Héritiers du makoa loa

Guilde jeu de rôle trolle - World of Warcraft - Serveur EU-Kirin Tor
 
AccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Pèpère le dromadaire dans le désert

Aller en bas 
AuteurMessage
Jilanthy

avatar


MessageSujet: Pèpère le dromadaire dans le désert   Lun 23 Juil 2018 - 11:33

"Saleté d'insectes"

La Farraki jurait tout en se nettoyant. Les quatre femmes étaient arrivées au bord de la mer. Unjiia était dans l'eau jusqu'à la taille et se lavait. Elle utiliserait de l'eau non salée pour nettoyer sa robe. Se retournant, elle vit l'autre trollesse, la druidesse à la peau bleue, penchée sur l'humaine, à l'ombre d'un des rares arbres du désert.

L'orque, assise non loin, avait un bras en écharpe, son loup allongée près d'elle, la langue pendante. Un peu plus loin, allongée se tenait le dromadaire de l'humaine, regardant de temps à autre sa maîtresse.

Elles n'avaient pas eu de chance. Lors de l'exploration d'une ruche, elles étaient tombées nez à nez avec un commandant, et la fuite avait été laborieuse. Le commandant avait envoyé valdinguer l'orque borgne contre un mur, lui brisant un bras, tandis que l'humaine avait subi plusieurs attaques d'ouvriers silithides et avait frôlé la mort. Les pouvoirs de la druidesse étaient amoindris ici, mais elle avait tenu à défendre en étant en forme de tigresse bleue, aux côtés de l'immense loup blanc de l'orque. Elle-même avait joué de la lance. L'orque, malgré sa blessure, avait porté sur son épaule valide l'humaine et toutes avaient couru vers la sortie et s'étaient enfuies dans le désert.

Tout avait si bien commencé. Une fois que la Jilanthy les eut rejointes, elles se mirent en route pour explorer une ruche nouvellement créée. Nouvelle mais déjà immense. Les silithides étaient plus rapides, plus forts, et cela devenait inquiétant. Toutes s'étaient enduites de phéromones, le loup avait protesté mais il y était passé également. Comme ça, le groupe passerait inaperçu. Unjiia les avait guidées à travers les galeries, se repérant pour une éventuelle fuite. Elles avaient détruit tous les oeufs qu'elles croisaient, évitaient les patrouilles en se collant aux parois. Mais dès que le commandant les repéra, c'était fini. Toute la ruche convergea vers le groupe, et une fois la route dégagée, la Farraki avait ouvert la voie. La druidesse et le loup fermaient la marche, tuant les insectes qui s'approchaient d'un peu trop près.

Mais elles étaient au calme maintenant. Elles étaient retournées au campement, et Unjiia vit au loin des groupes de scorpides patrouiller. L'humaine elle avait la bénédiction du loa scorpide. Elles étaient en sécurité. Sortant de l'eau, elle se dirigea vers le petit groupe. En arrivant, la druidesse se leva, le visage encore recouvert de phéromones, la crête en bataille.

"La Khalisah elle va s'en sortir, dit-elle en orc, langue que commançait à comprendre la Farraki. Mais il faudra du temps, les blessures elles soignent moins vite que nous, et les loas des arbres ils sont pas très présents ici."

L'orque hocha doucement la tête et regarda l'humaine allongée. Jilanthy s'arrêta devant l'orque.

"- Maintenant, c'est à Zagethia d'être soignée. Jilanthy elle va pouvoir réparer le bras, mais il sera pas utilisable quelques jours.
- Va te reposer avant, répondit l'orque, c'est pas un os cassé qui va m'empêcher de dormir.
- Nan, mais un os il doit pas rester cassé quand même."

Elle s'agenouilla devant l'orque, tendit une main vers le bras cassé et marmonna une prière mélangeant le zandali avec une langue qu'Unjiia ne connaissait pas. Un halo vert entoura sa main et l'orque se mit à grogner de douleur à son contact. Après de longues secondes, Jilanthy se laissa tomber dans le sable, visiblement épuisée.

"- On aurait peut-être dû aller à Un'Goro, dit Unjiia. Là-bas, les arbres ils sont immenses et vieux, les pouvoirs de Jilanthy ils auraient été plus forts.
- Oué, mais c'est dangereux ça aussi, dit la druidesse. Jilanthy elle a entendu ce qu'il s'était passé. Jilanthy elle est pas sûre de pouvoir maîtriser un si grand pouvoir. Et Jilanthy elle veut soigner, pas détruire.
- Ouais, Unjiia elle comprend. Que la Jilanthy elle aille se laver. Unjiia elle va préparer à manger."

Au mot "manger", le grand loup leva la tête et regarda la Farraki, comme si elle était devenue sa nouvelle meilleure amie. La trollesse éclata de rire et prépara le campement pour la nuit, allumant un feu, sortant de la viande chassée la veille et mise à l'abri enroulée d'un linge dans le sable. Et surtout pour la préparation de la viande, le loup n'en perdit pas une miette. Elle en garda d'ailleurs un gros morceau cru pour lui.

Alors qu'elle préparait le repas et que Zagethia et Jilanthy se lavaient, l'humaine revint à elle et se redressa lentement. Les yeux encore embrumés, elle regarda Unjiia et prononça en zandali :

"- Nous vivantes ?
- Ouais, et on a eu de la chance. La druidesse elle t'a soigné, t'as pris pleins de coups de mandibules et de pattes. Unjiia elle pensait que Khalisah elle allait pas s'en sortir."

L'humaine hocha lentement la tête, mettant un peu de temps à comprendre.

"En tout cas, vaut mieux que la Khalisah elle se repose, après avoir mangé, dit Jilanthy en revenant de sa baignade. Les blessures elles sont pas tout à fait fermées, il va falloir surveiller les bandages et demain, Jilanthy elle demandera aux loas des arbres pour te soigner."

L'humaine hoche de nouveau la tête, lentement. Elle grimaça quand elle se redressa un peu plus et saisit le morceau de viande que lui tendait la Farraki. Celle-ci tendit un autre morceau de viande à la druidesse, à l'orque qui revenait et se saisit d'un grand morceau de viande crue qu'elle tendit au loup avec un sourire. Elle se servit en dernier. Les quatre femmes et le loup apprécièrent ce repas bien mérité alors que les derniers rayons du soleil disparaissaient à l'horizon. Il y aura largement le temps le lendemain pour débriefer et planifier la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jilanthy

avatar


MessageSujet: Re: Pèpère le dromadaire dans le désert   Lun 23 Juil 2018 - 14:52

Plusieurs jours plus tard, les quatre femmes sortirent d’une cavité sous le sable, une ruche très certainement. Le loup en tête arriva en haut et se secoua. Elles n’étaient pas recouvertes que de phéromones cette fois-ci. Un truc gluant les recouvrait également, certainement du sang de silithide, ou un mélange avec de la bave de crapaud, difficile à dire. Les quatre paraissaient satisfaites.

« On l’a eu, songea l’humaine, essayant de nettoyer son armure de cuir et ses cheveux.

Les quatre étaient retournées dans la ruche, et cette fois-ci, elles ont traqué le commandant, et l’ont isolé dans un coin. Zagethia lui avait d’abord brisé une de ses monstrueuses pattes, Jilanthy lui avait sauté dessus en forme de félin, Unjiia lui avait balancé quelques coups de lance bien sentis sur le museau, pendant qu’elle-même se glissait dessous et le poignardait à de multiples reprises. Le loup aussi se démenait, courant d’une patte à l’autre et mordant violemment avant de partir. Et enfin, il était tombé. L’orque, dans un dernier coup furieux lui avait fendu le crâne en un joli coup vertical.

Le reste de la ruche fut presqu’une formalité, sans leur chef, les silithides, même s’ils se défendaient vaillamment, n’avaient plus aucune organisation. Khalisah se doutait, tout comme la Farraki que la ruche accueillerait à nouveau des insectes, mais une victoire reste une victoire. Et c’est ainsi que les quatre sortirent de la ruche, avec ce sentiment d’avoir rempli la mission qu’elles s’étaient donnée.

L’humaine savait qu’hormis les deux grandes ruches historiques, de plus petites comme celle qu’elles avaient visitée avaient vu le jour, et que cette guerre serait sans fin. Pour le moment, elles se dirigeaient vers leur campement. Au loin, elle vit des scorpides qui marchaient dans la même direction qu’elles. L’humaine sourit sous son masque, son totem animal veillait toujours sur elle, même s’il ne la prévenait pas dangers immédiats, comme maintenant.

Alors qu’elles marchaient vers la mer et qu’elles étaient à mi-chemin, elles entendirent un grondement souterrain, et sentirent les tremblements du sol. Et tout de suite, Unjiia et elle-même avaient dégainé, regardant le sol, leurs regards semblant suivre la même chose invisible, à travers le sable. Voyant les deux filles du désert armes dehors, Zagethia devina tout de suite à quoi elles avaient affaire. Elle se saisit de sa hache et se cala sur ses pieds, attendant l’attaque. Jilanthy se trouva pétrifiée, ne sachant pas ce qu’il se passait.
L’humaine continua à observer le sol puis vit que le vers allait attaquer, vit qui était à côté et cria :
« Jilanthy, attention »
Mais la trollesse n’eut pas le temps de réagir (rand 1/100 [ndmj]), et le ver sortit juste à côté d’elle lui saisissant le bras. Et c’est avec horreur que Khalisah vit le géant soulever la druidesse et la secouer dans tous les sens. On entendit des craquements sinistres. Mais elle vit, malgré la douleur, la druidesse saisir une dague en pierre et frapper la tête à plusieurs reprises. Elle hurlait de douleur en même temps qu’elle frappait. Agacé, le ver la jeta en l’air et l’envoya dans le sable d’un violent coup de tête.

Puis il redirigea son énorme tête vers la druidesse pour la saisir à nouveau, mais le grand loup blanc de Zagethia se campa au-dessus de la trollesse, grognant et donnant des coups de pattes pour le faire partir. Khalisah se saisit de ses deux sabres et courut vers l’arrière du ver. Puis plantant un à un ses sabres, elle commença à grimper sur son dos. Pendant ce temps, dans un cri de rage, l’orque chargea l’animal et commença à lui asséner de violents coups de haches dans le ventre, tandis qu’Unjiia visa la tête de sa lance, lui donnant des coups d’estoc rapides.

Le ver des sables se redressa en rugissant, si un ver peut rugir bien entendu et tourna son attention vers Unjiia et Zagethia. Zagrosh le loup resta au-dessus de la druidesse pour la protéger, tandis que Khalisah continuait à grimper à coup de sabre.

L’humaine ne vit pas grand-chose, mais vu les mouvements du ver, la bataille devait être enragée. Elle ressentait les coups de haches de l’orque, et les mouvements de la tête essayant d’éviter la lance de la Farraki. Enfin arrivée en haut, elle planta un de ses sabres pour avoir un point d’accroche, et sortant une petite dague, elle s’attaqua aux yeux de la bête. Celle-ci, blessée et enragée, secoua la tête dans tous les sens, tentant de faire chuter l’humaine, mais par miracle, elle arriva à tenir, s’accrochant à son sabre planté.

Enfin, au bout d’un moment, elle sentit le ver faiblir, les coups de hache et de lance répétés commençaient à le blesser sérieusement. Elle planta son deuxième sabre sur le dessus de la tête, et le ver géant poussa un nouveau cri de douleur. Il s’écroula, l’humaine glissa dans le sable à côté, essoufflée, tandis qu’Unjiia l’achevait en lui plantant sa lance dans le crâne. L’humaine se redressa, reprit ses armes et vit la druidesse allongée sur le sol, toujours protégée par Zagrosh. Avec les deux autres elle accourrut.

Ce n’était pas beau à voir, le bras droit était quasiment arraché, le flanc bien déchiré, on y voyait les os. Zagethia fit la grimace mais s’approcha de la druidesse, inconsciente. Prenant son pouls, elle poussa un léger soupir.

« - Bon, elle vit, mais la pauvre, elle a bien morflé.
- Ouais, dit la Farraki, Unjiia elle pense que la Jilanthy elle survivra, les trolls ils sont forts et résistants.
- Pour sûr, dit l’humaine, mais sans soin, elle pourrait ne pas survivre, et c’est elle la soigneuse. »

Zagethia se frotta le menton, réfléchissant à toute vitesse. Puis, regardant vers la mer, elle se releva d’un bond :

« Arrêtez l’hémorragie, essayez de désinfecter au maximum, je vais demander de l’aide au bateau. »

Sautant sur le dos de son loup elle partit comme une flèche vers la côte, pendant que les deux autres s’occupaient de la druidesse blessée. C’est ainsi que quelques temps plus tard, une elfe aux yeux bleus et aux joues rougies par la boisson était arrivée à dos de dragon et commençait ses prières au Soleil pour remettre le bras de Jilanthy en place.

« - Je pense que cette campagne va finir maintenant, pour le moment, dit Zagethia aux deux autres. Et il est hors de question que je rende Jilanthy gravement blessée aux siens. J’en suis responsable, on va l’emmener avec nous, elle se reposera quelques semaines. Tu veux venir Unjiia ?
- Bah ça dépend, il fait aussi froid que dans les Tarides ?
- Ah non, dit Khalisah, c’est pire. Tu vois, ici, le désert c’est du sable, là-bas, c’est de la neige, il fait super froid, c’est un cauchemar.
- Ah ouais, p’t’être qu’Unjiia elle va rester, ou prévenir les trolls pour la Jilanthy.
- D’accord, fais ça oui, dit l’orque.
- J’attendrai ton retour, je vais rester ici en surveillance, dit l’humaine en observant le désert. »

Les trois aidèrent l’elfe à porter la druidesse sur le dos du dragon puis enfin se dirigèrent vers le campement. Tout devait être rangé, le navire ne devait pas perdre de temps. Durant le voyage, l’elfe soignerait et maintiendrait la druidesse en vie, et elle recevra des grands soins et du repos arrivée au fort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jilanthy

avatar


MessageSujet: Lent rétablissement   Mer 25 Juil 2018 - 15:45

D’abord, elle n’entendit que des bruits sourds, puis, lentement, elle ouvrit les yeux. Elle sut qu’elle était allongée dans un lit. La vision fut floue au début, elle vit une forme sur sa droite. Puis sa vue se fit plus précise, et vit une elfe comme les elfes de sang mais avec les yeux bleus penchée sur elle. Elle prononça quelque chose dans une langue qu’elle ne connaissait pas, puis une autre tête apparut, penchée sur elle également, à sa gauche. Des petits yeux bleus enfoncés dans des orbites profondes, un gros nez en patate, une longue chevelure rousse, une longue barbe tressée de même couleur et des peintures ou tatouages bleus sur le visage : Un nain.

« - Fascinant, dit-il en orc, elle est arrivée y a à peine un jour et elle s’réveille déjà.
- Elle est restée inconsciente durant tout le voyage, répondit l’elfe. J’étais pas sûre de la maintenir en vie.
- Z’avez fait du bon boulot, la rassura le nain. »

De son côté, ne sachant pas qui étaient ces gens et où elle était, elle essaya de se lever. Déjà, une grande douleur lui vrilla l’épaule droite, elle se retint de pousser un cri de douleur, et le nain la maintint doucement en posant sa main sur l’épaule gauche.

« - Doucement ma grande, z’êtes pas encore remise.
- Mais Jilanthy elle sait pas où elle est et qui qu’vous êtes.
- Ah bah j’vais pouvoir répondre aux questions, sourit-il. On va quand même vous faire asseoir. »

Les deux, doucement, aidèrent la trollesse à s’asseoir dans le lit, son dos s’appuyant sur de gros coussins. Les couvertures étaient d’épaisses peaux de bête. La pièce avait des murs en pierres, de grosses poutres en bois parcouraient le plafond. Un feu ronronnait tranquillement dans une grande cheminée. Une fenêtre donnait sur l’extérieur et c’est avec surprise que la druidesse vit qu’il neigeait. S’appuyant sur les coussins, elle poussa un soupir et examina à nouveau l’elfe et le nain.

« - Bien, alors, commença le nain. Z’êtes ici chez Zagethia, dans son campement. On est loin du désert. On est dans l’Nord, en Norfendre. L’elfe qu’est là c’est Andhariël. C’est elle qui vous a maintenu en vie pendant le voyage.
- La régénération naturelle des trolls m’a beaucoup aidé, dit l’Elfe, baissant les yeux.
- Ah ça, z’auriez pas été une trollesse, vous seriez morte sur place, acquiesça le nain. Mais même avec la régénération, z’aurez besoin de repos avant qu’vous puissiez vous lever. Et moi, bah c’est *la trollesse ne comprit pas son nom* et j’suis l’médecin du camp.
- Bah Jilanthy elle vous remercie de la soigner.
- On est là pour ça, sourit le nain *puis s’adressant à l’elfe*, Andha, vous pouvez aller prévenir la patronne ? »

L’elfe hocha la tête et après un petit signe au revoir à la trollesse, se dirigea vers la porte. Le nain de son côté vérifia si Jilanthy était bien installée puis alla raviver le feu en mettant une bûche en disant une courte prière. Le nain il parlait aux éléments, il était un chaman. La druidesse ne savait pas trop quoi penser. Être soignée par une haute-elfe et un nain, c’était très étrange pour elle. Elle avait déjà eu un avant-goût lorsqu’elle avait rejoint le groupe en Tanaris, c’est le bateau de Zagethia qui était venu la chercher. Et elle avait croisé de tout, de l’humain, de l’orc, de l’elfe. La capitaine était une gnome qui appelait tout le monde Roger ou Ginette, devant ne jamais se rappeler des prénoms de son équipage. Ce qui l’avait le plus surprise, c’était comme ce lien télépathique entre cette gnome et le timonier troll. Il était aussi son second. Elle ne lui donnait jamais d’ordre, un regard ou un simple geste suffisait.

Toutes ces personnes devaient avoir des histoires avec la Horde et l’Alliance vu comme elles parlaient avec mépris de leur faction d’origine. Elle n’avait pas été très à l’aise mais elle s’y était faite. Même à l’humaine qu’elle avait rencontrée dans le désert : Khalisah. Unjiia, la Farraki qu’elle avait rencontrée aussi l’appelait la femme-scorpide. D’après la Furie-des-Sables, elle était bénie par le loa scorpide. Et en effet, les scorpides n’ont jamais attaqué, et même, elle se mit à penser qu’ils montaient la garde la nuit, pendant qu’elles dormaient.

Combattre aux côtés d’une humaine était vraiment inhabituel pour elle, mais elle s’y étais faite et n’avait pas à hésiter à la soigner lorsqu’elle avait été blessée.

« - En tout cas, j’admire votre pugnacité, dit le nain en se rapprochant du lit, la coupant dans ses rêveries. Attaquer un ver des Sables géant avec un bras à moitié arraché, c’est pas donné à tout le monde.
- On est comme ça nous les trolls, dit la druidesse.
- C’est ce que j’ai cru comprendre, sourit-il. »

Posant un totem à côté du lit, il dit une courte prière dans sa langue, mettant sa main proche de son bras droit, la druidesse ressentit les bienfaits de l’esprit de l’eau soulager sa douleur. Le chaman retourna près d’une table et prépara une concoction qu’il versa dans une chope en bois, en mélange d’un autre breuvage.

« Tenez, des herbes qui aideront les soins, comme c’est pas bon, j’ai mis ça dans de la bière au miel, c’est bien meilleur. »

Jilanthy remercia le nain, hésité un instant puis commença à boire. Le goût était assez léger, le miel venant adoucir le goût de la bière. Puis la porte s’ouvrit et l’elfe revint accompagnée de Zagethia, l’orque borgne.

« - Je suis soulagée de te voir éveillée et en vie, lui sourit l’orque en la saluant. Tu nous a collé une de ces peurs.
- Jilanthy aussi elle a eu peur. Mais le gros ver il était énervé nan ?
- Oh oui, se prendre des coups de dague par la proie qu’il avait choisi, ça lui a pas fait plaisir.
- Jilanthy elle est pas une proie, elle est une tigresse.
- Je sais ça, sourit Zagethia, mais il t’en voulait à toi.
- Pourquoi, il aimait pas les druides ?
- Peut-être pas, il avait peut-être croisé un druide par le passé qui avait réussi à le calmer, qui sait. »

Zagethia eut un sourire mystérieux puis elle lui raconta le combat contre le ver, son sauvetage vers le navire et vers le Norfendre.

« - Quand tu seras soignée et reposée, je te ferai visiter le camp. Et puis, on te ramènera aux tiens.
- Wa’ai, mais elle va s’inquiéter, faut la prévenir.
- T’en fais pas, Unjiia est partie la prévenir. Et tu es entre de bonnes mains ici. Il faudra juste du temps pour que tu sois complètement rétablie. »

La druidesse acquiesça en silence, finissant sa chope. Elles discutèrent un peu, on lui apporta à manger puis tout le monde quitta la pièce, la laissant se reposer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pèpère le dromadaire dans le désert   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pèpère le dromadaire dans le désert
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L’Étable
» L'entrepôt
» Blitzkrieg dans le désert le 21/06
» Moulin à Épices
» Bienvenue dans le monde merveilleux des noeuds

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Héritiers du makoa loa :: Vies de trolls :: Histoires autour du feu-
Sauter vers: