Héritiers du makoa loa

Guilde jeu de rôle trolle - World of Warcraft - Serveur EU-Kirin Tor
 
AccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les larmes et le coeur de Zul'Gurub

Aller en bas 
AuteurMessage
Salajin

avatar

Rôle : Guerrier

MessageSujet: Les larmes et le coeur de Zul'Gurub   Lun 12 Oct 2015 - 13:40

L'objectif de leur périple est proche. Acrae sent un formidable élan d'enthousiasme la porter. Salajin et elle s'avancent dans la jungle verdoyante avec un peu plus d'empressement que jusqu'alors, pressés d'atteindre la cité majestueuse de l'antique empire troll. Soudain, au détour du chemin, deux imposantes statues de serpent de plusieurs mètres émergent de derrière la frondaison des arbres tropicaux.

- Salajin ! Regarde, regarde ! Un temple pour Hethiss ! Il a l'air immense !

Le Gurubashi ne réprime pas un hoquet de rire moqueur, sous le regard interrogateur de la trollesse.

- C'pas un temple bécasse ! C'est l'entrée de Zul'Gurub !

Bouche bée, les yeux grands ouverts devant le spectacle qui s'offre à elle, le Sombrelance contemple les longues ondulations de la rampe formée par les deux gigantesques serpents sculptés. Plus loin, les grandes tours de gardes dominent l'entrée de la cité. Salajin ouvre la marche vers sa ville, enfin il la retrouve après tant de temps passé, sous les regards pénétrants des idoles à figures animales qui semblent observer les deux visiteurs.

La grande herse, puis le couloir étroit d'une arche ont été prévus pour bloquer, restreindre le nombre d’ennemis. Salajin explique tout à Acrae, non sans une certaine fierté.

- Là c'est que l'enceinte extérieure, tu vois l'couloir là ? La cité elle est derrière !

Sans plus attendre, il s'engage dans le long couloir orné de motifs et d'inscriptions, ses pas trahissent son impatience, accélérant pour enfin déboucher de l'autre côté. Il prend une grande inspiration avant de se retourner vers Acrae.

- Bienvenue à Zul'Gurub, joyau des trolls des jungles.

D'un geste de la main il montre le panorama s'offrant sur la ville construite autour d'un lac central. La ville semble s'insérer dans l'espace offert par la jungle sans la supplanter. Les habitations cohabitent avec les arbres millénaires, les temples avec les cascades indomptées. Les huttes et murailles semblent jouer à cache-cache entre l'épaisse végétation tropicale, le tout ouvert sur le ciel, intégré à l'environnement. Des masques tiki et fétiches colorés ornent par endroit les arbres, habitats et sculptures. Nature et traditions trolles intrinsèquement mêlées.

La jeune trollesse n'en revient pas :

- C'est... c'est tellement grand ! On pourrait loger dix tribus Sombrelance ici !
- Plus même ! Et encore ça c'était que la capitale mais toute la jungle avait des p'tits villages autour en plus !


De ce côté de la muraille, comme de l'autre, la jungle semble pulluler d'animaux qui font leur vie et sont leur seule compagnie. Salajin s'approche d'un des gongs de l'entrée.

- Là normalement il y avait des trolls pour accueillirent et annoncer les arrivants.

Le troll contemple la solitude du vieil instrument dont le métal à quelque peu rouillé. Maintenant, plus personne n'est là pour savoir que des trolls sont de retour entre les murs. Le gurubashi lève l'une de ses lances et donne un coup bref du pommeau contre le disque, qui résonne en faisant vibrer l'air et le cœur de la ville, répandant le signal.

- L'retour des guerriers.


Se dirigeant vers le cœur de la ville, Salajin ouvre la marche, retrouvant ses racines. Les deux trolls traversent les passerelles en bois suspendues au dessus des chutes d'eau prudemment et déambulent dans le dédale des murs. Bien que les lieux n'aient pas changé depuis son départ, l'ambiance est néanmoins différente. Aucun brasero ou torche ne brûle, les huttes abandonnées aux intempéries sont parfois affaissées, la flore envahissante de lianes, mousses et autres lierres rampants recouvre maintenant les murs et les rues auparavant pavés. Salajin guide la trollesse en lui narrant la vie quotidienne de Zul'Gurub. C'est en passant non loin temple d'Hethiss que tout bascula.

Crak !

Tandis qu'ils marchent sur le chemin empli de végétation, son pied vient de se poser sur quelque de cassant. Le guerrier se fige en craignant un piège laissé sur place.

- Stop Acrae ! N'avance plus ! Reste en arrière !

A quelques mètres derrière lui, la trollesse s'immobilise. Un piège ? Elle observe les murs alentours. Y a-t-il caché dans la pierre des centaines de fléchettes empoisonnées prêtes à voler vers Salajin ? La bouche de cette gravure va-t-elle cracher une gerbe de flammes ?

Lentement, très progressivement, le troll se penche afin d'examiner ce qui se trouve sous son pied. Dégageant les herbes folles il aperçoit l'éclat ivoirien d'un os, délavé, sali par la terre. En regardant mieux à côté, Salajin discerne des lambeaux de tissus colorés sous des ossements blanchis, colifichets et un crâne orné de deux défenses à moitié enseveli. Il vient de fracturer l'humérus d'un des siens.

Son sang ne fait qu'un tour alors qu'il commence à prendre conscience de ce qu'il y a sous la végétation qui a poussé… Des Gurubashi, tombés et morts. Ici, là, et là-bas et encore là... Les vestiges du combat qu'il avait voulu mettre de côté dans son esprit lui sautent maintenant à la gorge. Ses mains se resserrent autour des hampes de ses lances, jusqu'à en faire pâlir ses articulations, tandis qu'une rage sourde gronde en lui. Tentant de se maitriser, il parvient à articuler d'un voix grave, sans se retourner, dos à la trollesse :  

- Acrae… va falloir faire attention où l'on marche maintenant.

Pétrifiée. La jeune trolle n'ose prononcer un seul mot. Elle n'a jamais vu Salajin comme ça. Il semble trembler de colère, prêt à laisser exploser la folie furieuse propre au sang du peuple troll. Même lors de leur rencontre, même lors de la confrontation avec le gobelin, même face aux insultes de Kil'Karil... jamais elle ne l'avait encore vu comme ça.


#######


La terre retombe lourdement, seul bruit dans les environs. Les pelletés s’enchaînent pour remplir la fosse, aux côtés de laquelle deux autres monticules de terre sont fraîchement rebouchés. Au fur et à mesure disparaissent les vêtements, armes, ossements.

Derrière son masque, il peut laisser libre court à sa rage et sa douleur sans que ce soit trop visible. Il savait que revenir ici serait aussi exaltant que douloureux, il savait que Zul'gurub serait une cité abandonnée mais il avait voulu mettre de côté que Zul'Gurub serait surtout une cité morte avec personne pour se préoccuper des cadavres. Ils sont entrain d’enterrer trois corps… Faudra-t-il faire tout les autres ?
Si ce n'est pas eux, qui le fera dans le respect des rites ?
Pourquoi les Sombrelances n'ont rien fait pour ça ? Laisser les corps ainsi exposés…
Ont-ils juste pris les corps des leurs et laissé les autres ?
Le sang de trois animaux macule chacune des tombes, les masques tiki ont été posés, les âmes de ces trois Gurubashi peuvent reposer en paix maintenant.

Acrae est non loin de lui, la joie et l'enthousiasme qui l'animait a été refroidi par la découverte d'un tombeau géant à ciel ouvert. Il lui avait parlé d'une ville immense, impressionnante et riche, loin du petit village de Durotar qu'elle a pu connaître.
A la place, chaque lieu où se porte le regard de Salajin, il ne voit que des traces de lutte et de mort. Les hautes enceintes, les tours, les maisons et temples...
Pourtant c'est Zul'Gurub, morte et abandonnée certes, mais c'est sa ville !

Son poing se serre, son regard derrière le masque se fait plus affirmé.
Il y a un Gurubashi de retour, elle n'est plus abandonnée !
Assis sur ses talons, les deux lances posées à côté de lui, il laisse la nuit s'écouler, guettant l'arrivée du jour, installé sur les hauteur du bâtiment où ils campent. Cette nuit de veille, il la dédie à tous les morts qui sont là, bientôt ils pourront retrouver Bwonsamdi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salajin

avatar

Rôle : Guerrier

MessageSujet: Les larmes de Zul'Gurub   Ven 16 Oct 2015 - 13:13

Il marche dans les rues vident et désertent de Zul'Gurub. Seul, ces pas le conduisent inexorablement vers le temple de Shirvallah. Plus il s'approche plus cette sensation de danger, d’inquiétude, de menace le saisie.

A un moment il sent sous ces pieds quelque chose qui craque, se brise. S’arrêtant, il se penche afin de voir sur quoi il a marché. En déblayant la végétation qui envahi de plus en plus la rue, il se rend compte qu'il vient de marcher sur l'os du bras d'un troll. A peine il a le temps de comprendre c qu'il à fait que le cadavre se relève afin de le saisir. Autour de lui d'autre cadavre de trolls se redressent, l'encercle…

Il se réveil en sursaut, haletant. Dehors la journée est bien avancé, Acrae n'a sûrement pas voulu le réveiller avec ce qu'il c'est passé hier soir. A deux reprises il a cru voir des personnes et il a eu beau partir à leur recherche, aucune trace…

Y s'passe un truc pas net ici !

###########################

Bien décidé à ne pas rester la dessus, il emmena une nouvelle fois Acrae au temple de Bethekk afin de s'assurer que l'autel soit intact. Ce n'est qu'en arrivant en haut de l'édifice, se préparant à pénétrer à l'intérieur qu'ils se rendirent compte du manque de lumière… Prévisible.

- T'peux aller vite chercher d'quoi allumer les torches et brasero à l'intérieur ? J'garde l'coin….
Ouvre l'oeil surtout


- T'en fait pas, j'vais même ouvrir les deux pour pas tomber en marchant !

Acrae s'éloigne de lui rapidement, lui adressant un sourire moqueur.

Les minutes passent, la sensation du rêve revient. Le dangers, l'inconnu qui rejaillisse alors qu'il veille sur l'entrée du temple. En bas des escaliers des formes commencent à apparaître, des ombres des trolls tombé, des gurubashis ! De même il est sur d'avoir entendu un cri plus loin...

Les esprits se rassemblent en bas, le regarde en silence. Cette fois il ne restera pas sans rien faire, les loas lui ont confié une mission.

- J'vois vois mes frères et sœurs ! J'vous vois et j'sais qu'vous êtes mal là ! Vos corps y sont pas eu les bon rituels, vos âmes errent ici …
J'vous promet d'm'occuper d'vous, d'vous donner l'repos qu'il faut afin qu'vous r'trouviez Bwonsamdi. Mais y m'faut encore du temps. Soyez patient.


Au fur et à mesure il descend vers eux, les regardant autant qu'il peut. Son visage cacher derrière son masque lui permet de dissimuler sa peur. C'est un guerrier pas un féticheur ou sorcier-docteur…  Les bonnes paroles il ne les connaît pas vraiment. Mais il fera ce qu'il peut.
Les esprits le regarde en silence et disparaissent. Pour de bon ? Il espère par contre qu'ils seront moins virulent.
Pour le moment il doit rapidement retrouver Acrae, si il a vu des esprits… Elle aussi et c'est une sombrelance dans une cité gurubashi

Au moment ou il retrouve Acrae, un esprit disparaît subitement, la laissant haletante, bouleversé par ce qu'elle vient de voir.
Dehors la pluie recommence à tomber
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salajin

avatar

Rôle : Guerrier

MessageSujet: Re: Les larmes et le coeur de Zul'Gurub   Ven 16 Oct 2015 - 17:05

-T'penses qu'les esprits y savent qu'j'suis une sombrelance ? Qu'ils vont m'en vouloir pour ça même si j'ai rien volé ou fais contre eux ?!

Acrae le regarde pas du tout rassuré. Et pour cause, lui aussi il pense qu'elle n'est pas vraiment bien vu des esprits mort ici… Pourtant il doit bien y avoir un moyen de la protéger.
A défaut d'une solution sur le long terme, il a bien une idée. Les nombreux tiki qu'il a rassemblé avec les autres tribu lorsqu'il était en Pandarie, parmis eux il y en a fait par des gurubashi.

- Tiens, gard'les bien sur toi, C'sont des tiki gurubashis, ca d'vrait t'aider, d'moins au début, donc les perds pas !
- Moi Acrae des sombrelance j'accepte ce présent et te remercie !


Un brin rituel, il espère que ca va marcher.

- Bon on r'tourne au temple d'Bethekk ?

################################

L'entrée du temple est sombre, aucune lumière, sauf que cette fois ils ont une torche. Lui devant et Acrae derrière, il la guide à l'intérieur, descend les étages tous vide et silencieux. L'autel de Bethekk se trouve au coeur du temple, là ou se reposait les panthères. Les deux dernières grande prêtresses, Arlokk et sa sœur Kilnara, ont gardé la l'autel par des panthères en plus des gardes habituel.
Pourtant ce soir rien… Pas de bruit, seul l'odeur du renfermé. Le chemin s'illumine au fur et à mesure qu'Acrae allume les brasero du temple.

- C'est là !

La dernière pièce ou ils pénètrent est celle de l'autel, les nombreux box pour les panthères sont vide et ,au fond, trône l'autel surmonté du gong de Bethekk. Rassuré de le voir intact, il vient s'agenouiller devant lui pour rendre hommage au loa. A côté de lui Acrae fait rapidement de même.
Il n'a rien pour Bethekk à par la promesse de revenir et de lui rendre un véritable hommage, mais ce soir il montre que les trolls sont revenus dans la cité !



C'est lorsqu'il se redresse qu'il aperçoit la forme d'une panthère, une messagère de Bethekk qui disparaît dans un box
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salajin

avatar

Rôle : Guerrier

MessageSujet: L'autel d'Hakkar   Mar 17 Nov 2015 - 13:29

- Y faut y r'tourner.

Salajin reprend ces deux lames, les fixent dans le dos. Le rituel d'Acrae c'est déroulé sans encombre vu qu'elle est revenue déterminé et vivante. On ne parle pas de ce que disent les loas durant cette épreuve, mais il voit bien qu'elle a eu quelques réponses.
Maintenant, ils doivent retourner dans la cité morte.

- Ouai, va falloir trouver une bonne offrande pour Hakkar
- Les animaux du coin j'suis pas trop pour, y sont sous la protection des loas. L'mieux s'rait d'avoir un sacrifice humanoïde mais j'suis pas sur qu'les sombrelances d'l'avant poste y soient pour !
Reste les basilics qui sont pas loin.



Salajin guide Acrae le long des murailles, caché par les arbres et la végétation dense. Ces souvenirs sont bon et les loas généreux car ils finissent par trouver un beau spécimen. Positionné sur les hauteurs, l'arc bandé, la trolle prend le temps de viser…
Une flèche, deux flèches sur les écailles robuste, la troisième trouve son chemin droit dans l’œil de l'animal ce qui le tue sur le coup. Sans perdre de temps, le cadavre est attaché et traîné à la force de leur bras en direction de Zul'Gurub afin qu'il soit déposé au plus vite sur l'autel et bien que le trajet soir pénible, il se déroule sans aucun autre souci que des regards envieux de charognard

La cité, toujours aussi majestueuse aux yeux du troll, est maintenant recouverte d'une ambiance oppressante, silencieuse. Il sait ce qui se trame, que l'influence d'Hakkar sur les esprits est à l’œuvre ici même, les siens qui sont tombés hantent désormais les lieux sans pouvoir connaître le repos auprès de Bwonsamdi…. Pour le moment. L'esprit de Mar'li a donné des indications, une clé pour que cela cesse.

Si porter le cadavre du basilic a été pénible, maintenant c'est un véritable fardeau…
Grimper jusqu'à l'autel d'Hakkar avec le poids du regard du Loa est loin d'être facile. Devant lui Acrae n'en mène pas large non plus, serrant et aggripant d'autant plus l'offrande.

- Reste ici Salajin.


Acrae traîne la carcasse sur les derniers mètres, la dépose sur l'autel

- Nous voici ô Puissant Ecorcheur d'âme, nous sommes là pour te servir, nous dévouer corps et âme pour toi.

Le sang du basilic, d'Acrae macule désormais l'autel. Pendant qu'elle parle le corps de l'animal s'agite, comme dévoré de l'intérieur puis cesse d'un coup.

- Vous dévouer corps et âme ?


La voix semble à la fois proche et distante, hors du temps, sifflante, chargé en puissance. La voix d'Hakkar.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salajin

avatar

Rôle : Guerrier

MessageSujet: Re: Les larmes et le coeur de Zul'Gurub   Mer 18 Nov 2015 - 14:38

Les deux ailes se déploient, le faciès serpentin aux crocs acérés s'étire dans un sourire suffisant. Le corps encore éthéré irradie malgré tout d'une puissance colossale, de danger, renforcé par la présence des deux longues griffes.

Le loa Hakkar, l’Écorcheur d'âme. Bien qu'immatérielle, sa présence est palpable autour de l'autel maintenant teinté de rouge dégoulinant sur la pierre. Etrangement, le sang qui s'écoule du cadavre du basilic prend une teinte très foncée, presque jusqu'à devenir noir. Le Serpent à plumes se dresse face à Acrae et Salajin, les observant de ses yeux fendus d'une pupille dont le regard semble les transpercer jusqu'à l'âme.

- Je n'en attends pas moins de mes serviteurs ! Acrae des Sombrelances et Salajin des Gurubashi. L'offrande que vous venez de me faire est plaisante mais encore bien insuffisante.

Les deux trolls sont agenouillés, têtes baissées avec soumission, Salajin plus en retrait qu'Acrae qui est au pied de l'autel. Elle sait ce qu'elle doit faire et les risques encourus. Il faut courber l'échine et plaire à l'Ecorcheur, ne laisser paraître aucune doute quant à leur dévotion totale, profiter de l'orgueil du loa pour lui laisser croire que son attrait est irrésistible.

-  Nous comprenons ô Grand Esprit, car nos deux misérables existences ne peuvent contenter dignement le plus puissant de tous les loas. Nous ne désirons que vous être utiles et vous satisfaire. Ordonnez et nous obéirons. Commander et nous servirons.

Salajin garde la tête basse, ne pouvant qu'imaginer le visage satisfait du Loa face à tant de courbette de la part de la trollesse. Hakkar, un des loas les plus puissants... mais aussi des plus insatiables.
Son peuple, les Gurubashi, ont bénéficié de ses dons en payant le prix fort…
Soudain, la voix d'Hakkar se fait plus forte et impérieuse.

- Acrae ! Apporte donc au guerrier derrière toi un morceau de chaire de l'offrande que vous avez sacrifié. Et toi Salajin, sois fier, car tu vas pouvoir goûter à la force et au pouvoir des buveurs de sang !

Il n'a pas vu Acrae découper la chaire, mais il peut maintenant la voir arriver avec le morceau sanguinolent, elle même à la main en sang, la marque d'Hakkar visible. Tout deux se regardent un bref instant, pas possible de reculer. S'il refuse, qui sait quel maléfice l'Ecorcheur d'Âmes abattra sur eux.

J'sais pas c'que ca va donner, mais pas l'choix.

La viande crue n'est pas mauvaise, mais surtout le sang… dans sa gorge il semble être chaud, presque brûlant. Chaque bouchée lui donne l'impression de se renforcer, une fabuleuse sensation de puissance qui pourrait lui faire perdre la tête s'il n'était pas aussi conscient du danger que cela représente !

Tiens l'coup. Shirvallah y sait résister à l'odeur du sang pour par tomber dans l'piège. T'es un guerrier du loa du Tigre, Salajin les crocs du tigre !

Tout son être réclame d'autant plus, mais il fait front, lutte… Pas le choix.



#######################################



Tous deux redescendent du temple sous l'œil vigilant du Loa et marchent en silence dans la cité afin de retourner dans leur habitat temporaire. Le sang corrompu par Hakkar qu'il a bu est toujours entrain de bouillir en lui. Pour une fois, Acrae le mène entre les dédales, comme si elle sentait la lutte qui a lieu en lui.

- J'suis désolée de t'avoir fait subir ça. Y faut t'changer l'esprit et j'connais un bon moyen.

Acrae parvient à trouver un bassin assez large, loin du temple d'Hakkar pour que chacun d'eux puissent se nettoyer et se baigner suite à leur visite face au terrifiant Loa. L'eau recouvre le corps du guerrier, le contraste chaud du sang d'Hakkar et frais de l'eau est saisissant mais au final la fraîcheur finit par l'emporter, le calmant petit à petit. Immergé dans l'un des nombreux bassins naturels de Zul'Gurub, son esprit peut enfin y voir plus clair.

Ressortant la tête de l'eau, il adresse enfin un sourire à la trollesse qui se baigne aussi.

- L'avantage d'la cité dans une jungle, t'as toujours d'quoi rafraîchir !

Elle lui renvoie un sourire amusé et moqueur en répondant :

- Sur mes îles j'ai de l'eau partout autour, c'pas avec trois flaques et une cascatelle que tu vas m'impressionner ô fier Gurubashi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wa'ai
Admin
avatar

Localisation : Hutte des Tarides
Rôle : Grande prêtresse du makoa loa

MessageSujet: Confrontation   Lun 23 Nov 2015 - 13:33

Acrae gravit pour la seconde fois les innombrables marches du temple d'Hakkar. Seule. Sans Salajin. Sans lourde offrande animale. Son cœur s'affole dans sa poitrine mais son esprit, lui, est concentré sur l'objectif. Elle n'a pas le loisir de songer aux risques, à la peur, à son destin. Elle les a accepté. Elle ne pense qu'à ce qu'elle doit faire pour que le plan réussisse.

Face à l'autel damné, elle s'agenouille et appelle le loa.


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~



" - C'est que j'ai bien réfléchi Grand Esprit. Vous servir, tout ça, c'est quand même un engagement à long terme, j'dois prendre la bonne décision. Peser le pour et le contre vous voyez ?
- Tu oses te défier de moi, Acrae ? Trahir ta promesse ? "


L'air semble plus dense, plus pesant. Electrique. Sous une apparence éthérée, l'Ecorcheur d'Âme se redresse de toute la hauteur de son long corps reptilien, toisant la trollesse avec un sifflement furieux.

" - C'est à dire que si j'dois servir un seul loa, j'veux que ce soit un puissant ! Y a un dragon qu'a bousillé toute la croute d'Azeroth, ça c'était fort ! Mais de nos jours, la rumeur court que Hakkar l'Ecorcheur d'âme il est plus rien. Qu'il vaut pas mieux que le roi des murlocs...
- Que QUOI ?!? "


Le rugissement spectral de fureur est si intense qu'une onde déstabilisante semble se répandre sur toute la ville.

" - Tu vas payer pour les mots que tu as proféré ici, petite trollesse écervelée ! Tu as précipité ta propre mort, Sombrelance ! "

Les pupilles du loa se sont rétractées sous la colère si bien qu'il ne reste qu'un fin trait à peine perceptible, tourné vers l'injurieuse. La bouche entrouverte dévoile des crocs luisants de la taille d'une dague, qui pourraient transpercer n'importe quelle armure... s'ils étaient réels et physiques.

L'image translucide d'Hakkar n'en est pas moins si fulminante et vrombissante de haine que Acrae sent une vague de terreur la saisir : l'Ecorcheur d'âme écorche les âmes, et celle de la trolle est à sa merci, il n'a nul besoin d'être présent physiquement pour écharper son esprit miette par miette...

Dans sa paume droite, la chasseresse sent la marque que lui a précédemment gravé Hakkar dans le monde spirituel, s'étirer et ouvrir sa chair à sang dans le monde réel.


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Quelques jours plus tôt.

Elle ouvre les yeux et découvre face à elle une forêt dense et sombre. Silencieuse et lugubre. Le vent caresse les frondaisons des arbres et fait s'agiter lentement quelques toiles de soie reliant les branches. Aucun animal ne se fait entendre ni voir. Immobile devant ce spectacle calme mais inquiétant, la trollesse essaie de se montrer réceptive à cette vision.

Comme portée par le vent, susurrée à l'oreille, une voix douce et chuintante se fait entendre.

" - Pourquoi n'entres-tu pas, Acrae ?
- Parce que ça me semble dangereux. Je préfère ne pas m'y aventurer sans avoir observé.
- Tu as l'instinct. Mais entreras-tu si je te l'ordonne ? "


La voix s'est faite plus impérieuse et laisse Acrae hésitante. La trollesse semble réfléchir sincèrement à l'idée d'obéir et de se jeter dans la gueule du loup, plutôt que de se mettre à dos cet esprit qui l'a invité dans cette vision. Elle finit par répondre avec assurance :

" - Les trolls doivent honorer les loas, mais pas à leurs dépends. Ils ne doivent pas obéir aveuglément, ils sont maitres d'eux-mêmes. Ils ne doivent pas servir un loa qui les conduirait à leur propre destruction.
- Tu es sage, jeune trolle. Alors pourquoi t'es-tu acoquinée avec un esprit aussi dangereux et cruel ? "


Un souffle vient effleurer la main d'Acrae, où une tâche noire brûlée est nichée. La trollesse sert les poings, lèvres pincées, regard fixement porté sur le décor. Pourtant l'Esprit ne semble pas énerver par ce silence. La voix reprend avec patience.

" - Viens. Entre sur mon domaine. Tu ne seras plus en danger ici. "

Incertaine, la chasseresse finit néanmoins par s'avancer vers la sombre forêt. Comme elle n'entend plus la voix, elle s'y enfonce, lentement, évitant les nombreux buissons plus ou moins épineux et les toiles d'araignée, encore et encore, avec l'impression désagréable d'être épiée bien qu'elle ne distingue nulle autre forme de vie autour.

Soudain, tchak ! Une araignée lui bondit dessus, l'entoile avec une rapidité fulgurante. La trollesse se débat, tente de déchirer la soie, mais l'arachnide de la taille d'un petit buffle se saisit d'elle et l'enroule, piégée dans le cocon qui se referme, de plus en plus épais.

" - Calme toi, Acrae. Tu es en sécurité ici et cette discussion ne franchira pas le cocon protecteur tissé pour toi. Maintenant tu peux parler librement. Pourquoi avoir juré allégeance au dieu sanglant ?
- L'esprit d'une Grande Prêtresse de Zul'Gurub, Arlokk, il nous a parlé. A Salajin et moi. La prêtresse, elle a dit que l'héritage des trolls des jungles, il sera jamais complètement perdu si le Cœur de Zul'Gurub il est préservé. Et elle a dit aussi que le Cœur, c'est Jin'Do qui l'avait volé, enfin confisqué, c'est pareil, pour la gloire de son loa !
- Du calme, du calme. Moins vite. Nous avons tout le temps qu'il faut. Alors comme ça, toi tu as décidé d'affronter l'Ecorcheur pour récupérer l'héritage d'une tribu qui n'est même pas la tienne ?
- Je suis Sombrelance. Je suis une trolle des jungles. Le sang de mes ancêtres, c'est le même que celui de Salajin. "


Lovée en chien de fusil, reposant entourée de la douce soie qui lui offre une moule confortable et moelleux, la trollesse s'apaise. Elle sait déjà que son plan est fou. C'est pas grave. Elle est peut-être pas intelligente, mais elle est courageuse. Elle ira au bout. Elle reprend d'une voix plus posée.

" - Je vais le confronter LUI. Ça va offrir une opportunité de diversion à Salajin, pour se glisser en cachette dedans son temple et chercher le Cœur de Zul'Gurub pour le mettre en sécurité loin de ce loa. Pour ça, j'avais besoin que Hakkar, il m'accepte, qu'il me laisse l'approcher, lui parler, ramper jusqu'à son autel. Qu'il s'habitue à moi comme si j'étais son esclave... jusqu'à ce que je me retourne et je frappe. Toute son attention et sa rage, alors, elles seront sur moi. "


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


La griffe spectrale frappe et transperce Acrae. La douleur ne se fait pas ressentir comme des os brisés ou une plaie auxquels elle est habituée. C'est une brûlure atroce, pire que rien qu'aucun corps ne puisse ressentir. Son esprit se déchire en son sein et c'est comme si sa tête était en train de prendre feu. Le supplice est insoutenable, son âme s'agite en tous sens comme si elle devenait folle de douleur et la fait vaciller.

Le ricanement sifflant d'Hakkar se fait entendre.

" - Je vais me délecter d'éplucher ton esprit en lambeaux, idiote. "

Autour de l'autel, les esprits décharnés des Gurubashi morts cessent de bouger. Appâtés par la fureur du loa, leur maitre qui règne sur la cité déserte depuis sa chute, liés à lui par la soumission aveugle qu'ils ont porté à Jin'do et aux paroles des Zandalari, ses esprits damnés sont promis à un supplice éternel qui renforce leur haine pour les vivants... et plus particulièrement pour les Sombrelances, surtout si l'une d'entre eux ose s'aventurer dans LEUR capitale.

La plupart de ses défunts n'ont plus de volonté propre, ils ne sont que des ombres qui obéissent à l'Ecorcheur, n'ayant plus souvenir de ce qu'ils furent un jour, uniquement animés par le désespoir et la colère.

Acrae avait voulu descendre du temple pour s'éloigner du loa du sang, mais elle s'était retrouvée face à cette foule vaporeuse. Elle avait tenté de les faire reculer, de les tenir à distance, de les supplier. En vain. Ses paroles, celles d'une Sombrelance, n'avaient eu qu'un effet limité sur les quelques seuls âmes qui y furent réceptives, mais qui craignaient trop le courroux d'Hakkar pour oser la laisser passer.

A présent, séparée de son corps, son esprit venait de se faire déchirer par l'Ecorcheur. Au pied de l'autel culminant au sommet du temple, la trollesse est broyée dans son âme par la douleur. Dans le dernier soubresaut de sensation qu'il lui reste, elle sourit : elle sait que Salajin a réussi à se glisser derrière l'autel sans se faire voir. Elle a gagné le maximum de temps pour qu'il puisse trouver l'artefact, le Cœur de Zul'Gurub. Son souffle se fait plus irrégulier. Sa vision se trouble jusqu'à ne plus discerner les formes. Autour d'elle, l'atmosphère semble aussi froide que l'étreinte de la mort.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoires-trolles.forumactif.com
Salajin

avatar

Rôle : Guerrier

MessageSujet: Re: Les larmes et le coeur de Zul'Gurub   Mer 9 Déc 2015 - 11:21


Il gravit agilement l'arrière du temple d'Hakkar, jusqu'à se hisser au sommet. Il est difficile de ne pas regarder en direction de l'autel. L’Écorcheur est visible bien qu'évanescent, pourtant le troll peut sentir la présence terrifiante du loa se répercuter dans tout son être. Salajin détourne le regard, adressant une dernière prière silencieuse pour Acrae. Son objectif est autre et il doit se dépêcher. Penché en avant, il se presse de se glisser dans l'entrée d'escaliers dissimulés et en partie affaissés, qui donnent accès à l'intérieur du temple.

Abandonné, poussiéreux, sombre, oppressant. De nombreuses et multiples gravures le long des murs mettent en scènes des trolls agenouillés ou courbés et Hakkar, ailes fièrement déployées. Dans de petites alcôves, les corps momifiés de prêtres hakkari reposent.




Salajin ne constate aucune trace de saccage ou de combat : une bonne chose, ça signifie que le lieu est demeuré intact et préservé, et il a donc toute les chances de trouver le Cœur ! En même temps qui serait assez courageux ou inconscient pour pénétrer dans le domaine sacré du loa du sang ?

L'intérieur du temple est silencieux, le troll traverse les premières salles simplement réservées aux fidèles, à la recherche de celle dédiée aux prêtres, et contenant donc probablement les objets les plus importants et sacrés pour eux. C'est au détour d'un couloir qu'il peut enfin trouver son bonheur. Deux salles s'offrent à lui.

Devant l'une d'elles, deux têtes serpentines à collerettes, gardent une arche menant à une salle circulaire, leur regard fixement tourné vers ceux qui en franchissent le seuil. Une rapide inspection près de ces statues et de l'entrée confirme son idée : un charme magique vaudou. Il y a des traces rouges de mains à trois doigts posées un peu partout sur la pierre de l'arche.

Il émet un grognement. L'autre salle contient un bassin presque asséché dont les parois sont encore rougies, et probablement situé juste sous l'autel pour recevoir les "offrandes".

Un rapide aller-retour dans le bassin sanglant pour plonger ses paumes dans la petite flaque de sang poisseux restante et les poser sur le mur, il entre enfin dans la pièce réservée aux grands prêtres. Rien ne se passe.

Soulagé, Salajin allume des torches dans la pièce, éteintes depuis longtemps, dont les lueurs révèlent peu à peu tous les objets et décors. Dans le fond de la pièce, un imposant autel sur lequel repose divers objets l'interpelle. Un imposant gong rituel en or pur, une dague finement ouvragée, un crâne troll taillé dans du rubis, un vieux tambour usé et ce qui semble être un morceau brisé de tablette portant des inscriptions.

Et maintenant… c'est l'quel l'Coeur ?!

Il regarde les divers objets, sachant pertinemment que le temps lui est compté, qu'Acrae fait sans doute de son mieux pour prolonger la diversion, pourtant... Pourtant il ne sait pas lequel prendre, et il ne peut pas les porter tous pour ressortir d'ici. Les deux trolls s'étaient concentrés sur leur plan, sur la façon d'entrer dans le temple, de sauver le Cœur de Zul'Gurub. Il est un guerrier, pas un sage. Il avait pensé qu'il le remarquerait tout de suite -que ce serait écrit dessus ?- ou que les loas lui donneraient un signe évident. Mais là...

Non, il ne peut pas rester sans rien faire !

Chaque objet est soulevé et examiné attentivement. La dague, au simple contact, lui procure une telle envie malsaine de sang et de meurtre qu'il la jette au loin. Le crâne de cristal d'un rouge vif et brillant sous la lumière ne peut que lui faire penser à Hakkar, reste donc le gong, le tambour et la tablette.
Le second examen est plus méticuleux, le troll concentre toute son attention sur les détails des trois objets, à tel point qu'il manque de se faire surprendre. Un bruit léger, des pas lents, trainés sur le sol, Salajin se retourne, une de ses lames en main, face à lui un des prêtres morts, couvert de bandages s'est relevé de son alcôve funéraire et pose sur l'intrus un regard braqué, avançant lentement.

Hakkar! Il sait qu'j'suis là !

D'un coup sec Salajin tranche la tête du troll momifié, puis embarque en vitesse, par dépit, le tambour et la tablette, tous deux facilement transportables, délaissant l'imposant gong d'or.

Shirvallah, fais qu'j'ai bien pris l'bon Coeur…

En rebroussant chemin dans le couloir, il se retrouve face à d'autres morts-vivants, appelés depuis le monde des esprits par leur maitre Hakkar. Ils sont bien trop lents et les éviter est simple. Ils ne sont pas là pour traquer Salajin, ils sont les sentinelles du loa, ses yeux partout.

Un bruit de pas plus lourds résonne entre les murs délabrés. La momie d'un immense troll redoutable. Le gurubashi, chargé de son "trésor" mise sur la ruse pour esquiver le combat. L'attirant dans l'angle mort d'un couloir, il traverse en courant une autre pièce éventrée, afin de le contourner hors de sa vue. Il se concentre pour sortir au plus vite, tenaillé par le doute d'avoir raté le Coeur.

Enfin la sortie ! Faut qu'Acrae est tenue elle aussi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salajin

avatar

Rôle : Guerrier

MessageSujet: Re: Les larmes et le coeur de Zul'Gurub   Ven 11 Déc 2015 - 13:33

Salajin se retrouve dehors, non loin des marches qui donnent accès à l'autel, sur un des flanc du temple. Il a pu sortir vivant mais maintenant il doit partir au plus vite en espérant avoir bien pris le Cœur !

Alors qu'il s'écarte, il peut enfin avoir un meilleur point de vue sur le sommet du temple et donc l'autel d'Hakkar, malgré lui, il ne peut s'empêcher de se retourner afin de voir ce qu'il se passe. L’Écorcheur est toujours là, aussi évanescent qu'avant et entouré de très nombreux esprits trolls à peine visibles.

Il sent la rage et la colère qui émane du dieu sanglant en ce moment, il sait qu'il doit fuir et mettre le Coeur en sûreté, pourtant... un détail l'interpelle, une colonne d'araignées chemine vers le temple, grimpant le long des murs le plus discrètement possible, hors de la vision d'Hakkar.

Shadra !

Si le loa choisit de combattre, doit-il l'accompagner lui aussi ? Et Acrae... a-t-elle besoin d'aide ?

Il retourne vers le temple, grimpe précipitamment, le plus hors de vu de l’Écorcheur jusqu'à arriver au sommet.
Une gigantesque araignée est entrain d'affronter Hakkar, tous deux éthérés et magnifiques dans leur puissance spectrale démesurée. Le combat semble à la fois lointain et terriblement proche, et juste sous eux git Acrae inconsciente. Sans perdre de temps il se jette en avant, laa soulève et descend les marches du temple quatre à quatre.

Bouge toi Sala… Vite ! Cours, pars très loin !

Shadra affronte Hakkar, mais le combat ne durera pas éternellement, les esprits des morts sont trop nombreux sous le joug du loa qui en tire une puissance dévote supérieure, Zul'Gurub est son royaume maintenant.
Guidé par une araignée rouge et noire aux pattes effilées, Salajin n'a le temps de penser à rien dans sa course effrénée pour quitter la cité au plus vite.  


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Il a réussi à fuir. Il a été obligé de partir de SA cité comme un voleur, un banni. Il sait qu'il ne pourra pas y revenir tout de suite, Hakkar le transpercerait. Pourtant le doute le tenaille encore, a-t-il bien pris le Cœur ? Au dessus des arbres, le soleil matinal commence à baigner la jungle de sa chaleur étouffante.

Allongée sur le sol, bien qu'intacte physiquement, Acrae semble pourtant souffrir, plongée dans un sommeil tourmenté.

Toi aussi tu dois t'nir et survivre !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les larmes et le coeur de Zul'Gurub   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les larmes et le coeur de Zul'Gurub
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [LEGO] Coup de coeur"metal sonic"
» [Lego] Coup de Coeur: BlueStarMedia
» [LEGO] Coup de coeur : LEGO Zelda
» [Guilde Alliée] "Coeur Vaillant"
» Nabaztag au coeur d'un jeu urbain multimédia !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Héritiers du makoa loa :: Vies de trolls :: Histoires autour du feu-
Sauter vers: