Héritiers du makoa loa

Guilde jeu de rôle trolle - World of Warcraft - Serveur EU-Kirin Tor
 
AccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Tomber le masque

Aller en bas 
AuteurMessage
Wa'ai
Admin
avatar

Localisation : Hutte des Tarides
Rôle : Grande prêtresse du makoa loa

MessageSujet: Tomber le masque   Jeu 24 Mai 2018 - 11:00

Les Zandalari : ces trolls présomptueux tout droit sortis d’un autre âge. Leur trône : Zuldazar. Leur but : s'enorgueillir d'être au sommet de tout et tous. Zen’khan les a vus. Pour lui, tout a commencé par une nuit sombre, le long d'une sente solitaire de la jungle, alors qu'il cherchait un raccourci que jamais il ne trouva. Cela a commencé par une rencontre malheureuse et par un troll devenu le pantin d’un autre. Cela a commencé par celui-qui-vient-de-nulle-part.


~~~~~~


Pour les Héritiers, le doute s’était installé au cours d’une soirée de danse et de visions terrifiantes, des mois auparavant. Puis la méfiance avait récemment enflé en Norfendre, dans une chambre scellée où les avait menés un Zandalari solitaire et où Zen’khan avait perdu l’esprit. Depuis leur retour des terres gelées, Zen’khan évitait d’entrer en contact avec sa loa Fènwa. Remettant en question ses objectifs et lui-même après ce qui était arrivé à Sala’jin.

Dans la douce tiédeur d’une soirée des Tarides, un troll à la peau grise, aux yeux luminescents, aux riches parures et à la haute stature s’était présenté à la hutte de Celle-qui-voit. C’était Ukwe’khan, le Zandalari solitaire. Devant Wa’ai, Sala’jin, Jum’sha et Zen’khan, il demanda à ceux qu’il nommait ses « frères » tout en affichant ostensiblement une supériorité méprisante, à entendre le but des Héritiers, et le culte du makoa loa.

Néanmoins il détourna bien vite la conversation avec grandiloquence concernant le pouvoir du savoir et la restriction qui devait être appliquée quant à son partage parcimonieux aux seuls trolls méritants et sages. La présence de Zen’khan notamment, fut remise en question : le Zandalari fit allusion à ce qui s'était produit face à la hache maudite lors de leur rencontre dans les Grisonnes. Ukwe’khan suggéra fortement de se séparer du Zen'khan au plus vite.

La position de Wa’ai là-dessus était claire : Zen’khan avait certes fait des erreurs, suivi un chemin dangereux, pactisé avec des forces sombres, mais il était capable de remise en question, d’apprentissage de ses erreurs et de volonté, ce dont semblaient être dépourvus d’autres trolls prétendument plus savants. Zen’khan avait maintes fois sauvé la vie de ses frères Héritiers au cours de divers voyages, dont celle de Wa’ai, il était loyal et avait été dévasté d’avoir mis en danger l’un des leurs involontairement. Il était sous leur protection.

Ukwe’khan se vit donc répondre avec plus ou moins de retenue de se mêler de ses affaires et de prendre congés s’il n’avait rien de plus « sage » à partager avec eux, avant que des Sombrelances ou la Horde ne découvrent sa présence sur leurs terres. Le troll insista néanmoins pour confier aux Héritiers un talisman qu'il leur suffirait de briser pour l'alerter et lui permettre de les retrouver au plus vite, à utiliser en cas de nouveaux problèmes avec Zen'khan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoires-trolles.forumactif.com
Salajin

avatar

Rôle : Guerrier

MessageSujet: Re: Tomber le masque   Jeu 24 Mai 2018 - 17:45

Suivant les directives de Wa’ai, Sala’jin l’assiste avec application. Le rite funéraire est long par lui-même, mais quand il concerne un corps aussi étrange que celui qu’ils doivent momifier, ça l’est encore plus. Allongé sur la paillasse, les yeux clos, une jambe fracturée, la nuque brisée, la peau du visage en partie coupée sur le front, le corps nu Zen’khan repose, seul, délesté de l’âme tourmentée du troll qui l'habitait.

------------------------------------

Plus tôt dans la soirée, alors que Wa’ai, Jum’sha et lui-même discutaient de la nouvelle mascotte navrecorne récemment arrivée parmi eux, tous les trois purent apercevoir Zen’khan accourir dans leur direction de sa démarche boitillante. Sala’jin s’apprêta à le saluer au moment où le parle-loa leva sa hache au-dessus du Gurubashi et faillit lui donner un coup, s’interrompant de justesse dans un moment de lucidité.

Pendant une fraction de seconde, Sala'jin regarda le Roncerouge puis s’écarta d’un bon, saisissant sa propre arme, sachant pertinemment que si Zen’khan ne s'était pas immobilisé à temps, il n’aurait pas pu l’esquiver ou le bloquer. Reprenant rapidement leurs esprits devant cet acte ahurissant, Wa'ai s'écarta et Jum'sha se redressa à son tour, sur le qui-vive.

Visiblement de nouveau contrôlé par quelqu’un - ou quelque chose - Sala’jin et Jum’sha tentèrent de se saisir de Zen'khan et de l'empêcher de bouger, échangeant quelques coups vifs contre un Zen'khan se débattant de toutes ses forces mais tentant parfois d'articuler des paroles indistinctes à propos de son masque. Ils n’hésitèrent pas. Jum'sha lui maintint les bras en arrière le temps que Sala'jin arrache le masque du maléficieur, dévoilant une marque tatouée sur l'entièreté de son visage, puis ils parvinrent à assommer leur camarade.

Une fois neutralisé, Wa’ai leur apporta de la corde et leur demanda de porter Zen’khan vers la colline proche, afin d'éviter toute éventuelle propagation de mauvais mojo près de sa hutte. Tentant de maintenir une assurance déterminée, la voix soudain plus rauque et sèche de la vieille trollesse rappela avec fermeté que lors d'une conversation avec Zen'khan suite à ce qui s'était déjà produit en Norfendre, il avait librement accepté - et demandé - quand il était encore lui-même, d'empêcher qu'il ne s'en prenne à eux, par tous les moyens possibles, même si cela signifiait le tuer.

Le guerrier acquiesça mais souligna que tant que Zen'khan était assommé, Wa'ai avait le temps d'ausculter le troll pour trouver un autre moyen. S'il n'y en avait pas, alors il le libérerait de ses tourments, définitivement. Néanmoins, la marque inscrite sur la peau du troll semblait complexe et d'une magie vaudou sale, inconnue de la prêtresse.

En haut de la colline, Wa’ai prit le temps d’étudier le troll inconscient, mais ne pouvait dissiper le maléfice puissant tant que la marque existait. Le temps passait et lorsque Zen'khan reviendrait à lui, ce serait avec toute la folie qui le manipulait contre son gré. Jum'sha suggéra de procéder au scalp de la peau du front de Zen'khan, comme il en avait été fait de même avec le tracé atal'ai incisé dans la peau de sa soeur Igazi. Il était en effet très difficile, voire impossible, de parvenir à retirer entièrement la marque qui couvrait la totalité du visage, mais retirer une partie au moins de symbole serait peut-être salvateur.

Zen'khan revint à lui, yeux grands ouverts, en tenant à nouveau des propos confus. Jum'sha dût tenir le troll pour que la vieille oracle puisse pratiquer l'excision cutanée à l'aide de sa dague rituelle, pendant que Sala'jin déshabillait le pauvre bougre pour s'assurer que nul autre sigle vaudou ne soit présent à d'autres endroits du corps. Le Gurubashi découvrit l'état du tibia de la jambe droite de Zen'khan : une fracture, qui n'avait visiblement jamais régénéré. De plus une imposante cicatrice lui lacérait le thorax.

Malgré l'insupportable vue des lambeaux de chair retirés, bien qu'étrangement peu sanguinolents, Zen'khan n'émit aucun cri et ne sembla même pas souffrir. Wa'ai fut contrainte de s'y reprendre à plusieurs fois, tant à cause de ses mains tremblantes que de l'étrange dureté de l'épiderme du troll.

Soudain, tout devint plus clair. Zen’khan ne mangeait presque pas, d'ailleurs il disait ne pas avoir grand appétit. Mais en Norfendre il n'avait pas paru souffrir du froid autant qu'eux. Et ses tours de garde la nuit ! Jamais il n'y avait été pris à somnoler ou à avoir du mal à se lever le matin. C'est alors que la terrifiante idée d’un cadavre animé, particulièrement bien conservé et entretenu par des enchantements vaudous puissants, germa dans les têtes de Sala'jin, Jum'sha et Wa'ai. Une sorte de poupée vaudou géante, sculptée et arrangée à partir d'un corps de troll assassiné et animée par le mojo de la victime.

Dans un silence amer, Wa'ai acheva sa besogne.

Zen'khan sembla se détendre et Jum'sha dût le soutenir pour le garder assis contre lui. Nu comme un nouveau-né, le visage dégoulinant de chair poisseuse, il les observa avec un regard ébahi, comme s'il revenait d'un long cauchemar. Il parvint à évoquer dans des phrases hésitantes, comment il fut tué dans la jungle de Strangleronce et son esprit insufflé dans cette parodie de vie, errant et obéissant depuis lors à celui qui lui avait infligé ce supplice. Ils eurent du mal à comprendre si Ukwe'khan était cette ordure déviante, car la mémoire très affectée de Zen'khan était en miettes, mais ils surent avec certitude que ce Zandalari était impliqué. Il avait sans doute voulu récupérer son "jouet" en voyant qu'il s'attachait trop à sa "famille d'adoption" qu'il lui avait sans doute ordonné d'infiltrer.

Hébété par sa condition et sa liberté précaire retrouvée, Zen'khan demanda s'il pouvait continuer à vivre ainsi, auprès d'eux. Mais c'était impossible. Cela allait contre la volonté du Créateur. Sa place était près de ses ancêtres, dans la sérénité. Tous furent d’accord pour libérer l’esprit du troll et enfin lui accorder le repos mérité. Il parla alors de son coeur, qui lui manquait, dont il avait été privé par son bourreau pour lui refuser la paix dans l'au-delà.

Les trolls promirent qu'ils feraient tout pour le venger et lui apporter la paix. Wa'ai voulut ensuite savoir si le troll se souvenait son nom et sa tribu d'origine, afin qu'il ne soit pas oublié et ramener son corps auprès des siens. Zen'khan sembla se rappeler qu'il avait vécu reclus à l'extérieur de Zul'gurub avec sa famille qui avait fui la ville-temple. Il ne reconnaissait comme nom que Zen'khan et il devait devenir parle-la-nature. Ce qui pouvait expliquer le mot "zen" dans son nom, relatif à cette dernière, et utilisé par les Sombrelances qui devenaient druides.

La nuit était calme sous les étoiles à peine voilées de quelques nuages.

Il semblait soudain qu'il y avait milles choses encore à évoquer avec Zen'khan. Pour repousser le moment fatidique. Pour garder un souvenir de lui qui ne soit pas un mensonge manipulé.

Wa'ai planta sa dague dans la paume de sa main pour attirer vers elle de potentiels esprits hostiles alentour, et ainsi faciliter le passage d'un monde à l'autre de Zen'khan. Jum’sha fut celui qui brisa la nuque, rompant le lien entre le corps et l’esprit de leur ami.

------------------------------------

La momification est un procédé long. Au coté du corps oint de diverses huiles et résines reste une petite urne vide, celle où son cœur, une fois retrouvé, le rejoindra.

D'ici là ils se prépareront à le récupérer. Il y a des chances qu'il faille faire parler le Zandalari Ukwe'khan pour cela. Et ils ont justement une amulette pour appeler sa présence. Reste à se préparer à la confrontation qui s'en suivra.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wa'ai
Admin
avatar

Localisation : Hutte des Tarides
Rôle : Grande prêtresse du makoa loa

MessageSujet: Re: Tomber le masque   Dim 3 Juin 2018 - 14:02

Le petit groupe de trolls s'était réuni derrière la hutte de Wa'ai pour déterminer la marche à suivre au cours d'une soirée de longues heures de désaccords et de présomptions.

Sala'jin voulait utiliser le talisman pour appeler Ukwe'khan pour lui laisser une chance de s'expliquer et comprendre exactement ce qu'il s'était passé avec Zen'khan. En utilisant la diplomatie, il espérait ainsi pouvoir glaner des informations sur l'endroit où était le coeur de Zen'khan ou sur la vérité concernant l'histoire de la réanimation qui conservait encore quelques zones d'ombre.

Jum'sha, au contraire, avec ses nombreuses années d'habitude de guérillas dans la jungle, souhaitait utiliser le talisman pour tendre une embuscade au Zandalari. Il envisageait de l'attendre planqué pour le prendre par surprise et en venir à bout le plus rapidement possible afin de ne pas risquer la vie des membres du groupe. La perte de Zen'khan pesait lourdement sur les Héritiers, il était inutile de prendre des risques face à ce sorcier Zandalari en se présentant à découvert devant lui pour lui parler. Ukwe'khan usait visiblement des magies méconnues et dangereuses, en plus d'être accompagné d'un raptor imposant. Il fallait le prendre à revers et l'éliminer promptement.

Le ton monta rapidement entre les deux trolls concernant le plan à appliquer. Sala'jin voulait discuter avec Zandalari pour lui extirper des informations, mais Jum'sha était convaincu qu'un Zandalari méprisant et ayant commis de pareils crimes de nécromancie et de manipulation mentale sur ses semblables ne pourrait de toute façon que répondre par des mensonges, ce qui rendait toute conversation absurde et vaine.

Sala'jin et Jum'sha faillirent en arriver aux mains quand la responsabilité de la perte potentielle qu'ils risquaient face au Zandalari fut abordée.

- Prendras-tu tes responsabilités si Igazi ou Acrae meurent à cause de ton plan naïf ? Pour les avoir exposées au danger plutôt que d'avoir éliminé directement notre ennemi ?
- Je ferai tout pour vous protéger du danger ! Comme je le fais depuis toujours !
- Alors Sala'jin, peux-tu te lever et jurer devant nous tous qu'aucun de nous ne sera en danger si on parle avec Ukwe'khan comme tu le veux ?
- Jum'sha, tu crois que t'es le seul à souffrir de la perte de Zen'khan ?
- C'est moi en tout cas qui ai dû mettre fin à ses jours ! Ukwe'khan mérite de mourir ! Y a pas à chercher à parler avec lui, on doit venger Zen'khan !
-  Je serai prêt à te briser les os si ça pouvait épargner ta vie et t'éviter de foncer dans le tas combattre Ukwe'khan !
- Arrêtez tous les deux ! Créer des tensions entre nous c'est utile qu'à une seule personne : notre ennemi.
- Igazi a raison ! Si Celle-qui-voit elle entend c'que vous dites, vous allez la détruire ! N'y a-t-il pas assez de la perte d'un des nôtres pour que vous en rajoutiez à vous menacer et scinder le groupe ?!  


Finalement, Igazi et Acrae tentèrent d'établir un compromis entre les deux trolls : Sala'jin et Igazi attendraient Ukwe'khan a découvert, tandis que Jum'sha et Acrae seraient cachés en retrait, pour donner l'avantage de la surprise et de la supériorité numérique quand Sala'jin aurait fini de palabrer avec le Zandalari. Le raptor, bien plus massif que ceux auquel ils étaient habitués, serait une menace à écarter rapidement quand le combat éclaterait.

Il fallait également trouver un endroit qui conviendrait. Acrae suivit la Furie-du-sud jusqu'à un arbre assez touffu et des buissons sur le bas côté du chemin. Ils seraient une cachette convenable, et la position était suffisamment proche de la hutte de Wa'ai pour que Ukwe'khan ne se questionne pas : si le but était de lui faire croire qu'ils avaient besoin d'aide à cause d'un soucis avec Zen'khan, l'entrainer trop à l'écart aurait pu d'emblée lui paraître suspect.

Il faudrait que Jum'sha et Acrae trouvent une position assez confortable car les trolls n'avaient aucune idée du temps que prendrait Ukwe'khan pour répondre à sa "convocation". Puisqu'il avait dit venir "immédiatement" après utilisation du talisman, il devait avoir monté un campement provisoire caché, quelque part dans les Tarides.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoires-trolles.forumactif.com
Wa'ai
Admin
avatar

Localisation : Hutte des Tarides
Rôle : Grande prêtresse du makoa loa

MessageSujet: Tomber le masque   Dim 3 Juin 2018 - 20:11

La rencontre eut lieu le lendemain soir alors que de lourds nuages s'amoncelaient au-dessus des Tarides, annonciateurs de pluie diluviennes.

Sala'jin attendit que Acrae soit postée dans les branches feuillues d'un grand arbre, tandis que Jum'sha se dissimulait dans les buissons adjacents, pour briser le talisman au sol et ainsi en libérer la magie qu'elle contenait. Ils n'eurent heureusement pas à attendre trop longtemps avant que le Zandalari chevauchant son raptor massif n'apparaisse au bout du chemin poussiéreux longeant le fleuve - ce qui confirma l'hypothèse que Ukwe'khan avait établi un campement discret non loin dans la région, espionnant potentiellement les Héritiers. Peut-être même avait-il connaissance de ce qu'ils manigançaient à côté de cet arbre ?

Lorsque le Zandalari mit pied à terre, Sala'jin, Igazi et lui se dévisagèrent et se saluèrent, tandis que le raptor s'écarta pour aller boire au fleuve.

- Tu m'as appelé, mon frère ?
- Oui. Je te salue, Ukwe'khan des Zandalari. Tu m'as confié l'amulette et je pense qu'il était temps de l'utiliser.  Nous avons besoin de te parler de Zen'khan.
- Que se passe-t-il Sala'jin des Gurubashi ?


La pluie commença à tomber drue tandis que Sala'jin questionna :

- Tu sais quoi sur lui ? Zen'khan, il est quoi exactement ?
- C'est un esclave. Auparavant il appartenait à mon père. Maintenant il est mien. Mais il est devenu dangereux, incontrôlable. Il vous causera des problèmes, mieux vaut que je le remporte avec moi. Laissez-le moi.
- Ça, ça va pas être possible ! Où est son coeur ?
- Tu crois que je vais te le dire ?
- Et tu penses qu'on va te laisser partir comme ça ?


Le Zandalari fut pris d'un rire amusé, auquel Sala'jin répondit qu'un sourire bestial. Sans doute la fureur de voir le Zandalari avouer aussi simplement son contrôle sur Zen'khan lui voila l'esprit d'une fureur incontrôlable. Puis l'attaque fut foudroyante ! Un éclair s'abattit quelque part dans les plaines de la savane, en même temps que l'immense espadon zandalari crépitant d'énergie bleutée pourfendit Sala'jin à la verticale. Le hurlement du Gurubashi résonna en choeur avec le tonnerre grondant.

L'attaque avait transpercé l'armure de Sala'jin, ainsi que sa chair jusqu'à l'os. Le bras du troll n'avait pas été sectionné, mais il pendait douloureusement, ne tenant plus que par quelques tendons et muscles arrières. Le combat s'engagea avec ce premier flot de sang. Le chaos s'ensuivit. Le Zandalari profita de l'hébètement de Sala'jin pour le faire tomber au sol. Le raptor surgit en entendant l'appel de son maître et d'un bond projeta Igazi à terre. L'animal commença à déchiqueter puissamment le haut du corps de la trollesse, avant que Jum'sha ne se précipite hors des buissons pour se jeter sur le reptile. Le Scalp-rouge parvint à monter sur le raptor et l'enserra de ses bras et de ses jambes pour l'étrangler et lui faire lâcher sa proie.

Pendant ce temps Acrae, en hauteur, tirait des volées de flèches interrompues en direction de Ukwe'khan. Le Zandalari esquiva tous les tirs, comme s'il avait un don de prescience, mais cela permit de détourner son attention de Sala'jin. Ukwe'khan, découvrant rapidement d'où provenaient les tirs malgré le rideau de pluie, lança un sortilège droit vers Acrae. Celle-ci fut contrainte de descendre précipitamment de l'arbre qui s'embrasa de flammes bleues que la pluie ne semblait pas étouffer.

Ukwe'khan sortit alors d'une petite bourse à sa taille la fiole d'ombre que Zen'khan avait placé sous la hache maudite en Norfendre. Sala'jin, emplit de rage et de douleur, se jeta dans les jambes du Zandalari, épée au poing du bras droit, pour l'empêcher d'utiliser ce sombre et terrifiant mojo. La fiole tomba heureusement dans la boue qui amortit le choc sans la briser.

Tandis que Jum'sha se débattaient avec le raptor et parvenait à lui broyer l'encolure et le tuer par étouffement, le Gurubashi, sous l'influence d'une colère frénétique délestée de toute raison, s'acharna sur le Zandalari, malgré sa fâcheuse position à terre. Ukwe'khan le repoussa à plusieurs reprises mais finit par succomber quand Sala'jin le prit finalement de vitesse et perça sa défense. Ukwe'khan, surpris par ce retournement de situation que son orgueil de "troll supérieur" n'avait pas envisagé, tenta de trouver la grâce de Sala'jin couvert de sang, en lui indiquant avoir caché le coeur sous une souche, au sommet d'une colline du sud des Tarides, là où il s'était installé provisoirement.

Sala'jin, reprenant alors ses esprits, tenta de lui extirper d'autres informations sous la menace. Il apprit que Ukwe'khan était venu accompagné de son fils, Zul'soba, et que ce dernier ferait tout pour récupérer son héritage : Zen'khan et l'épée mystique qui avait pourfendu le bras de Sala'jin "Kaz'thraze", la lame de la Mort. Néanmoins le Zandalari ne proféra par la suite que menace et maudit les Héritiers.

Finalement Sala'jin acheva leur ennemi.

Le groupe de trolls était amoché, mais il fallait agir au plus vite. Sala'jin, à présent sous le contre-coup des blessures, ne pouvait faire le voyage dans les Tarides pour chercher la souche au sommet d'une colline du sud décrite par Ukwe'khan. Il rentrerait à la hutte pour panser ses plaies et se faire ausculter par Wa'ai en attendant que la régénération trolle ressoude son bras gauche et lui rende sa motricité.

Tandis que Jum'sha s'enquérait de l'état de sa soeur malmenée par le raptor, Acrae ramassa la fiole contenant des ombres tourbillonnantes et la donna au Gurubashi pour qu'il la confie à la grande prêtresse en attendant de savoir comment s'en débarrasser sans risque. Les flammes bleues qui avaient incendié et consumé l'arbre s'estompèrent suite à la mort de celui qui les contrôlait. Acrae transporta le corps du Zandalari jusqu'à un brasero flambant en bordure de route et le hissa sur les flammes pour que son corps soit dévoré par les flammes et que son esprit soit détruit avec.

Il errerait pour toujours dans les limbes.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoires-trolles.forumactif.com
Wa'ai
Admin
avatar

Localisation : Hutte des Tarides
Rôle : Grande prêtresse du makoa loa

MessageSujet: Tomber le masque   Lun 4 Juin 2018 - 15:38

La pluie torrentielle avait cessé. L’odeur de terre tiède mouillée emplissait l’atmosphère. Jum’sha, Igazi et Acrae parcoururent les Tarides au cœur de la nuit, dans la boue et les flaques parsemant les plaines herbeuses. Acrae visualisait de quelle colline avait parlé Ukwe’khan.

Lorsque le groupe de trolls arriva sur place après une longue marche, aux aguets, se préparant à une confrontation avec Zul’soba, le fils de Ukwe’khan, ils furent accueillis par le lent sifflement du vent qui balayant le sommet du petit mont. En s’avançant vers la vieille souche, ils découvrirent que la terre avait été fraichement retournée, et ne trouvèrent qu’un creux vide et les restes d’un campement déserté. Le cœur de Zen’khan avait été emporté. Le fils zandalari avait-il ressenti de la mort de son paternel par un moyen mystique ? S’il s’était enfui à pied, il avait de l’avance, mais en forçant l’allure, les trolls pouvaient peut-être le rattraper. Dans la terre détrempée, les traces fraiches de pieds appartenant à un troll mâle étaient visibles.

Néanmoins, les traces n’empruntaient pas le seul accès terrestre du sentier ardu que les trois trolls avaient dû gravir pour arriver là ; elles se dirigeaient vers le rebord du ravin boueux. Au bord de la pente abrupte, les empreintes trolles rencontrèrent les traces impressionnantes de larges pattes à trois doigts griffus aux larges enjambées, qui disparaissaient ensuite soudainement. Une monture volante ?

Acrae fut prise d’une violente terreur en dirigeant son regard droit vers le nord, vers la hutte de Wa’ai qu’ils avaient laissé sans défense avec un Sala’jin handicapé, la momie de Zen’khan, la fiole de mojo ténébreux et le braquemard de Ukwe’khan. La trollesse se maudit intérieurement de n’avoir pas envisagé que le second zandalari chevauche une bête du ciel. Le trio troll n’avait pas été survolé par une monture volante pendant le trajet, mais il était possible que Zul’soba les ait contournés en passant derrière la Colline aux Épines.

Jum’sha, Igazi et Acrae firent demi-tour dans le sprint le plus affolé et rapide de toute leur vie, haletant en envisageant le pire.

Heureusement, lorsqu’ils se précipitèrent dans la hutte avec angoisse, ils ne découvrirent que la Wa’ai paisiblement en train de prendre soin de Sala’jin et d’aider à sa guérison via un sommeil réparateur.

La panique était dissipée. Mais la menace planait toujours : au moins un autre Zandalari convoitait ce que les Héritiers possédaient désormais. L’étude minutieuse de l’épée démesurée révéla la présence de nombreuses prières et phrases en proto-zandali à la gloire du « Loa des Rois ». Elle était par ailleurs toujours crépitante d’une magie infusée dans la lame : peut-être un fragment de pouvoir de ce loa enchanté en son sein ? Une bénédiction vaudou puissante semblait en tout cas la parcourir.

Tant que cette arme était en leur possession, il existait une chance de récupérer le cœur de Zen’khan. Zul’soba viendrait à eux, il les trouverait pour récupérer ce qui lui revenait de droit. Ils pourraient alors peut-être procéder à un échange ? Cependant, les Héritiers ne pouvaient savoir quand le Zandalari tenterait une approche, il avait l’avantage sur ce point. Des tours de garde autour de la hutte furent donc organisés le temps que l’appât joue son rôle.

En outre, le dialogue avec Ukwe’khan n’avait guère apporté d’information. Le groupe ignorait toujours beaucoup de choses. Qui était le loa Fènwa ? Pourquoi les Zandalari avaient-ils ordonné à Zen’khan de servir ce loa ? N’était-ce qu’une invention pour lui donner une raison d’obéir ? Ou bien ce groupe de Zandalari cherchait-il un moyen d’invoquer Fènwa ? Pourquoi Zen’khan s’était-il retrouvé chez les Roncerouges, puis parmi les Héritiers ?

Il restait bien des mystères à éclaircir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoires-trolles.forumactif.com
Salajin

avatar

Rôle : Guerrier

MessageSujet: Re: Tomber le masque   Lun 11 Juin 2018 - 17:00

- Il arrive !!!

Le cri de Kan’dra provoque immédiatement une agitation frénétique chez les trolls autour de la hutte de Wa’ai. Cela faisait plusieurs jours que tous attendaient l’arrivée imminente de Zul’soba venant chercher la vengeance pour la mort de son père Ukwe'khan et l'estramaçon rituel qu'il lui avait légué.

Il arrivait enfin. La tension due à l’attente céda enfin place à la ferveur du combat, le temps de libérer définitivement Zen’khan de ses tourmenteurs allait se terminer ce soir et faire cesser cette menace qui planait depuis trop longtemps.

Sala’jin bondit dans la hutte afin de ramasser en urgence son bouclier et son épée, son bras tout juste rétabli. À peine eut-il le temps de ressortir qu’il vit une large créature ailée plonger depuis le ciel afin de saisir entre ses serres la soeur Zandalari, Kan'dra. Il reconnut sans peine un Hurleciel comme ceux qui parcouraient l'île du Tonnerre.

Kan’dra était venue à eux peu de jour plus tôt, avec remord et humilité après la mort d'Ukwe'khna. Elle ne chercha pas à leur dissimuler son affiliation à ce Zandalari, qui était son père, mais qu'elle avait renié pour toute l'horreur de ce qu'il avait commise contre leur propre peuple. Elle avait apporté le coeur de Zen'khan dérobé à son frère Zul'soba selon ses dires. Bien que le coeur apporté se soit bel et bien révélé être celui de Zen'khan, les Héritiers étaient restés suspicieux et méfiants concernant la Zandalari. Elle fut invitée à rester près de la hutte pour les aider à repousser Zul'soba, qui devait être furieux, et viendrait à eux. Garde tes amis proches de toi, et tes ennemis encore plus. La gardant à portée de vue, elle n'avait rien tenté à leur encontre, ni tenté de se glisser dans la hutte pour y dérober l'épée.

À présent suspendue à plusieurs mètres au-dessus du sol, Kan'dra parvint à blesser suffisamment le reptile volant pour qu’il la lâche et chuta lourdement sur le sol en contre-bas. Sala’jin partit en courant à la poursuite du hurleciel amoché, qui décrivit un arc de cercle difficile avant de se poser sur les hauteurs des collines derrière la hutte. Il fut suivi par Igazi et Jum’sha pendant que Wa’ai et Jilanthy se hâtèrent de rejoindre Kan'dra afin de lui prodiguer les premiers soins. Jilanthy encore un peu soupçonneuse stabilisa simplement son état en découvrant que la trollesse était inconsciente.


Bouclier en avant, Sala’jin fixe l'imposant hurleciel aux ailes d'envergure et à la longue mâchoire acérée et plus particulièrement le troll assis dessus. Arborant des grigris et tatouages en or, difficile de se tromper sur qui est en face de lui.

- Que le Zul’soba descende, il a en face de lui Sala’jin l’pourfendeur d’Ukwe’khan !

La provocation porta ses fruits, l’attention du Zandalari fut immédiatement braqué sur lui, laissant l’occasion à Igazi et Jum’sha de faire le tour pour se mettre hors de portée de vue de leur adversaire et sa monture. Cette dernière fonça en avant afin de renverser Sala’jin, mais Jum'sha bondit sur le dos derrière Zul'soba au même moment. Le Scalp-rouge serra les cuisses et réussit à planter sa dague dans la croupe du Hurleciel afin de ne pas lâcher prise. Sous la douleur, la monture rua et s’envola avec Jum’sha fermement accroché à elle, tandis que Zul’soba se jeta de côté au sol en direction du Gurubashi qui parvient à anticiper le mouvement et ainsi éviter l’assaut.

Jum’sha occupé seul avec un Hurleciel furieux parvint à se hisser sur le dos puis atteindre le cou pour passer ses jambes autour et tenter de l’étrangler. Le vol fut rapidement écourté et la monture improvisé se pose laborieusement et avec fracas juste en face du fleuve. Jilanthy voyant cela usa de ses nouveaux pouvoirs druidiques et invoqua des racines tortueuses de l'arbre proche pour maintenir la monture au sol, ce qui permit à Jum’sha de l’achever en l'étranglant et le frappant à coup de sa lame. Wa'ai veillait sur Kan'dra qui commençait à reprendre ses esprits et s'agiter.

Sala’jin aux prises avec Zul’soba le domina rapidement sur le plan physique, le parle-loa ne pouvant lutter contre le guerrier d'un côté et Igazi de l'autre, il commença à marmonner des incantations vaudou au moment où l’avertissement de Kan’dra fut donné :

- Ne le laissez pas parler !

- Que le Sala’jin lâche son arme !


Malgré ses efforts, le guerrier ne put contrer l’ordre impérieux magiquement donné par le Zandalari et lâcha son arme dans un juron étouffé. Le Gurubashi tenta de frapper droit dans la gorge le parle-loa à mains nues, mais à nouveau il ne put achever son geste, bloqué par la magie de domination de Zul’soba, qui lui intima de rester immobile. Igazi fut elle aussi frappée du même maléfice lorsqu'elle chargea dans la foulée.

Le maléficieur suffisamment rassuré par la situation, ordonna aux deux trolls de s’attaquer mutuellement, mais fut interrompu au même moment par une Jilanthy sous forme de félin. Elle avait vu de loin la scène et laissant Wa’ai avec la zandalari blessée, partie en courant leur prêter main forte, pensant pouvoir prendre de vitesse leur ennemi.

Dès qu'elle fut à portée sa portée, Zul'soba essaya de manipuler Jilanthy de même, mais Jilanthy protégée par les loas, résista. Le maléficieur ordonna donc à Sala’jin, toujours sous son influence, d'attaquer le fauve bleu. Heureusement face à Sala'jin désarmé, la druidesse s’en tira seulement avec quelques coups de poings bien senti dans le museau.

Aidée par les prières de Wa'ai adressées au makoa loa, Igazi parvint à retrouver le contrôle de son corps, le temps de passer ses mains autour du cou du Zandalari et de l’étrangler afin de lui couper la voix... et le souffle. Poussé par la rage et l'instinct de survie, Zul'soba, plus grand que la trollesse et avec des bras plus longs, enserra de ses doigts noueux la gorge de la trollesse penchée sur lui.

Jum’sha finit par les rejoindre au moment où le Gurubashi, libéré de ses incantations insidieuses, se jeta sur le parle-loa pour lui briser la nuque.


- Qu’il rejoigne l’esprit de son père… et souffre dans l’royaume des morts ensemble !

Jilanthy arracha le coeur du parle-loa pendant que Sala’jin s’occupa d'allumer un bûcher. Aucun rite pour accompagner l’âme de Zul’soba. Aucun d’eux n’avait la moindre envie d’offrir ça à un troll dans son genre. Jum'sha quant à lui récupéra la selle ainsi que des écailles et crocs du hurleciel en guise de trophée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tomber le masque   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tomber le masque
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Bionicle] Le masque de Gavla ou Jaller sur un Decepticon
» [MOC] Sans nom : le masque forger
» [Sets] Quel masque de Takanuva préferez-vous ?
» Divers emploi du mot "Loup"
» masque d anbu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Héritiers du makoa loa :: Vies de trolls :: Histoires autour du feu-
Sauter vers: