Héritiers du makoa loa

Guilde jeu de rôle trolle - World of Warcraft - Serveur EU-Kirin Tor
 
AccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Danse avec les ombres

Aller en bas 
AuteurMessage
Wa'ai
Admin
avatar

Localisation : Hutte des Tarides
Rôle : Grande prêtresse du makoa loa

MessageSujet: Danse avec les ombres   Mer 21 Nov 2018 - 18:28


Igazi considérait qu'il était temps de revenir sur une menace que les Héritiers pensaient écartée mais à laquelle chacun des deux groupes avait été confronté durant le temps de séparation. Rassemblés à l'auberge à l'écart de Dazar'alor, la mise en commun des rencontres désagréables du groupe des Tarides et de celui de Pandarie aboutit à la conclusion qu'il fallait se renseigner concernant le sombre culte et les partisans de leur ancien adversaire, tué plus tôt cette année : Ukwe'khan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoires-trolles.forumactif.com
Sala'jin

avatar

Rôle : Guerrier

MessageSujet: Re: Danse avec les ombres   Lun 26 Nov 2018 - 17:00

Inutile de le nier, la fin de soirée aura été agitée !

Depuis les informations récoltées par Ta’ka concernant le réseau local du culte vénérant Fènwa, la Grande Ombre, ils sont tous sur les nerfs et le résultat de la soirée en est sûrement une des conséquences directes. Il y a quelques mois Ukwe'khan et Zul'soba, deux trolls appartenant à ce culte, ont été tués par les Héritiers après qu'ils eurent révélé avoir manipulé et relevé leur ami Zen'khan en usant de sombre vaudou. L'épée de Ukwe'khan est apparemment entre les mains des partisans restants de ce culte et ils ont visiblement juré de se venger en prenant pour cible spécifiquement Igazi et Hina’lys pour un de leurs rituels.

Difficile de comprendre pourquoi elles en particulier alors que Wa'ai, Sala'jin, Jilanthy, Acrae et Jum'sha ont également participé à mettre hors d'état de nuire Ukwe'khan et son fils, mais les Héritiers optèrent pour une surveillance accrue autour des deux trollesses, dont une Hina'lys ne comprenant tout simplement pas pourquoi elle est ciblée. Igazi se braqua aussitôt quand ils décidèrent qu’ils allaient devoir rester en permanence près d'elle pour son bien et qu'elle devait rester tout le temps à portée de vue. Ta'ka prévint évidement les autorités zandalari de la menace planant sur eux à cause de ce culte déviant, mais pour le moment la situation est toujours sous tension.

Le gurubashi s’installe aussi confortablement qu’il peut afin de se reposer un peu compte tenu de ce qu’il se passe depuis qu’ils sont arrivés, épée et bouclier à portée de main. Un peu plus loin il entend vaguement les voix de Ta’ka et d’une autre zandalari, au moins celle-là n’a pas l'air aussi louche que le précédent troll. Il sait qu’Hina’lys tente de se reposer, sans aide d’alcool, qu’Igazi doit rôder comme une âme furieuse.

*************

Plus tôt dans la soirée, un troll masqué est venu les voir, et très rapidement les choses n’ont pas tourné bien pour l’arrivant. Il se présenta sous le nom de Kaz’antu ce qui mit immédiatement Jum’sha et Sala’jin sur leurs gardes. Au même moment, Ta’ka se rappela l’avoir vu non seulement dans les Tarides, mais surtout dans le tombeau zandalari où elle avait espionné les adeptes de Fènwa, quelques jours plus tôt. Les tentatives pour justifier qu’il avait simplement repris le nom de son maître à sa mort et qu’il avait suivi les directives de son loa, Bwonsamdi, ne firent pas mouche face à trois trolls septiques et hautement méfiants.

En reprenant le nom de son maître, cela impliquait de facto qu’il reprenait le fardeau et les erreurs de celui-ci, de plus pour le Gurubashi, il avait du mal à croire qu’un Sombrelance puisse venir aussi dans un tombeau zandalari aussi facilement. Ta’ka non plus ne fut pas vraiment convaincue et Jum’sha, naturellement méfiant, lui demanda de partir de ce pas.


*************

Un bruit le tire de ses pensées, les discussions entre les deux trollesses ont cessé, la nuit avance doucement. Pendant quelques instants il reste silencieux, surveillant le moindre bruit suspect, sa lame prête à servir.

Rien, la nuit. La jungle. Les animaux.
Sala’jin se réinstalle.

*************

Le dénommé Kaz’antu comprit qu’il devait partir… Après que le ton soit monté entre lui et Jum’sha, il opta pour la solution la plus saine : quitter les lieux sans tarder. Et alors qu’il allait enfin les laisser tranquilles, il finit par défier Jum'sha de descendre afin de voir s’il était capable de vraiment mettre à exécution ses menaces. Aussitôt demandé, aussitôt servi. Le Scalp-rouge bondit du haut de l'étage, à peine les paroles entendues et fonça sur le troll. Ta’ka suivit le mouvement afin d’essayer de les séparer et avec son aide il put repousser Kaz’antu en bas des marches, évitant que Jum’sha ne lui fasse trop de dégâts devant les villageois, aubergistes et gardes zandalari, mais surtout éviter qu’eux, les Héritiers, n’aient trop de problème et soient obligés de bouger d’ici. Heureusement, les Zandalari sont habitués aux quelques rixes entre trolls de différentes tribus et la bagarre n'alla pas jusqu'à la mort.

Afin d’être clair avec l'intrigant personnage qu'était ce "nouveau" Kaz'antu, le Gurubashi lui laissa sentir le file de sa lame le long du cou, en lui disant de ne jamais se remontrer devant eux, sinon il pourrait rejoindre son défunt maître et son loa plus tôt qu'il n'y comptait.


*************

Son épée est soigneusement posée à coté de lui. De ses affaires, il sort une petite sculpture en bois faite des ses mains représentant un tigre. Lissant du pouce le bois, il espère avoir bien fait passer le message à ce troll, mais au moins il doit avouer qu’il tient beaucoup de son maître, à savoir attirer rapidement une certaine méfiance puis se faire bannir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zen'Khan

avatar

Rôle : Maléficieur

MessageSujet: Re: Danse avec les ombres   Jeu 29 Nov 2018 - 2:37

Igazi se tenait sur le bord de la terrasse de bois de l’auberge du village dans la jungle où les Héritiers avaient trouvé un calme et un repos relatif. Elle n’arrivait pas à dormir, Zulta’ka avait céder au sommeille comme Jum’Sha, Wa’ai, Sala’Jin, Hina’Lys et Vanhem. Tous dormaient profondément. Dans le village, seuls restaient éveillés quelques massacreurs Zandalari au dehors. La jeune trollesse en rouge regardait son groupe, plus particulièrement son frère. Depuis tout ce qu’elle avait vécu et enduré, elle avait toujours eu l’impression que c’était ce qu’elle recherchait depuis le début de son errance mentale : Une famille saine. Mais elle s’est bien vite rendu compte qu’elle se berçait d’illusion encore une fois. Son frère ne lui avait jamais pardonné malgré l’attachement qu’il semblait lui porter depuis peu de temps. La rencontre avec Juma’jas le grand père d’Igazi n’avait rien arrangé. L’ancien ne lui en voulait pas mais il oubliait beaucoup de chose. Combien de temps avant qu’il ne l’oublie elle ? Il n’y avait rien à attendre de sa famille de sang. Peut-être aurait-elle dû écouter Jum’Sha il y a longtemps et rejoindre son père, sa mère, son autre frère et sa sœur à Zul’Kunda quand ça avait été possible ? Non, ça au moins elle en était sûre…Vivre « normalement » ? Après tout ce qu’elle avait vécu ? Faire comme si rien ne s’était passé ? Impossible. Déjà que son frère aîné lui reproche de ne pas se souvenir de ceux que l’ancienne Atal’ai avait tués. Igazi serra les poings, assise sur le rebord en bois, les pieds dans le vide. Il était donc si aveugle que ça ? Pensa-t-elle avec colère. Elle jeta un autre regard vers son frère endormi. Mais ne put se résigner à le haïr comme il la haïssait. Son projet lui revenait alors en tête… Partir… Mais où ? Et si elle le faisait vraiment. Cette fois-ci son frère ne la pardonnerait certainement jamais de les avoir abandonnés. Mais après tout, se pouvait-il qu’il la haïsse plus qu’elle se haïssait elle-même ? Non, c’était tout simplement impossible. Une chose était sûre, plus elle restait plus elle risquait de commettre l’irréparable. Le chagrin mêlé à la colère peut pousser à des extrémités qui n’ont pas de réelle désire d’être exécuter. La proximité de son frère, de ce miroir qui ne reflétait que la haine et les propres échecs de la jeune trollesse, ne pouvait que faire naître une envie de briser cette glace réflectrice de tous les regrets qu’elle ne pourrait jamais exprimer sans paraître faible... Pourquoi tout devait-il être aussi compliqué ? Mais ça Igazi savait que ce n’est pas par le regret, les pleurs ou la haine que l’on se fait pardonner ou qu’on efface les erreurs passé. Ce qui est fait le restera à jamais, même à si ça ne survit pas à travers les mémoires, ça subsistera toujours quelque part. Elle savait que ça ne menait à rien de rester. Quoi qu’elle face elle ne pourrait plus regarder sa famille en face. Cette menace de culte de Fènwa au-dessus d’elle ne semblait pas entrer en compte dans ses pensées. C’est alors que Samukeli’Ziwe vint se frotter contre le poing d’Igazi. Le tout jeune raptor semblait rechercher quelque chose chez sa maîtresse. Mais La jeune trollesse n’y prêta pas beaucoup d’attention. Une décision devait être prise maintenant. Mais des choix, il y en avait trois selon elle : Rester, au risque de ne plus supporter la proximité de son frère qu’elle aime pourtant. Partir, s’en aller, fuir… Elle n’a jamais eu l’occasion de fuir véritablement. Mais il fallait bien le faire un jour. Ou un autre choix encore plus lâche . Pensa-t-elle en saisissant d’une main tremblante la lame que Sala’Jin lui avait prêté, une dague gurubashi qui avait aidé la trollesse en rouge mainte fois. Peut-être pouvait-elle l’aider une dernière fois. Elle soupira et rangea la dite dague à sa ceinture. Igazi se leva alors, ramassa sa lance, tapa deux fois du plat de sa main sur sa cuisse ce qui était un signal pour dire à Ziwe de la suivre, ce que le bébé raptor fit aussitôt. Igazi ne pris pas de sac avec elle, pas d’argent, pas de provisions. Elle ne prit pas la peine d’écrire un mot, ni d’avertir quelqu’un. Elle avait déjà parlé de tout ça à Wa’ai la veille. Si les autres ne la comprendraient pas, au moins sa guide jusqu’ici avait entendu ses arguments. La jeune trollesse descendit donc par l’escalier et sortie du village alors que le soleil ne s’était même pas encore lever. Elle ne savait où elle allait. Une fois une partie de la colline gravit, elle jeta un dernier regard sur le village en contrebas où elle abandonnait une fois de plus sa famille. Malgré un pincement au cœur et un poids sur l’estomac qui lui donnait presque envie de vomir, elle détourna le regard sur une partie importante de sa vie, et s’en alla vers le nord. Samukeli’Ziwe sur ses talons. Au moins, dans ce voyage où elle n’en reviendrait peut être pas, elle ne serait pas seule. Pas encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hina'Lys

avatar


MessageSujet: Re: Danse avec les ombres   Jeu 29 Nov 2018 - 11:58

Comme à chaque fois qu'elle arrive dans un nouvel endroit, Hina'lys apprenait les plantes et leur utilité, elle n'avait pas de guide en Zandalar pour le lui apprendre, et elle avait peur que les Zandalari refusent de lui enseigner, alors elle fit comme faisaient les premiers trolls : elle se fia à la terre et échantillonna les plantes que lui montrait Terra Viva, son élémentaire. Ces plantes avaient un effet et elle devait en découvrir la nature.

Elle broya méticuleusement les plantes et les testa sur elle-même, encore et encore, puis sur ses compagnons pour celles qui lui avaient fait aucun effet négatif, sur des animaux pour ceux qui en avaient. Après sa "malencontreuse" rencontre avec une bouteille d'alcool elle découvrit que la plante qui poussait sur les troncs des arbres avait un effet apaisant pour les maux de tête... mais elle n'en avait plus.

Elle se leva et chercha des yeux ses "protecteurs". Elle était obligée de ne plus se balader seule car, a priori, sa tête ne revenait pas à un troll qu'elle n'avait jamais vu. Autour d'elle il n'y avait que Zulta'ka, mais elle n'avait pas vraiment envie de lui demander de l’accompagner... Qui sait, un peu de temps avec sala'jin lui permettrait peut-être de se détendre ? Après tout il l'apaisait. Van'hem quant à lui était surement encore en train de chasser. Elle appréciait la compagnie du changeforme aussi, et il avait l'avantage d’être extrêmement discret en se cachant dans les ombres. Elle l'appréciait beaucoup car il lui rappelait la maison, et son cousin, et un peu son père aussi.

En s’approchant de la seconde maison où tout le monde dormait, elle vit rentrer dans le village le Gurubashi, elle s’approcha donc de lui :

- Tu peut m'accompagner pour chercher des plantes ? Je n'en ai plus de certaines dont j'ai enfin découvert l'utilité
- Bien sûr !
- Allons-y tout de suite, j'aimerais être de retour avant le réveil de la prêtresse.
- Pourquoi?
- J'aime bien quand elle raconte ses histoires.... j'ai envie de lui en demander une aujourd'hui.


Les deux trolls partirent en silence vers la route en contrebas du village dans la jungle. Elle avait repéré, quelque temps avant, la fameuse plante sur les tronc des énormes arbres qui la bordaient.

Quelques minutes après qu'ils furent arrivés, un bruit se fit entendre :

- Stop, attends Hina, j'ai entendu un bruit...
- Mais on est juste à coté du village, ça doit être un sauride, non ?


Mais un troll apparut juste derrière le Gurubashi, provoquant un cri de la part de la jeune trollesse qui se mis à fouiller frénétiquement ses poches pour retrouver le sifflet lui permettant d'appeler Cali, le navrecorne cristallin, qui se reposait au jardin des loas, plus haut, mais quand elle le trouva elle ne pouvait plus respirer. Totalement en panique elle vit son amie, Aero viva, disparaitre pour laisser place à Fuego viva, mais le feu n'a jamais pu souffler dans quoi que ce soit... et elle perdit connaissance d'asphyxie.

Quand elle reprit ses esprits, la jeune trollesse avait mal partout et se trouvait dans les griffes d'un immense ptereurdactile. Elle vit passer un éclair métallique. Sala'jin, qui essayait de la réveiller pour qu'elle appelle les éléments, disparut à son tour. Elle n’eut pas le temps de crier qu'une branche la renvoya dans les songes.

Lorsqu'elle se réveilla, les bruits rassurants de la jungle s’étaient mués en des grincements et des crissements déplaisants, accompagnés de clapotements visqueux... Elle hurla le nom de ses deux protecteurs, elle fouilla ses poches en vain, le sifflet de Cali avait disparu, sa hache et son bouclier aussi.

Hina'lys regarda autour d'elle pour découvrir le sommet d'une pyramide, à demi détruite.

Elle se retourna vers la porte quand elle s'ouvrit sur une trollesse au visage étrangement marqué, surement une relevée au service du grand prêtre du sombre culte dont les Héritiers lui avaient parlé, suivie de deux trolls portant un baquet fumant.

- Nous devons vous préparer Fènwa, il faut vous déshabiller.

La jeune trollesse n'en revenait pas de la gentillesse de la trolle morte-vivante. Elle aurait presque obtempéré si les deux mâles de la regardaient pas.

- Laissez-moi partir, et si vous pensez que je vais me fiche à poil devant.... des mecs morts, c'est que vous avez pas toute votre tête !!!

D'un coup elle fit appelle aux éléments et l'eau brûlante du bac sortit pour ébouillanter les trois relevés présents, ce qui n'eut pour effet que de les faire fumer... les mâles l'agrippèrent et l’assommèrent à nouveau. A demi-inconsciente, la trolesse la dévêtit pour la plonger dans le restant d'eau.

Ses cheveux qui étaient sa fierté furent coiffés et tressés, elle fut revêtue de nouveaux habits et d'un masque effrayant. Quand ils la relâchèrent pour préparer la cérémonie à venir, elle parvint à ramasser le petit capture-rêve que lui avait offert Vanhem. En serrant contre elle la seule chose qui lui restait de ses amis, elle s'endormit en pleurant sur le sol.

Le jour de la cérémonie viendrait assez tôt. Pourvu que ses amis arrivent avant... si ils venaient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zen'Khan

avatar

Rôle : Maléficieur

MessageSujet: Au secoure de l'Animashi   Sam 1 Déc 2018 - 20:25

- C’est ici…


Dit le Sala’jin au Gomgo et à Zulta’Ka, tous les trois se tenaient devant l’entrée d’une vieille pyramide à moitié détruite au cœur de Nazmir. Cali, la statue vivante liée à Hina’Lys les avaient amené sans encombre jusqu’ici. Ce qui était quasiment un miracle compte tenu de la dangerosité des marécages qui les entouraient. La Nuit tombait peu à peu et aucune étoile n’était encore visible, même la lune semblait être absente ce qui promettait une obscurité quasi-totale une fois que le manteau des ombres de la nuits aurait complètement recouvert cette partie d’Azeroth. Vanhem était partit en avance aucun des héritiers présent ne l’avait encore vu sur leur chemin. Sala’Jin le protecteur descendit de Cali et dit alors à ses amis qui l’accompagnaient.


- On ne sait pas ce qui nous attend ! Restez sur vos garde et faites attention, surtout à ce qui paraît immobile.


Le protecteur faisait référence aux morts relevé dans un sombre projet. Le Culte de Fènwa s’était versé dans une abomination sans nom : Ramener des frères trolls à la vie pour servir à nouveau. Ce crime était inqualifiable. Et Les Héritiers présent étaient bien décidé à faire cesser cette monstruosité en sauvant Hina’Lys. Alors que le petit groupe s’engageait dans la pyramide autrefois majestueuse, Zulta’Ka sous sa forme féline déclara sentir l’odeur de Vanhem, partit en éclaireur. Ce qui était un exploit, car les seuls odeurs autres que celles du marais qu’ils arrivaient à sentir n’étaient autre que la puanteur de la putréfaction ambiante. Tous étaient aux aguets. C’est au détour d’un couloir que Vanhem se révéla à eux, lui aussi en forme de félin. Les Héritiers  se rassemblèrent donc pour évaluer la menace qui les attendait au sommet de la pyramide en ruines.


-Ils sont cinq déclara le Vanhem, trépignant d’impatience de sauver Hina’Lys. Un parle Loa, Une archère, un guerrier imposant avec un bouclier et une lance, un Grand prêtre avec une épée débordante de mojo puissant et un dernier qu’il a entendu mais pas aperçu.


-Bien,
répondit Zulta’Ka qui comptait mener la mission à bien, ayant déjà commander des troupes pour la Horde elle ordonna chacun une cible. Gomgo tu te chargera du Parle Loa, Van tu t’occupera de l’archère et Sala’Jin du guerrier. Quant à moi, je foncerais sur le grand prêtre !


Tous montèrent alors les derniers escaliers menant au sommet de la pyramide délabrée. En oubliant un des membres du culte. Tous étaient prêt, griffes, crocs, armes, bouclier sorties et même Gomgo qui n’avait pas d’arme tenait préparer ses poings entraînés. A peine eu-t-il atteint le point culminant de l’ancien temple qu’une voix grave et autoritaire se fit retentir.


- Apparaît Maîtresse de la Noirceur, voit les ombres régnées  dans notre cœur.


En même temps qu’un spectacle inattendu se révélait sous leurs yeux : Hina’Lys, allongée au milieu de la terrasse, attachée et affublée d’une tenue sombre et d’un masque effrayant. De part et d’autre du cercle se trouvait deux feux avec chacun deux trolles ressuscités non armé qui attendaient patiemment. Juste derrière Hina’ se tenait l’imposant Thunzi’Um, le grand prêtre brandissant Kaz’Thraze, l’épée des morts et récitant les paroles rituelles de l’invocation. Et les trois défenseurs décrit plus tôt, Le guerrier en avant, le parle Loa en retrait, marmonnant tout bas des incantations et l’archère encore plus éloignées qui encochait une flèche à la vue des héritiers. Le Sang du groupe ne fit qu’un tour et chacun se jeta sur sa cible. Sala’jin le protecteur confronta le grand gardien en entrechoquant leurs boucliers. Gomgo interrompit les sombres incantations du parle Loa  en le saisissant à la gorge. Vanhem quant à lui fonça sur l’archère qu’il désarma sans problème de son arc. Zulta’Ka bondit sur Thunzi’Um et le plaqua à terre, lui faisant lâcher sa précieuse épée. Ce qui n’empêcha pas celui-ci de continuer ses prononciations rituelles.


- Apparaît souveraine de la Peur. C’est  pendant, cette nuit que vient ton heure.


Une épaisse fumée noire se mit à tournoyer autour de la terrasse, La nuit était complète mais l’obscurité était ralentit par les feux autour desquelles s’activaient les danseurs aux rythmes inexistant. Seul un gong était présent sur le bord de la terrasse, derrière Thunzi’Um en prise avec Zulta’Ka. Celle-ci empêcha le grand prêtre de Fènwa de parler en lui arrachant la gorge, mais gardant sa tête sur les épaules, le Champion des Ombres était toujours animé même s’il ne pouvait plus parler. La Druidesse n’avait pas fait attention à une ombre furtive qui se cachait derrière l’un des imposants piliers. Vanhem fut surpris par l’agilité hors du commun de l’archère qui esquiva son attaque et lui planta une dague dans l’épaule. Gomgo quant à lui fut repoussé par le Parle-Loa avec un coup de poing bien sentit dans sa mâchoire. Sala’Jin, aussi fort était-il ne pouvait rivaliser face à la puissance d’outre-tombe qui lui faisait face. Le guerrier ressuscité renvoya le protecteur des héritiers dans les marches, heureusement, plus agile que son adversaire, Sala’Jin se rattrapa et se remit en position, bouclier en avant et hache levée. C’est alors que la dernière phrases maudites du rituel fut prononcées, non pas par le grand prêtre mais par un troll vieillard qui frappa sur le gong une fois son récital terminé !


- Apparaît Maîtresse de la Pénombre, bénit nous car le Pouvoir viens des Ombres.


A ces mots, les danseurs éteignirent les brasiers d’un geste et se prosternèrent devant Hina’Lys. L’Obscurité étaient maintenant totale et les Héritiers avaient peine à voir devant eux. De ce qu’ils pouvaient voir,  La fumée sombre qui tournoyait autour du sommet du temple se rua sur la pauvre Hina’Lys qui étaient toujours attachée et ne put pas se défendre. L’ombre incarnée commença à faire léviter la jeune trollesse alors qu’elle pénétrait son corps. Les cordes qui la retenaient tombèrent sur le sol. Gomgo se rua à nouveau sur le Parle-Loa et lui fraccassa la tête contre un pilier, mettant fin à sa non-vie. Puis il fonça vers le guerrier imposant qui tenait en échec Sala’Jin. Grace à leurs efforts combiné, ils le firent tomber dans les escaliers, emporter par son poids, le puissant guerrier n’eut pas la possibilité de se rattraper et dégringola jusqu’aux pieds des marches de la pyramide. Vanhem tenta une nouvelle fois de se débarrasser de son assaillante morte –vivante, mais celle-ci toujours plus agiles enfonça cette fois-ci sa lame entre les omoplates du félin furieux. Hina’Lys se mettait alors à rire, d’un rire froid et sans joie qui ne lui allait pas du tout. Ce même rire était en train de pénétrer le crâne même des héritiers qui tentèrent de ne pas y faire attention. Sala’Jin se jeta sur l’archère et la plaqua au sol. Vanhem tenta alors désespérément de franchir le mur d’ombre qui le séparait de la jeune trollesse enlevée. Mais il fut repoussé comme s’il avait foncé contre un édifice de pierre. C’est alors que Zulta’Ka, se rappelant ses découvertes dans le tombeau de Thunzi’Um, cria à ses amis :


-L’ombre survit tant que l’obscurité règne ! Rallumez les Brasiers !


Hélas, en proie à la panique, les héritiers n’écoutèrent pas les sage paroles de la druidesse qui, ayant détourné son regard, laissa l’opportunité à Thunzi’Um de planter une dague entre ses côtes et de la repousser plus loin. Le rire s’intensifiait et une image s’imposa aux groupes de sauveurs ce qui les figea de terreurs. Une vision immonde d’une créature habillée de peaux décharnées, à l’allure squelettique ayant plusieurs crânes pour visage et portant une faux ainsi qu’un bâton sur lequel était accroché deux lanternes qui semblait absorbées la lumières ! Hina’Lys ou du moins ce qu’ils croyaient être Hina riait de plus en plus fort toujours sur le même ton glaciale. C’est alors que Zulta’Ka, blessée et en proie à la vision horrifique, rassembla ses esprits, reprit sa forme de trollesse en se saisissant de son armes sephrak à arc électrique et l’abattit dans le brasier éteint. Les Quelsques résidut d’énergie qui restait dans l’arme rallumèrent le feu encore chaud ce qui créa une lumière vive et quasi instantanée. Cette fois, le rire s’interrompit et laissa place à un cri strident et terrifiant qui résonna directement dans le crâne de chacun des héritiers présent. La lumière qui était apparu interrompit la perfection du rituel et chassa la fumée d’ombre qui entourait Hina’Lys. Celle-ci retomba brutalement sur le sol et c’est à la lumière du brasier que les ombres se dispersèrent définitivement.


Sala’Jin se précipita sur Hina’Lys et la pris dans ses bras. Celle-ci retrouva peu à peu ses esprits malgré la fatigue qui la tiraillait. Pendant ce temps-là, Zulta’Ka se jeta sur le vieux troll qui tentait de s’enfuir et l’acheva à terre. Les Héritiers décidèrent de repartir aussi vite que possible en emportant la lame maudite Kaz’Thraze pour la ramener aux Zandalari avec les tablettes rituelles de Fènwa. Peut-être que cela servirait à prouver la bonne fois des Héritiers aux orgueilleux Zandalari.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zulta'ka

avatar

Localisation : Orgrimmar
Rôle : Changeforme

MessageSujet: Re: Danse avec les ombres   Dim 2 Déc 2018 - 1:11

Nazmir, un nom que je déteste prononcer ou même ne serait-ce que d'y songer à y retourner. Tant de pertes et tant de catastrophes se sont produit là-bas, l'assaut de la Princesse toujours en cours ne me rassurait guère... Nous étions si proche du danger et si loin d'un abri, mais l'expédition a été engagé, nous ne pouvons faire demi-tour désormais. On passe, ou on casse.

Une gigantesque pyramide à moitié détruite se trouvait devant nous, bien familière. A ma grande surprise, il n'y avait aucun dangers durant le voyage jusqu'à ce bâtiment, et j'en suis bien heureuse de pas avoir revu une sale tronche d'une de ces.... abominations.
L'équipe de sauvetage me semblait bien minime malgré tout, mais bon, il faut savoir faire avec ce qu'on a sous la main; un gurubashi avec un bouclier, un félin qui a disparût dans la brumes des marécages de Nazmir, un troll danseur.... puis moi. Mais il y avait de quoi faire si je parvenais à diriger le tout de façon calme, la tête sur les épaules, ne penser qu'à l'objectif principal : Sauver Hina'lys.
Je ne voulais pas les décevoir, je ne voulais pas qu'ils aient à se dire qu'il faut fuir et ainsi l'abandonner, bien qu'ironiquement c'était la première idée que j'ai eue... Des idées que j'ai souvent, surtout quand c'est une personne qui se trouve à Nazmir... j'ai beau à me dire d'abandonner la personne car le risque de le sauver peut coûter la vie de plusieurs, je tente malgré tout de les sauver, moi-même je me comprends pas. Ils voulaient tant la sauver, si je refusais peut-être que la tension aurait été plus complexe, qu'ils iraient sans moi, et ça je ne pouvais pas me faire l'idée, ça serait encore plus de perte inutile déjà avec Vanhem qui a foncé tête baissé...

•---•---•---•---•

J'entra dans la pyramide sans hésiter, à ma non-surprise c'était vide, ils devaient être tous au sommet, combien seraient-ils ? Ça je l'ignorais mais ce n'est pas le chiffre qui allait me faire changer d'avis.
Sala'jin semblait rester trop sur ses gardes, au point de prêter de l'attention à vraiment tout et n'importe quoi, mais d'un côté il n'avait pas l'odorat ainsi que la vision que je possédais en tant que félin, mais cela voulais dire qu'il me faisait pas assez confiance pour me suivre ? Gomgo quant à lui traînais un peu, il n'a pas l'air d'un véritable soldat, mais je penses que si il y met du siens, on a de quoi avoir un bon combattant avec une bonne vivacité.
J'avais une grande impression de me diriger dans la tanière du renard avec mon poulailler, le stress de diriger et de guider des trolls aux comportements têtus ou imprudent, que je fasse la moindre erreur qui pouvait coûter la vie de chacun, je devais rester concentrée et ainsi conserver les plans de fuites si tout se passait mal... Mais sur le chemin, nous retrouvâmes Vanhem dans un couloir, j'ai aussitôt reniflé son corps afin de vérifier qu'il n'était pas relevé... ce qui ne fût point le cas, je n'ai pas traîné un instant de plus, un compagnon qui rejoignait l'équipe je n'aurai pas craché dessus, mais ça signifiait une personne de plus à surveiller sur sa survie.

•---•---•---•---•

Sala'jin posait aussitôt des questions aussi bête... " Sont-ils armés ? Combien sont-ils ? " des trucs de ce genre... bien sur qu'ils ne vont pas nous attendre pour la cérémonie avec leur set de thé ! Mais il fallait que je me souvienne que lui, c'est pas un soldat de la Horde, il n'a pas vécu de la même manière que moi, aucun d'entres eux l'a fait. Ils ne doivent pas souvent se demander les possibilités de victoires ou de réussites sous différentes branches de conditions alternatives que pourrait offrir l'application du plan, à la stratégie, tout comme à la chance...

Vanhem cite cependant un Parle-loa, une archère, un gros lourdingue avec son bouclier, ainsi que Thunzi'Um, ils sont au même nombre que la dernière fois... pourtant il sait que malgré ce nombre de sujets à sa compagnie, j'ai réussis à m'attaquer à sa main, si j'étais à sa place de dirigeant, j'aurai engagés plus de soldat défensifs, plus de défenses impénétrable afin de mener à bien un rituel. Mais bon, je ne suis pas la méchante de l'histoire, pourquoi je devrais penser à des solutions à sa place ? Enfin bon, je garde l'idée qu'une possibilité comme celle-ci se produise durant le combat... Mais sans réellement penser à que cela se produise, j'appliquais donc les positions de chacun;

Par le fait que Sala'jin possède un bouclier, je lui confia le lourdingue au bouclier, à force égale il y a moyen qu'il l'occupe et offre ainsi une ouverture de brèche, l'archère ne verrait point l'attaque surprise du grand félin par sa maîtrise de camouflage, une occasion parfaite pour la prendre de revers le temps qu'elle prépare son arc, et quant à la parle-loa, elle me semblait la moins menaçante pour Gomgo, je lui faisais confiance qu'il était apte à l'immobiliser, juste ça. Quant à moi je me charge de ce qui semble être le plus dangereux surtout avec son épée, j'ai toujours penser de cette manière, que le dirigeant doit faire face à l'ennemi le plus dangereux. Après tout c'est moi qui a donner l'ordre de qui donne sa chair à quel ennemi, c'est le coût du commandement.

La cérémonie débuta et le combat s'engagea, l'ouverture de brèche se produisit comme je le pensais, Gomgo a bien réussit à stopper la Parle-loa un instant, quand à Sala'jin il est exactement à force égale, bouclier contre bouclier, l'ouverture est faite, il ne restait qu'à voir l'attaque parfaite de Vanhem en pleins sur l'archère, j'étais surprise par moi-même d'avoir eue une bonne estimation de mes alliés mais aussi de leur application sans questionnement et y mettant du maximum... enfin c'est sauver Hina'lys après tout. Concernant le nombres, Vanhem avait vu juste, mis à part les trolls danseurs autour des brasiers flamboyant... mais ça, je le savais déjà, tout était dit dans les tablettes qui se trouvèrent au tombeau du Champion.

Aussitôt je plaqua le troll au sol et j'ai tout essayé pour lui arracher la gorge par la force de ma dentition acérée, il continua de réciter mais je tenais le coup et je força encore plus. De mes oreilles je pouvais entendre Sala'jin avoir quelques difficultés ainsi que les autres aussi, je m'assurais que si j'en finissais avec lui, j'allais les aider. Aussitôt la gorge arrachée, il était encore en vie, mais il ne pouvait plus réciter les paroles, tel le Champion qu'il fût, je me suis dis que le plus grand danger fût stoppé. Je m'étais trompée.
Un autre troll sorti des ombres et cita les dernières paroles. Je pensais que ça n'allait point fonctionner, mais il semblerait que les tablettes se soient trompés. Les danseurs éteignèrent les flammes des brasiers,  laissant place à la pénombre qui dévorait la pièce petit à petit, qui s'infiltrait dans nos poumons comme de l'air, un air toxique et maudit. Aussitôt je cria afin de prévenir mes alliés de leur prochain objectif une fois que leur cible sera à terre;

- Les brasiers, il faut les rallumer ! Tant qu'il y à de la lumière, les ténèbres ne pourront finaliser le rituel !!

Cela n'avait prit qu'un instant avant que le troll que j'avais mit à terre me planta une dague dans les côtes, la douleur était si aïgue que j'ai du me retirer, il en profita pour me coller une beigne dans la face, cet instant à failli me coûter la vie. Mais tant que je pouvais me tenir droit, je comptais en aucun cas abandonner le combat. Mais plus les secondes passaient, plus les ténèbres dévoraient l'endroit, aussitôt apparu une figure... Fènwa. Cette ressemblance familière à un être que j'ai haïe du plus profond de mon être, vêtue de chair, des crânes en guise de visage, j'avais froid dans le dos durant un instant, ma priorité tourna donc à repousser cette entité à tout prix.
Dans un mouvement d'espoir, j'ai décider de prendre le risque à m'exposer à Thunzi'Um, au vieillard, ainsi qu'à l'immondice en reprenant ma forme d'humanoïde, de lever ma serpe au verre électrique et de frapper un bon coup dans les braises fumantes d'un brasier, priant que les étincelles et les arcs électrique redonnent une bouffée au flamme. Ma chance me souriait, les flammes se redressèrent instantanément face à moi, chassant les ombres et laissèrent Hina'lys, tous tombèrent à terre, sans signe de vie. Sans hésiter j'ai décapiter un à un chaque troll, le vieillard n'étant que le seul être vivant, j'ai décider de le tuer, le ramener au village pouvait causer trop d'ennuis.

Les tablettes ainsi que l'arme furent récupérés, j'étais rassurée d'avoir retrouver ce que les Zandalaris cherchaient durant tout ce temps, mais aussi de voir que tout mes alliés étaient debout, respirant à pleins poumons l'air et leur souffle dont ils avaient tant besoin après un combat si intensif.
Mais je fût surprise que le Champion et ses sujets n'utilisèrent aucun de leur pouvoir, ou même de l'arme, attendaient-ils quelques chose de notre part ? Mais en tout cas j'espère que cette histoire de carcasses-sur-pied soit terminé.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.deviantart.com/kerubesoku
Sala'jin

avatar

Rôle : Guerrier

MessageSujet: Re: Danse avec les ombres   Ven 7 Déc 2018 - 11:25

Quelques jours avant, dans la jungle, non loin du village

- Stop, attend Hina, j'ai entendu un bruit...
- Mais on est juste à coté du village, ça doit être un sauride, non ?


Le Gurubashi regarde autour de lui, le bruit qu’il a entendu ne ressemble pas à celui d’un sauride. Dégainant ces armes, il fait signe à Hina’lys de le suivre afin de remonter vers le village mais à peine a t’il fait le signe qu’un troll surgit littéralement des ombres pour venir l’attaquer dans son dos et il réussi de justesse à interposer son bouclier pour se protéger du coup.
S’interposant face à l’agresseur, il voulu dire à Hina’ de courir en direction du village, son souffle cessa, bloqué par une sombre magie. La trollesse paniqua face au manque d’air brutal et lui fut contraint de rester sur la défensive face au troll capable de plonger et surgir des ombres afin de le harceler jusqu’à temps que le manque d’air suffise à le faire s’évanouir.

Sachant le temps compté, il choisi la solution la plus désespéré et d’un mouvement de bras il ceinture Hina’lys plus bleu que jamais sous l’asphyxie et l’entraine vers le précipice creusé par le fleuve juste à coté d’eux. Sous le manque d’air il fini par chuter et rouler pour enfin tomber à l’eau, son objectif atteint. Pendant un instant il se vit succomber sous le manque d’air, puis d’un coup l’emprise sous sa gorge se libéra ! Il parvient à s’accrocher à un rocher, Hina’ toujours inconsciente mais l’instinct de respirer intact. Chaque bouffée d’air est grisante.

De l’air ! Enfin !

Alors qu’il reprend son souffle, s’assurant qu’HIna’lys respire bien malgré qu’elle soit inconsciente, une ombre passe juste au-dessus d’eux. Un ptereurdactile sur lequel il reconnaît le troll, bien déterminé à avoir sa proie.

D’ou il sort lui…

Lâchant son rocher, il se propulse comme il peut  dans le courant laissant la vitesse de l’eau le porter vers son point de salut, une seconde chute et surtout plus loin … le port de Dazar’Alor ! Le ptereurdactile fini par effectuer un piqué sur lui et Hina’ afin de récupérer la trollesse toujours inconsciente. Refusant d’abandonner il parvient à s’accrocher lui aussi et frapper l’animal sous le ventre, les ailes et surtout de réveiller Hian’lys !

- Hina’ ! Réveille toi !! Appel les éléments !

Il voit enfin la trollesse ouvrir les yeux, alors que l’oiseau commence à gagner de l’altitude malgré le poids et un chargement turbulent.

- Vite !

Il a juste le temps d’apercevoir au sommet d’un arbre, vers lequel ce dirige le ptereurdactile, un troll brandissant une épée qu’il connaît que trop bien. L’impacte de l’arme le fait lâcher sa prise et fracasse une partie de son armure. Le choc avec l’eau de la rivière lui permet de retrouver rapidement ces idées et de s’agripper à un rocher.

Ils l’ont eu … J’ai échoué.

Au loin, dans le ciel, le troll est de nouveau juché sur sa monture, emportant sa proie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hina'Lys

avatar


MessageSujet: Re: Danse avec les ombres   Dim 16 Déc 2018 - 20:23

Hina s’était endormie serrant le capturêve dans sa main, pour elle s’était fini... ils ne viendraient pas, il était trop tard. La porte s'ouvrit et les troll relevés l’emmenèrent, elle n'essaya pas de se débattre, elle sombra.

Elle s’éveilla, où était-elle? Elle s’efforça de se souvenir... elle avait aidé la prêtresse, sur l'île du jugement... Van avait eu besoin d'aide, elle avait emprisonné une âme dans le plan élémentaire, elle se battait avec depuis pour la contraindre a rester dans le plan élémentaire... elle avait enfin gagné son combat et en ressortait mûrie mais où était-elle? Qui étaient ces trolls qui l'entouraient ? Incarnation ? Pourquoi appelaient-ils comme ça ? Quel était ce truc dans sa main ? Pourquoi s'y accrochait-elle aussi fort ? Elle eu à peine le temps de reconnaitre quelques poils rouges dessus qu'elle fût immobilisée et attachée sur une pierre rituelle, on lui mit une faux dans une main et un troll avec une lame électrique se dressa près d'elle.

"Ma pauvre Lys, tu es encore dans la merde" et elle sombra.



Hina rouvrit les yeux et hurla de peur face au visage du relevé, les tambours résonnèrent et elle se mit a prier ses loas, les autres n'arriveraient jamais elle était perdue. Un des danseurs s’approcha d'elle et la força à boire, cette mixture semblait à un mélange d'alcool et de plante à rêver... elle se mit à délirer.


Lys rouvrit les yeux... ils l'avaient droguée pendant son sommeil, instinctivement elle appela ceux qui avaient été sa nouvelle famille, ceux qu'elle avait suivi sur ces terres de Pandarie.

"Van ? Sala ? Prêtresse ?" elle vit une ombre au-dessus d'elle qui la souleva, l'objet dans sa main tomba et elle se retrouva à nouveau à se battre dans les limbes pour conserver sa conscience....


Hina se trouva face a une âme noire, une ombre qui portait deux arme qu'elle reconnut.

"Vous êtes la trolle de mon rêve, celle qui a relevé tout ceux de mon village...
"Oui, et tu pourras en faire de même bientôt.
"Je ne veux pas ! Un troll mort doit le rester ! C'est la volonté des loas !
"Je suis une Loa. Je suis Fenwa et ma volonté est que tous ceux qui me servent transcendent la mort."

Lys rouvrit les yeux. Son corp riait de manière malaisante et malfaisante, elle ne parlementa pas avec l'ombre et l'attaqua de l’intérieur quand elle entendit un hurlement et l'ombre disparut, elle perdit conscience.

"Sala ? Van ? Wa'ai ?" Hina appela, elle vit Sala face à elle, il la prit dans ses bras et sans se faire prier elle appuya sa tête sur son torse. Elle avait mal au ventre.

Elle était dans les bras de Sala, pas désagréable mais elle sentait qu'elle devait faire quelque chose, une trollesse avait attrapé un troll marqué au visage, elle sut ce qu'il faillait faire.

"Sala, pose moi."

Lys dût s’énerver elle n’était pas en porcelaine et n'allait pas se casser s'il l'a posée au sol, en revanche dès que ce fut fait elle se mit à genoux à coté du troll marqué et posa la main sur son torse.


La dernière parcelle d'esprit du loa savait qu'il ne faillait pas que le troll parle : "Tu m'a bien servi", dit elle avant de se changer en flamme pour le consumer, disparaissant du corps de la trollesse ne laissant que sa marque.

Hina ouvrit les yeux, voyant qu'elle venait de brûler un troll, elle eut un haut le cœur et se retourna vers Sala qui la rattrapa avant qu'elle ne tombe. Il la garda dans ses bras jusqu’à un camps pas loin de la pyramide. Hina vit Ta'ka et Gomgo chargés de tablettes, mais seul lui importait Sala qui semblait légèrement changé. Mais la drogue faisait toujours effet et la suite ne semblait qu'un rêve.... Le capturêve... elle ferma les yeux tristes, elle l'avait perdu, elle s'en excusa auprès du troll félin qui disparut dans les ombres.

Ils revinrent au village, Hina ne pourrait dire combien de temps s'était écoulé depuis qu'elle avait été enlevée, mais dès qu'elle arriva, elle s'inquiéta pour ses sauveurs, Ta'ka en particulier été bléssée. Quand elle voulut l'aider à se soigner la trollesse refusa, la jeune Animashi appela ensuite son élémentaire d'eau mais c'est une Terra Viva sablonneuse qui répondit. Trop épuisée, elle s’endormit.

Un frôlement contre sa main réveilla Lys. L'objet auquel elle s'accrochait dans le temple que l'ombre lui avait arraché se trouvait à nouveau près d'elle. Elle passa la main dans la cordelette et se rendormit en serrant ses doigts dessus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Danse avec les ombres   

Revenir en haut Aller en bas
 
Danse avec les ombres
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Océanique Danse Avec Nous Bordeaux (VOR 22/02/2010 20h utc)
» une danse avec les dragons print on demand
» L'extension Une Danse avec les Dragons est arrivée !
» Règles de l'extension Une Danse avec les Dragons
» [CR Tours - Bourges] CR de la danse des pastèques

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Héritiers du makoa loa :: Vies de trolls :: Histoires autour du feu-
Sauter vers: