Le trajet jusqu’à Zul’Kunda fut presque trop tranquille, et quand ils arrivèrent à la cité, les Scalp-rouge les attendaient.

Après quelques instant, un troll arborant des parures dignes d’un chef et escorté par plusieurs guerriers s'avança vers eux. D’un geste il fit signe à ceux qui l’accompagnaient de rester légèrement en retrait, il s'approcha seul des trois trolls. A chacun d’eux il demanda leur nom, Igazi tenta de donner un faux nom, mais il ne fut pas dupe et elle finit par donner le vrai, ce qui le surprit car elle était portée disparue depuis sa plus tendre enfance.

Quand il posa la question à Sala’jin, celui-ci au vu de ses origines gurubashi préféra ne pas dire ni son vrai nom ni sa véritable tribu, se présentant donc comme venant de la tribu Sombrelance. Une nouvelle fois, le mensonge ne prit pas et il récolta un coup de poing droit dans le ventre avant que le chef Scalp-rouge ne passe à Acrae. La Sombrelance suffisamment énervée par la situation lui demanda quel était l’intérêt de toutes ces politesses et demanda qu'il en vienne au fait : qu'attendait-il d'eux, et comment pouvaient-ils aider Jum’sha ? Au lieu de répondre, le chef Scap-rouge leva un bras en intimant la Sombrelance à se présenter, prêt à donner signe à ses guerriers de les tuer sur le champ si elle n'obéissait pas. Ravalant sa rage, la chasseresse obtempéra.

Visiblement satisfait de les savoir sous son contrôle tout puissant, le chef scalp-rouge les nomma chacun par leurs vrais noms et tribus respectives devant ses guerriers Scalp-rouge présents et leur ordonna de laisser tomber à terre toutes leurs armes, y compris les bâtons de feu rouge, et de le suivre sans quoi le traître serait exécuté.

Ils traversèrent une partie de la cité sous le regard des habitants scalp-rouges les dévisageant, pour arriver en rebord de la cité, face à l’océan. Attaché à un arbre par des chaînes, il virent enfin Jum’sha, battu et inconscient au vu blessures, mais vivant.

Le chef consentit enfin à leur expliquer la raison de leur présence ici. Jum’sha étant considéré comme un traître suite à ses aveux concernant l’assassinat de plusieurs des ses amis Scalp-rouges des années avant, il serait tout simplement exécuté pour son crime à l'encontre des siens... à moins d'être disculpé.

Igazi parla pour expliquer qu’il n'en était rien. Jum’sha avait toujours été innocent, Elle ajouta être en partie la responsable de ce carnage, car pendant toutes ces années passées, elle avait été capturée, endoctrinée et entrainée des Atal’ai, et avait participé à des raids et attaques contre ses semblables pour la gloire d'Hakkar. Elle précisa que ce terrible jour-là, elle avait vu Jum'sha s'enfuir de l'embuscade et ainsi éviter la mort, et qu'il s'était probablement accusé lui-même des meurtres pour se laver de la honte de sa lâcheté et des morts qu'il se sentait en partie responsable d'avoir abandonné à leur funeste destin.

Sala'jin parla ensuite pour convaincre le chef scalp-rouge de la rédemption de la trollesse. Lui-même, en tant que Gurubashi, vouait une haine éternelle aux adorateurs du dieu sanglant, mais Igazi était victime dans cette histoire, arrachée à sa tribu et convertie malgré elle au culte de l’Écorcheur. Depuis, avec l'aide de son frère et d'autres trolls, elle s'était émancipée et tentait de racheter ses crimes passés. Elle n'était pas entièrement responsable des meurtres commis alors qu'elle se trouvait sous l'influence de chefs atal'ai fous. Sala'jin parla de Knal'jin, le gourou à qui Igazi était auparavant soumise : il était le vrai coupable des assassinats, et les Scalp-rouges lui avaient fait payer ses crimes quelques semaines auparavant. La vengeance des Scalp-rouges était déjà accomplie.

Apprenant cela le chef scalp-rouge médita et leur laissa le choix. Sa tribu était toujours convaincu de la culpabilité de Jum'sha qui avait avoué lui-même les meurtres. Sa tribu exigeait toujours vengeance pour le sang versé. Soit Igazi se livrait et s'assumait coupable à la place de Jum'sha et périrait à sa place, soit il laissait le loa félin Pogeyan juger de l’innocence réelle du troll ou non. Si le loa inquisiteur jugeait Jum'sha coupable de quelle que proportion que ce soit dans cette affaire, il le dévorerait dans des flammes mystiques qui incendieraient son âme pour qu'il ne trouve jamais nul repos.

Bien qu'Acrae regarda en direction de la soeur de Jum'sha, Sala'jin et Igazi firent le choix de laisser le destin du troll entre les mains du loa Pogeyan. Espérant ainsi montrer aux yeux de sa tribu, qu'il était toujours digne de la bénédiction et de la protection des loas locaux, afin qu'il puisse enfin revenir chez lui voir sa famille en troll libre et innocenté. Néanmoins ce dernier point fut immédiatement balayé par le chef scalp-rgoue qui leur affirma que même si Jum'sha était absout par Pogeyan, il ne l'autoriserait pas à revenir dans sa tribu, fait qui étonna largement Sala’jin et qui finit d'enrager Acrae qui se détourna en pleurant. Sala'jin s'élança promptement à la suite de la Sombrelance, craignant une réaction destructrice incontrôlable de sa part.

Ne pouvant assister au procès-rituel, ils durent rentrer à Bambala, devant attendre le retour, ou non, de Jum’sha.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jum'Sha

avatar

Rôle : Prêtre de Pogeyan / Partisan

MessageSujet: Re: La bénédiction des esprits de la jungle   Mer 11 Juil 2018 - 13:53

Immédiatement après le départ de ses amis, la famille du condamné vint le voir. Il avait reconnu ses parents : Gea'me et Wubenash. Les deux trolls mûrs étaient accompagnés par deux autres à peine adultes ou encore en devenir. Jum'sha les connaissait, sa jeune soeur et son jeune frère sont nés avant son départ. Lirizri et Tzelkuk restaient en retrait, ils n'ont jamais partagé beaucoup avec leur aîné.
"Tu soutiens toujours être l'auteur de ce massacre même après que Gan'zulah il est mort?" Le ton de Wubenash était incrédule. "J'ai élevé des enfants et des animaux, je sais reconnaitre un tueur parmis eux, tu n'en es pas un.
- Ses amis m'ont confirmés qu'il n'a rien fait, qu'il s'est déclaré coupable. Selon eux parce qu'il était honteux. Il désirait simplement couvrir l'un des tueurs." Bhekumbuso, le chef Scalp-rouge partagea sa conversation avec les Héritiers aux parents de Jum'sha sans nommer Igazi.

"C'est idiot et stupide. Pourquoi voudrait-on couvrir un atal'ai? Le frère a dû être manipulé ou alors il est simplement irrécupérable." Le ton du cadet Tzelkuk était dur. Probablement avait-il eu honte de son aîné.
"Il connaissait son agresseur. Réfléchis un peu. Qui donc a été enlevée par les Atal'ai jeune et que Jum'sha pourrait couvrir malgré tout?" Lirizri était perspicace, elle a prit la place de Jum'sha auprès du féticheur qui le formait. "Ca devait être Igazi."
Bhekumbuso fixa Lirizri, la maudissant d'avoir prononcé le nom de la fille disparue et de l'accuser d'avoir été Atal'ai. Il s’approcha d'elle et lui dit d'un ton impérieux. "Garde donc ça pour toi. Ca vaut pour vous tous, Igazi est innocente, ça a été décidé pour lui sauver la vie. Gea'me, Wubenash, votre fille est en vie et elle est entre de bonnes mains. Elle s'est confessée sur le massacre mais les autres trolls ont refusés de la livrer tout de même. Vous savez aussi bien que moi que je n'peux pas le laisser partir comme si de rien n'était, chef ou pas. Ils attendent que je punisse la traîtrise et si je laisse passer ça, c'est que je ne protège personne. Il passera devant Pogeyan, j'ai dis." D'un geste de la main il ordonna aux trolls de laisser le condamné à sa solitude, les accompagnant. "Personne ne vous empêchera d'aller jusqu'à Bambala pour revoir vos enfants."

~~~~~~~~~~

Le lendemain, Jum'sha était réveillé par une paire de gifle, les parents de Yavo et d'Ugoki étaient là pour l'emmener à la tanière de Pogeyan. Ils ne lui adressèrent pas une seule parole. Le troll avec les pieds et les poings liés, il était traîné par une corde sur le sol. Lorsqu'ils passaient par le village de Zul'Kunda la majorité des Trolls qui n'étaient pas touchés par le deuil saluèrent Jum'sha. Bhekumbuso sorti de la foule pour détacher les liens des chevilles de Jum'sha et le releva "Un peu de dignité, si Pogeyan le juge innocent vous aurez malmené ce troll pour rien.
-Pogeyan va le rôtir, il paiera pour la mort de nos fils!"

~~~~~~~~~~

Il fut jeté depuis un appic rocheux au dessus de la tanière du loa cougar. Jum'sha s'écrasa lourdement en contrebas, de multiples roches coupantes lui firent des entailles sur les bras et le dos. Son regard se tourna vers la caverne. Les yeux brillants du loa s'ouvrirent et ce dernier sorti pour faire face au Troll condamné. L'échange fut silencieux, Jum'sha observait son loa avec appréhension, ce dernier avait un tempérament flamboyant. Le loa incarné fit le tour du condamné, rôdant autour comme autour d'une proie acculée. Les secondes devinrent des minutes... Un troll à crête rouge fit descendre les affaires du féticheur au bout d'une corde, ce qui tranchait avec la tradition du jugement de Pogeyan. Lentement Jum'sha adressa un signe de tête en remerciement à Bhekumbuso qui repartit dans son village, ensuite Jum'sha se dirigea vers son tiki à reculons, sans quitter le loa du regard. Quand sa main se posa sur le morceau de bois taillé il le lui présenta. De nouvelles minutes s'écoulèrent et enfin Pogeyan se détourna pour retourner dans sa tanière. Jum'sha était libre enfin.

Le retour à Bambala n'était pas long. Jum'sha était exténué et ses muscles endoloris, mais il était poussé par l'envie de retrouver ses amis et par la nouvelle force qui le liait à nouveau à ses loas. Ils pouvaient enfin rentrer chez eux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La bénédiction des esprits de la jungle   

Revenir en haut Aller en bas
 
La bénédiction des esprits de la jungle
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 30 avril 1454 : Sermon et Bénédiction du Conseil de Flandres
» habbogOLD visé par des esprits malins?
» La guerre des Esprits
» reflexion sur la bénédiction des prêtre
» bénédiction de l'homme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Héritiers du makoa loa :: Vies de trolls :: Histoires autour du feu-
Sauter vers: