Héritiers du makoa loa

Guilde jeu de rôle trolle - World of Warcraft - Serveur EU-Kirin Tor
 
AccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Des sabots dans les plaines

Aller en bas 
AuteurMessage
Wa'ai
Admin
avatar

Localisation : Hutte des Tarides
Rôle : Grande prêtresse du makoa loa

MessageSujet: Des sabots dans les plaines   Mer 11 Juil 2018 - 14:31

Expansion de territoire ?

Un soir, Acrae vint à la hutte de Wa'ai en rapportant des rumeurs à propos de mouvements de centaures de plus en plus nombreux qui avaient été observés près des oasis. Devenant de plus en plus hardis, les centaures installaient apparemment des camps plus importants autour des oasis en attaquant les caravanes marchandes moins protégées et voyageurs isolés sur la route entre Cabestan et la Croisée. Jum’sha, installé dans une hutte près d'une des oasis locales, confirma aussi que de son côté il avait dû calmer un ou deux centaures qui avaient essayé de l’attaquer de nuit.

Sala’jin se rendit à la Croisée dans les jours qui suivirent, pour retrouver Acrae partie en avance se renseigner auprès des habitants et commerçants sur place. Cette information tombait alors que les Héritiers avaient fait la rencontre quelques jours plus tôt des Taurens nomades Coeurs-Sauvages venus les visiter à la hutte de Celle-qui-voit, avant que leur conversation ne soit interrompue par l'arrivée d'Aksithi et des Loups de guerre.

À la Croisée, ils retrouvèrent ces mêmes Taurens, menés par le marcheur des esprits Mawk, accompagné par le druide Misimaskwa - rapidement surnommé Misi par les trolls, le jeune Tho’rundo et la chasseuse Filbrehim. Ils avaient été prévenus par une lettre de Wa’ai s'excusant de devoir reporter la suite de leur discussion concernant le grand totem rouge du Sud, le temps qu'une menace moindre mais plus proche soit écartée. Intrigués par cette résurgence de centaures, leurs ennemis ancestraux, les Taurens joignirent leurs forces au groupe de trolls.


Le trajet se fit à la tombée de la nuit afin d’avancer le plus discrètement possible dans les plaines ne leur offrant que peu de cachettes. À mi-chemin entre la Croisée et Cabestan, ils retrouvèrent Jum'sha et s'approchèrent de l'Oasis stagnante.

La première chose qu’ils rencontrèrent fut un avant-poste paré d'une bannière rouge ornée d'une pointe blanche et d'une bannière de peau-claire peinte d'un symbole de sabot brun. Par chance ils arrivaient alors que les centaures se rassemblaient à la nuit tombée autour du feu de leur campement. L'unique patrouille décrivant des tours de garde, arborant des peintures brunes en forme de sabot sur son pelage, fut interceptée par un Misi sous une forme féline à plumes discrète à travers les hautes-herbes jaunies de la savane, et tuée silencieusement par une flèche d’Acrae.

Le reste du groupe se précipita à l’intérieur de l’avant-poste afin d'empêcher les centaures de donner l’alerte. Mawk fit appel aux esprits de la Terre afin de provoquer des tremblements sous les sabots de deux kolkars décorés de peintures rouge sang, mais un troisième, découvrant l'attaque en surnombre, tenta de fuir vers les campements principaux, plus proches de l'oasis. Si le quadrupède leur échappait, Taurens et Trolls n'auraient aucune chance de le prendre de vitesse et le rattraper. Heureusement, il fut rapidement stoppé dans son élan par une hache précise lancée par Jum'sha qui fit cabrer le centaure, laissant l'opportunité à Misi de lui sauter à la gorge.

Sala'jin s'occupa d'une centaure femelle invoquant les dons des tempêtes et Tho'rundo agrippa à mains nues le centaure déstabilisé par les secousses sismiques provoquées par Mawk. Si les kolkars ruèrent, se débattirent à coup de lance et de sabots, les Trolls et Taurens en vinrent à bout promptement. Le petit campement n'était qu'un maigre avant-poste ne contenant que des réserves d'armes et des larcins récupérés lors des attaques menées sur la route.

Une fois le calme revenu, Jum'sha attisa le feu du campement pour que les centaures des autres avants-postes centaures ne s'inquiètent de voir un de leurs feux s'éteindre au loin, ni ne viennent inspecter les lieux... au moins jusqu'au matin, quand le groupe d'intrus serait parti depuis longtemps. Assurés qu’aucun centaure du baraquement principal bordant l'oasis n’ait été alerté, les membres du groupe convinrent d'essayer de rejoindre la "jungle" entourant le point d'eau, qui offrirait un camouflage leur permettant d'approcher des centaures sans être immédiatement repérés.

Misi reprit sa forme féline à plumes et partit en éclaireur s’assurer que la bordure de végétation soit accessible. Les centaures n'avaient visiblement établi aucun camp directement dans la zone forestière de l'oasis, elle offrirait donc un bon poste d'observation, mais le druide fut perturbé par une sensation de déséquilibre dans la Nature qui lui fit tourner la tête. Après avoir localisé deux centaures remontant le long de l'oasis au loin, il revient prestement vers les autres.

Les deux guetteurs ne tarderaient pas à arriver à leur hauteur et si les Trolls parvenaient déjà difficilement à se dissimuler dans les hautes-herbes sèches de la savane, ça l'était encore plus pour leurs alliés Taurens. Acrae et Misi décidèrent donc d'avancer vers la patrouille et de tendre une embuscade aux deux kolkars en espérant les éliminer rapidement, pendant que le reste du groupe avancerait vers l’Oasis stagnante. Le gros du groupe, rejoint par Hinal'ys guidée là par son étrange compagnon élémentaire-végétal Terra Viva, put atteindre l’oasis discrètement, cependant la patrouille donna un peu plus de fil à retordre. L’un des deux centaures parvint à blesser salement Misi à l’épaule, mais ils finirent désarmés et tailladés par les assauts combinés du druide métamorphe et les flèches d’Acrae.

L’Oasis stagnante

À présent à couvert sous la dense végétation de l'oasis, le groupe devait tout de même agir vite, avant que l'absence de la patrouille centaure autour de l'oasis ne soit remarquée par les autres quadrupèdes. Jum'sha, Filbrehim et Tho'rundo s'éloignèrent pour gravir une colline surplombant la végétation locale, espérant ainsi avoir un meilleur point de vue sur la situation centaure alentour. Acrae et Mawk tentèrent de gravir une butte plus proche, mais plus escarpée, afin de couvrir plus de vision du terrain possible. Pendant ce temps, Hina'lys mit immédiatement à contribution ses pouvoirs guérisseurs pour apaiser et soigner la plaie importante de Misimaskwa, tandis que Sala'jin se portait volontaire pour les protéger d'éventuels dangers durant les soins.

Le trio le plus éloigné parvint à s'élever suffisamment sur une petite colline pour observer plusieurs baraquements et regroupements centaures importants, disséminés autour de l'oasis. Filbrehim avait une longue expérience de la menace centaure. Aussi fut-elle surprise de voir à nouveau deux bannières différentes près des différentes tentes centaures : l'une rouge sombre ornée d'une pointe blanche, l'autre sur peau tannée claire ornée d'une peinture de sabot brun. D'après ce que la Taurène savait, la première était l'apanage des centaures de la tribu kolkar, mais l'autre provenait d'une autre tribu plus dispersée. Deux tribus centaures s'étaient donc alliées dans les Tarides ? Mais pourquoi maintenant ? Le groupe nota la localisation d'une tente mieux défendue et plus imposante, probablement habitée par les chefs centaures. Tuer les chefs permettait généralement de déstabiliser et affaiblir suffisamment les centaures pour mettre un terme provisoire à leur "stratégie militaire" et donc à la menace qu'ils constituaient. Mais cette fois-ci, ils seraient difficile à atteindre pour le petit groupe de Trolls et Taurens, en infériorité numérique par rapport à l'affluence de centaures dans le baraquement principal. Le trio redescendit de sa petite butte pour retrouver le reste du groupe.

Restée en retrait, Hinal'ys s'occupa de soigner la blessure physique de Misimaskwa, mais ce dernier était à nouveau assailli par un sentiment nauséeux, percevant le foisonnement anormal et chaotique de la vie de l'oasis, saturée par une source d'énergie vivifiante puissante... et potentiellement dangereuse pour le subtil équilibre naturel local. Cette énergie semblait submerger tout l'écosystème en bouillonnant dans un désordre incontrôlé. Malgré tout, le druide parvint à se relever, et suivit Sala'jin qui ouvrit la marche pour rejoindre les autres.

De leur côté, Mawk et Acrae n'étaient pas parvenu à grimper au sommet de l'escarpement qu'ils visaient, mais ils avaient tout de même pris un peu de hauteur. Ils ne pouvaient distinguer les plaines autour de l'oasis, mais ils aperçurent la présence d'une tortue gueule-d'acier colossale dans des fourrés. Endémiques des oasis, ces tortues atteignaient généralement un bon mètre d'envergure, mais la carapace de celle-ci approchait les deux mètres ! Ce monstre de kératine était apparemment occupé à dévorer une masse de fougères assez imposante pour apaiser son appétit. C'est à ce moment-là que le marcheur des esprits et la chasseresse entendirent des cris étouffés de surprise en contrebas de leur position.

En effet, une liane rampante souple venait happer la cheville de Sala'jin pour le faire chuter lourdement au sol, tandis qu'une fleur rose libérait sur le troll, Misi et Hina'lys un nuage de spore asphyxiant. Pris de quintes de toux, cherchant de l'air, sentant leur organisme suffoquer sous la densité des spores irritantes ayant pénétré leurs poumons, le trio était mal en point. Dans une pensée guidée par l'instinct de survie, Hina'lys appela intérieurement l'aide d'esprits élémentaires d'air pour souffler le nuage se répandant autour d'eux.

Sala'jin, tombé au sol, fut épargné par le centre du nuage et fut moins étouffé par les spores. Il parvint de justesse à se libérer de l'étreinte de la tentacule végétale en la taillant net d'un coup d'épée bien placé. Entre temps, Mawk et Acrae avaient dévalé l'escarpement sur lequel ils étaient juchés pour porter secours à leurs compagnons. Mawk trancha de ses deux haches dans les tiges, les feuilles, pour faire reculer l'assaut floral afin de laisser l'opportunité à Misimaskwa et Hinal'ys de s'écarter et reprendre leur souffle, tandis qu'Acrae, inquiète et sachant ses flèches inutiles dans cette mêlée tentaculaire, aida Sala'jin à se relever.

Alertés par les sons du combat, Filbrehim, Tho'rundo et Jum'sha hâtèrent le pas à travers l'oasis pour rejoindre le groupe. Ils furent ralentis dans leur course par d'autres lianes et sarments rampants qui les obligèrent à bondir et rester alertes pour esquiver ces étaux verdoyants. Finalement, Sala'jin parvint à donner le coup de grâce en pourfendant la fleur-flagellante-mère dressée devant lui et à l'origine du réseau rhizomique qui se rétracta et disparut dans les méandres de l'oasis.

Ruse et retraite

Se remettant de cette attaque, le groupe à nouveau réuni put partager les informations récoltées concernant l’activité centaure. Filbrehim expliqua notamment l'alliance surprenante entre deux clans centaures distincts, mais aussi la quasi-impossibilité à atteindre les chefs respectifs sans devoir combattre la totalité du baraquement principal, ce qui était largement hors des moyens de leur petit groupe.

Avec sa longue expérience des guérillas entre tribus trolles de Strangleronce, Jum’sha savait que les conflits et rivalités opposant des tribus et clans pouvaient rapidement ressurgir à la moindre étincelle et détruire des pactes ou cessez-le-feu. Il proposa donc d’attiser la colère d’un des deux clans centaures établis autour de l’oasis en maquillant la mort des deux guetteurs pour accuser l’autre clan.

Bien que les Taurens Cœur-Sauvage répugnèrent de prime abord à user d’une ruse aussi déshonorante, force était de constater qu’elle permettrait probablement de réduire la menace quadrupède pour laisser ensuite le temps à la Croisée de s'organiser et les repousser. Les deux guetteurs abattus sur le chemin de l’oasis arboraient les couleurs rouges sombres des kolkars. Mawk Haut-faucon repartit en toute hâte vers le petit camp d’avant-poste qu’ils avaient vidés de toute vie deux heures plus tôt et revint avec la bannière claire ornée d’une peinture de sabot brune qu’il laissa trainer près des deux cadavres kolkars.

Le groupe se replia ensuite promptement vers la route principale afin de rejoindre la Croisée. Néanmoins Misimaskwa était toujours très soucieux concernant ce que ses dons druidiques lui avaient transmis et fait ressentir dans l’oasis stagnante, ainsi que la présence d'une tortue anormalement grande pour son espèce et d'une fleur flagellante aggressive. Il décida de partir rejoindre ses confrères druides immédiatement pour partager son sentiment et les alerter.

Le reste du groupe demeurait également inquiet. Ils avaient appris qu’au moins deux clans centaures s’étaient alliés et se rassemblaient dans les Tarides, et même s'ils espéraient que le stratagème puisse les pousser à s'entre-tuer au moins en partie, il restait un point obscur sur cette affaire. Quelle était la raison de cette alliance inattendue entre les deux clans ? Trolls et Taurens échangèrent à ce propos. Une attaque sur la Croisée et contre la Horde ? Mais les centaures auraient eu maintes meilleures occasions de s'attaquer à la Horde lorsque la Légion Ardente avait grandement affaibli l'armée de la bannière rouge, deux ans plus tôt, alors qu'à présent, les grunts étaient revenus massivement dans les territoires proches d'Orgrimmar. Les centaures étaient certes hargneux, mais ils n'étaient pas complètement stupides.

Acrae rappela alors au groupe quelque chose que la Horde lui avait enseigné. Les ressemblances et partages culturels, la diplomatie, les valeurs morales et le dialogue unissent bien moins les peuples que l'instinct de survie. La Légion Ardente l'avait prouvé en créant une entre-aide surprenante entre des personnes aux valeurs bien souvent opposées. "L'unité" de la Horde reposait bien plus sur un pragmatisme d'union des forces face à l'anéantissement que sur une veritable amitié ou respect entre ses peuples. Si les méfiants et colériques centaures de ces deux clans étaient passés outre leurs divergences pour collaborer, c'était probablement pour se protéger collectivement contre un danger qui les menaçait tous et les obligeait à s'unir pour survivre. Rester à comprendre la nature de ce danger et s'il présentait un risque également pour les habitants des Tarides.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoires-trolles.forumactif.com
Wa'ai
Admin
avatar

Localisation : Hutte des Tarides
Rôle : Grande prêtresse du makoa loa

MessageSujet: Re: Des sabots dans les plaines   Ven 13 Juil 2018 - 16:22

Remonter la piste

Le lendemain, Trolls et Taurens de la veille se retrouvèrent comme convenu à la Croisée pour convenir des suites à donner. Le groupe s'accorda sur le fait d'essayer d'aller en reconnaissance vers l'oasis stagnante et les baraquements centaures de la veille pour constater par eux-mêmes les conséquences de leur ruse. Préférant ne pas retourner précisément sur les lieux du crime, ils choisirent de ne pas prendre la route vers Cabestan, mais de s'approcher plutôt de l'oasis par le Sud. Les Héritiers et les Coeurs-Sauvages quittèrent donc la Croisée par la route méridionale, puis obliquèrent plein Est pour retrouver l'oasis, à la faveur de la nuit qui les dissimulerait.

Plus ils s'avançaient et plus ils discernèrent les lueurs de feux au sein des grands campements sous les silhouettes sombre des palmiers de l'oasis se détachant à l'horizon. Mais il ne s'agissait pas de feux de guerre ou de tentes en flamme, simplement de feux de camp éparses. De plus atmosphère semblait plutôt calme dans les plaines. Les centaures avaient-ils purgés les camps de leurs rivaux dans la journée ?

Un des membres du groupe aperçut l'ombre d'un petit avant-poste non loin, mais visiblement silencieux et sans feu ou fumée. Le groupe, sur le qui-vive, s'y engagea. Ils ne trouvèrent que des cadavres de centaures couverts de plaies mortelles attirant les mouches, ainsi que les restes d'une bannière calcinée noircie dans les cendres d'un feu éteint. La tente n'avait pas été démontée, les objets et armes de rechange n'avaient pas été emportés. La tactique avait-elle fonctionné ? S'agissait-il d'une tuerie inter-clans ? Sala'jin s'aventura dans l'unique tente du petit avant-poste centaure et en ressortit avec un morceau de cuir tanné inscrit de gribouillis centaures et de ce qui ressemblait à une carte.

Celle-ci représentait visiblement les Tarides, avec les oasis représentées pas quelques arbres, les collines par des V inversés et la Croisée par l'insigne de la Horde. Le symbole de la pointe blanche entourée de rouge et celui d'un sabot marron avaient été peints près de ce qui était vraisemblablement l'oasis stagnante. Juste en dessous, une multitude petits traits successifs, parfois barrés, indiquait peut-être un chiffrement ? Le nombre de centaures recensés une fois les clans unis ? Ne figurait aucun plan stratégique pour prendre d'assaut la Croisée. Mais ce qui intrigua les Taurens et Trolls était une large flèche tracée vers une autre oasis, à l'Ouest, sous une colline surmontée d'un petit dessin d'un crâne et d'un serpent.

Malgré l'aspect rudimentaire de cette carte et l'approximation des distances, certains se demandèrent s'il pouvait s'agir de l'oasis luxuriante jouxtant les Cavernes des Lamentations. Ceux qui connaissaient ce lieu de sinistre mémoire, savaient que des elfes y avaient voué un culte malfaisant aux serpents. Comme celui de la carte. Mais la tête de mort ? Tout cela n'était pas de bon augure, et Acrae répugnait à approcher de ces crevasses que la rumeur disait maudites. Néanmoins, à l'unanimité, le groupe voulait comprendre de quoi il retournait et décida de se détourner des baraquements centaures de l'oasis stagnante pour se diriger vers l'Ouest.

Lorsque le groupe arriva en bordure de cette seconde oasis, il remarqua que celle-ci était bien moins colonisée par les centaures que la précédente, presque abandonnée. Ne restait qu'un petit bivouac qu'ils évitèrent soigneusement dans l'obscurité de la nuit. Progressant en bordure de l'oasis sans réellement y pénétrer, de crainte de ne se faire à nouveau surprendre par la flore locale, Trolls et Taurens atteignirent l'entrée des cavernes à flanc de colline.

Privés de Misimaskwa, ce furent Tho'rundo et Acrae qui furent envoyés en éclaireurs vers la vaste cavité rocheuse, ressemblant à la bouche ouverte d'un crâne. La voie sembla dégagée, bien que l'engouffrement du vent circulant dans le dédale rocheux fit entendre à leurs oreilles alertes des râles et soupires à glacer le sang. Les Cavernes des Lamentations tenaient initialement leur nom des évents volcaniques internes qui produisaient de longs gémissements lugubres lorsque de la vapeur s'en échappait, mais il fit par la suite davantage référence aux plaintes et grognements des animaux terriblement déformés piégés en son sein par les expérimentations d'un culte reptilien. D'habitude, les Trolls apprécient les reptiles, mais ceux-là n'avaient rien de commun avec leurs fidèles montures et familiers.

Le reste du groupe les rejoignit et Jum'sha fut sollicité pour allumer des torches de fortune en appelant ses dons de parle-loa béni par Pogeyan. En effet, quelques mètres après l'entrée, la grotte plongeait dans le noir absolu, privée de la lueur des deux lunes et des étoiles. S'enfonçant dans la moiteur des parois suintantes de la caverne saturée de vapeurs soufrées et d'odeur âcre de renfermé et de putrescence, le groupe progressa dans le dédale souterrain. Lorsque plusieurs passages s'offraient à eux, ils s'accordèrent pour suivre les grisgris et talismans suspendus ça et là le long des galeries, mises en garde solennelles pour les mortels de rebrousser chemin et modestes défenses magiques pour contenir le mal en ces lieux.

Alors que leur lente descente dans les sous-sol des Tarides les amenait à traverser un couloir d'eau stagnante leur arrivant aux chevilles, le bruit de rugissements au-devant leur parvint en se répercutant en écho sur les parois. En progressant sur leurs gardes, ils débouchèrent sur un passage où un ours venait de reprendre sa forme d'Elfe de la nuit, vêtu de feuilles et pieds nus, en achevant un combat contre deux raptors déviants.

La surprise fut de taille pour les Trolls et Taurens, autant que pour le Kaldorei, qui restèrent quelques instants à se jauger et se dévisager avant que l'Elfe ne lève les mains en signe de paix et ne s'essaie à parler en taur-ahe. Rapidement encerclé par le groupe, l'elfe se présenta sous le nom de Velinor Branche-ardue et tenta de justifier sa présence à l'attention des Taurens qui retranscrire ses paroles aux Trolls.


Ce druide du Cercle Cénarien expliqua avoir ressenti un grand trouble dans la force l'équilibre naturel de ces cavernes à travers le Rêve d’Émeraude. La catastrophe de Silithus, bien sûr, agitait énormément les énergies du Rêve, mais il percevait ici des secousses d'un autre ordre. Il craignait que cet évènement n'ait ébranlé Kalimdor bien plus qu'on ne le craignait et que les profondeurs du continent n'aient été ébranlées. Il indiqua la présence de failles et éboulements dans le couloir rocheux, auxquels les Trolls et Taurens n'avaient pas prêté attention. Une force puissante se frayait selon Velinor un chemin à travers elles et il craignait que ne ressurgissent des forces dangereuses précédemment éveillées par le druide Naralex en ces lieux.

- [Tau-ahe] Les ramifications des cavernes des Lamentations s'étendent sur tout le territoire des Tarides, et si une autre source d'énergie incontrôlée se fraie un chemin vers la surface à partir de tous ces souterrains, ces énergies se déchaîneront dans la région en bouleversant la faune et la flore.  

Juste devant les pieds d'Acrae, une longue fissure de quelques centimètres de profondeur séparait le couloir rocheux. La trollesse s'en écarta vivement pour rejoindre le reste du groupe. En l'absence du druide Misimaskwa pour ressentir les besoins de la Nature locale, et bien que certains demeurent extrêmement méfiants, le druide elfique fut autorisé à les accompagner pour remonter à la source des problèmes. La progression reprit en continuant de descendre dans les entrailles des cavernes, avec le Kaldorei sous surveillance. Acrae et Tho'rundo se proposèrent de rester en arrière pour couvrir et prévenir le groupe en cas d'attaque de dos par des créatures déviantes qui pouvaient arriver d'autres couloirs du dédale et ainsi assurer une voie dégagée vers la sortie. Il était nécessaire que quoi que le groupe découvre en bas des cavernes, il ne soit pas pris en tenaille sur deux fronts et puisse se replier et remonter à la surface rapidement.

Mawk, Sala'jin, Filbrehim, Jum'sha, Hina'lys et Velinor débouchèrent donc seuls bien plus loin, sur le rebord d'une vaste cavité souterraine contenant un petit lac d'eau chaude aux reflets miroitants et scintillants, alimenté par un geyser et bordé de fougères et palmiers semblables à ceux des oasis en surface. Par une anfractuosité du haut plafond rocheux, pendaient des mousses et lichens laissant percer des raies de lune éclairant le bassin.

Mais le groupe n'eut guère le temps de profiter du spectacle en contrebas, que surgit de derrière des colonnes rocheuses du fond de la grotte un immense serpent de plusieurs mètres de long, qui vint glisser contre les fougères et se baigner dans les vapeurs tièdes du lac.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoires-trolles.forumactif.com
Wa'ai
Admin
avatar

Localisation : Hutte des Tarides
Rôle : Grande prêtresse du makoa loa

MessageSujet: Re: Des sabots dans les plaines   Dim 15 Juil 2018 - 13:44

Éteignant immédiatement leurs torches, le groupe comprit que si les centaures avaient pratiquement délaissé l'oasis luxuriante, et qu'ils se regroupaient entre clans à l'oasis stagnante pour se préparer à un affrontement, c'était sans doute à cause de la présence de cette aberration serpentine. Contre-nature, il était de toute façon nécessaire de l'éliminer rapidement, sans quoi qui sait jusqu'où irait sa croissance démesurée. Le serpent géant constituait un grave déséquilibre pour l'environnement de l'oasis locale, de laquelle il dévorerait ou ferait fuir toutes les créatures.

Souhaitant s'approcher discrètement pour l'étudier et mettre au point un plan d'action pour en venir à bout, les Trolls et Taurens se risquèrent à suivre la pente descendant vers le bassin, en espérant que les ombres, les vapeurs et les fougères dissimuleraient au mieux leur avancée. Malheureusement, la pénombre de la caverne à peine éclairée était aussi un désavantage pour eux. Mawk sentit le sol se dérober sous lui lorsque ses sabots glissèrent sur le rebord d'une crevasse de roches rendues glissantes par l'humidité. Atterrissant lourdement au fond d'un trou rocailleux et moussu à hauteur du lac, les vibrations se répercutèrent sur l'eau et furent aussitôt détectées par le reptile qui tourna son énorme tête dans la direction de l'intrus et plongea.

Mawk tenta de faire appel à des esprits de givre pour créer une surface de glace afin d'empêcher le serpent de remonter à la surface près de lui, mais l'eau était tiède et le serpent émergea en brisant aisément les quelques glaçons ainsi formés et se hissa. Se dressant de toute sa taille gargantuesque en hérissant sa coiffe dans une posture dominante, le reptile poussa un sifflement colérique. Sala'jin se rua au secours du Tauren, brandissant son bouclier devant lui.


Frappant de son épée contre son bouclier, le Gurubashi tenta d'attirer l'attention de la bête pour permettre au marcheur des esprits de faire appel aux pouvoirs de ses ancêtres. Jaugeant cet adversaire bruyant, le reptile frappa d'un mouvement sec vers le côté gauche du troll, à l'opposé du bras maniant le bouclier protecteur. Ses crocs d'une dizaine de centimètres se refermèrent sur le Troll, transperçant l'armure et la chair de part en part à travers l'épaule et le thorax.

Les autres membres du groupe, restés en surplomb, trouvèrent un angle proche du rebord pour venir en aide à leurs confrères. Des balles de fusil claquèrent dans la grotte et pulvérisèrent un stalagmite, tandis que Jum'sha commença à canaliser les pouvoirs de son loa, mais ce fut l'intervention du druide Velinor, projetant un éclat lunaire sur la créature, qui lui fit lâcher prise et libéra Sala'jin. Envoyé lourdement au sol par le serpent quelques mètres en arrière, le Troll présentait de multiples plaies profondes teintant son armure cramoisie d'un peu plus de rouge sombre visqueux, mais il était vivant.  

Mawk avait eu le temps toutefois de faire appel aux pouvoirs de feu de ses ancêtres. Néanmoins, la canalisation des flammes dans l'obscurité attira le regard luisant - et trop intelligent pour être naturel - de la bête, qui balança avec une rapidité surprenante un grand coup de queue dans le lac en direction de Mawk et Sala'jin, projetant une gerbe d'eau qui submergea et noya les flammes à peine invoquées.

Surplombant la scène, juché sur le rebord de la falaise, hors de portée de l'eau et du serpent, une autre menace ardente guettait le reptile. Achevant la longue canalisation du pouvoir du loa Pogeyan qui venait de répondre à lui, Jum'sha libéra une brasier flamboyant sur l'ennemi. La tempête de feu calcina la peau écailleuse dans un sifflement strident de douleur et de convulsion du corps musculeux du monstre. Grièvement blessé, le serpent géant se jeta dans l'eau tant pour fuir que pour éteindre le feu brûlant de son corps.


Mawk parvint à ralentir la fuite du reptile juste assez pour qu'un tir de fusil de Filbrehim ne pourfende le crâne et n'achève la créature qui se tortilla dans une flaque de sang et sombra au fond du lac.

Le calme revint dans le clapotis de l'eau et la lueur du clair de lune filtrant par le sillon du plafond. Tandis que Hina'lys apporta des soins à Sala'jin, Filbrehim inspecta les environs en découvrant des frusques de centaures déchirés, mais également des restes de diverses créatures digérées par le serpent qui avait régné en maître des lieux et grandit là pour une durée indéterminée. Velinor ne découvrit nulle trace de résurgence du culte des druides du Croc, ce qui le rassura tout en l'inquiétant sur la façon dont ce serpent avait pu devenir aussi monstrueusement imposant sans intervention extérieure.

La réponse vint du bassin. Mawk y avait aperçu des reflets scintillants étrangement sous la surface et il plongea pour en comprendre la nature. Les roches étaient recouverte d'une formation de fine couche de cristaux agrégés aux couleurs chatoyantes bleutées et dorées. Le minuscule agglomérat de ces petites pierres était plus dense près du geyser, source du lac souterrain. A peine en contact avec, que leur marcheur des esprits fut pris d'une étrange décharge d'adrénaline et de sentiments puissants. Il craignait à présent la nature profonde de ces pierres et s'entretint en taur-ahe avec Filbrehim et Velinor à propos des pouvoirs prolifiques de cette substance venue des profondeurs, sur la faune et la flore qui y étaient exposées, avant que le groupe, épuisé, ne reprenne le chemin de la sortie.


Acrae et Tho'rundo avaient éliminé quelques créatures déviantes en leur absence pour assurer le retour, qui ne révéla donc pas d'autres rencontres désagréables. Arrivé à la surface, Velinor remercia Trolls et Taurens, salua puis s'envola sous forme de chouette pour Reflet-de-lune en toute hâte.

Mawk, très affecté par ce qu'il avait découvert et par le contact avec les minuscules cristaux, réfléchit à ce qu'il allait faire des informations récoltées. Le groupe rentra à la Croisée, afin d'avertir les grunts sur place des évènements liés à ces cavernes sous les Tarides, tout en omettant dans l'histoire la présence du druide kaldorei.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoires-trolles.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Des sabots dans les plaines   

Revenir en haut Aller en bas
 
Des sabots dans les plaines
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» embuscade dans les plaines et colline de Rhaenys
» Game of Thrones : Bataille dans les plaines du Conflans
» Le moon est dans Wakfu :p
» [Lego] Besoin d'aide pour se situer dans les nouveautés
» Devenir Receleur dans les RR, possible ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Héritiers du makoa loa :: Vies de trolls :: Histoires autour du feu-
Sauter vers: