Héritiers du makoa loa

Guilde jeu de rôle trolle - World of Warcraft - Serveur EU-Kirin Tor
 
AccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Expédition Norfendre

Aller en bas 
AuteurMessage
Thae'din

avatar

Rôle : Hiérophante

MessageSujet: Expédition Norfendre   Ven 23 Mar 2018 - 20:29

Journal de Zia Sabot-de-Pluie -

22ème jour du 2ème mois de la Saison du Renouveau.

Les vents sont cléments et la Terre se réchauffe, les mâles Brochepelle se battent, et des petits sont déjà nés. C'est une bonne année qui s'annonce.
Il y a une bonne chasseuse dans le groupe, Seragael, une orque, une tête bien faite. Je ne pourrais pas en dire autant des trolls, pas immédiatement. Les trolls Jum'sha et Thae'din m'avaient fait bonne impression, bien que la petite soit téméraire. Elle est entre de bonnes mains, avec Tahua et sa troupe.
Les nouveaux arrivants sont plutôt du genre inconscient, mais la première partie du trajet les as calmés. Les dénommés Jlanthy et Sala'jin s'en sont bien sortis avec le mammouth, rien a voir avec ce groupe d'orcs de la dernière fois, l'un d'eux était tombé et s'était cassé une jambe, un boulet jusqu'a la fin ! Je l'aurait achevé si les autres n'étaient pas intervenus.

Nous avons passé la forêt calcinée, le Camp de garde de l'Ouest de l'alliance ainsi que leurs mines "le gouffre des murmures". Un de ces voyageurs fous entrainés par les voix qui en émanent nous as attaqué, il est vite mort d'un coup de couteau dans le dos. la gobeline a incendié Acrae après ça, elle est complètement hystérique.
Et juste après, le vieux tauren et sa protégée ont disparus. Ils sont des cousins et je ne peut leur en tenir rigueur, les cascades sont magnifique près de Skorn. Mais les vrykuls tiennent a ce qui reste de leur territoire.

Nous monterons la garde a tour de rôle ce soir. Nous sommes a la tour de guet marquant la bifurcation vers le camp Sabot-d'Hiver et la route des Grisonnes. Que la Terre-Mère et le Père des Tempêtes nous protègent ce soir.












[Je vous invite a résumer les évènements de l'expédition de manière rp, par un texte, un journal, les pensées de votre personnage etc... Hrp si vous préférez mais l'immersion n'est pas la même !]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wa'ai
Admin
avatar

Localisation : Hutte des Tarides
Rôle : Grande prêtresse du makoa loa

MessageSujet: Re: Expédition Norfendre   Dim 25 Mar 2018 - 14:45

Emmitouflée dans sa cape et une couverture de fourrure, Acrae regarda la route d'où ils venaient. Elle était un peu triste, au fond, d'avoir quitté les Roharts, elle aurait aimé prolonger le séjour chez eux. Un peuple appréciant une vie simple, composée de pêches et d'histoires au coin du feu, honorant les esprits et arborant des défenses (impressionnantes), cela créait un certain intérêt, comme une proximité, pour la jeune trollesse.

Pourquoi ne pas retourner les rejoindre ?

~~~~~~~~~~~~~~~

Deux jours plus tôt

Elle avait enfin réussi à ramener une prise digne de ce nom pour l'offrir à leurs hôtes et ainsi prouver sa valeur morale et physique à leurs yeux. Le Rohart de Port-Moa'ki avait expliqué que la pêche n'était pas un simple moyen de subsistance pour eux, mais était érigé en véritable style de vie. Les Roharts se confrontent à certaines des créatures les plus dangereuses des eaux glaciales de Norfendre, comme des épaulards, des requins, des longs-cous marins et même des calmars géants. Depuis quelques années les Roharts étaient habitués à voir passer des voyageurs et les accueillaient avec bienveillance tant qu'ils ne leur nuisaient pas. Mais ces voyageurs demeuraient des étrangers à leurs yeux. Pour gagner la confiance d'une tribu rohart, la pêche était la clé, car impliquant des qualités comme la patience, la détermination, l'intrépidité et l'habileté.

C'était pour cette raison qu'Acrae souhaitait se montrer à la hauteur en arrivant à Kamagua et ramener de la mer quelque chose qu'elle puisse donner en cadeau aux Roharts locaux, pour leur témoigner son admiration et sa reconnaissance envers eux, qui les avait hébergé et fait voyager sur les tortures géantes. Un poisson ordinaire ou un crabe ne suffirait pas. Ce n'était pas un challenge suffisant.

La Sombrelance avait d'abord envisagé de s'attaquer à l'un des monstrueux épaulards dont l'aileron émergeait parfois à la surface. En grimpant sur les ossatures qui servaient à tenir des filets roharts, elle pourrait s'avancer sur la mer et peut-être se rapprocher des proies. Les Roharts, avec leurs poids, n'auraient pu tenter pareille manoeuvre nécessitant agilité et finesse. Les Taunkas, avec leurs sabots, pouvaient sans doute marcher facilement dans la neige mais ils ne pouvaient être des grimpeurs. Acrae estimait que chaque peuple devait user au mieux des talents qui lui avaient été attribué par les loas. Si elle pouvait se hisser à des endroits qui seraient inaccessibles à bien des races, il fallait en profiter.

Mais seule, agrippée à la construction en os, au-dessus de l'eau glacée, elle avait revu ses ambitions à la baisse. Les épaulards nageaient bien plus loin, impossibles à atteindre sans une embarcation. Néanmoins, une ombre attira son attention, plus proche de la glace. Une forme étrange sous la surface et de grande taille.

Qu'est-ce que c'est qu'ça ?

La trollesse à califourchon sur l'ossature avait réussi son harponnage, mais la force de la chose était trop importante pour qu'elle la sorte de l'eau sans risquer d'être entrainée dans les profondeurs à la place.

J'ai commis une erreur.

Mais pas celle que les autres pensaient. Elle avait été obligée d'abandonner sa proie et son harpon et était revenue bredouille au village. Elle avait présenté ses excuses à Jum'sha pour l'avoir inquiété quand elle était bloquée là-haut, un bras accroché à son perchoir, l'autre tentant de garder prise sur la corde du harpon planté dans l'étrange poisson. Elle s'en voulait. Pas d'avoir tenté, mais de s'être humiliée de la sorte pour une erreur de jugement. Par la suite Helkal'na lui avait permis d'ouvrir les yeux : un troll n'est pas un animal qui abandonne une proie, mais un troll est un animal grégaire. Si elle avait échoué, c'est parce qu'elle n'avait pas envisagé de faire ça en groupe. Son erreur c'était d'avoir voulu y parvenir seule.

C'est avec cette idée en tête que la Sombrelance chercha le sommeil cette nuit là.

Je suis trop... solitaire ?

A bien y repenser, c'était sans doute la vérité. Des images de groupes de trollions à Sen'jin lui revinrent en mémoire. Les familles trolles étaient grandes, les fratries nombreuses. Mais les parents d'Acrae n'avaient jamais eu l'occasion de lui faire des frères et soeurs. Elle n'était pas délaissée pour autant, la tribu entière était sa famille, les autres enfants comme des frères. Pourtant...

Pourtant elle s'isolait d'elle-même fréquemment, cherchant un coin tranquille, partant en solitaire sans prévenir, grimpant les falaises où personne ne viendrait la chercher, ni la déranger. Une part de la trollesse appréciait les activités de groupe, mais une autre part d'elle-même l'emmenait bien souvent à s'éclipser en secret dans des cachettes connues d'elle seule. Pourquoi ?

Si j'avais demandé de l'aide dès le début, on aurait surement réussi.

Le lendemain elle avait donc corrigé cette erreur et entrainé Sala'jin et Jilanthy avec elle pour réitérer l'essai. Ensemble, ils étaient parvenus à harponner et ramener sur la rive gelée un étrange poisson plat, en forme de losange étrange et l'offrirent aux Roharts, impressionnés. Ils expliquèrent qu'il s'agissait d'une raie manta impériale.

~~~~~~~~~~~~~~~

Thae'din est partie sans nous elle aussi. Ce n'est pas une urgence qui l'y a poussée, car une quête spirituelle n'est jamais pressée, au contraire, ces choses là demandent de prendre son temps ! Elle aurait pu patienter quelques jours en s'instruisant sur la culture locale ou en méditant paisiblement. Non, elle était partie de son côté parce que telle était son envie. L'envie de ne pas être avec ses semblables, de fuir leur compagnie, de faire les choses à sa manière sans être suivie. Voilà ce qui avait poussé la jeune Vengebroche à laisser Jum'sha derrière elle et ne pas attendre le reste du groupe. Acrae comprenait le comportement de Thae'din, elle aussi visiblement, était une solitaire.

Peut-être que je devrais tracer mon propre chemin également ? Rester auprès des Kalu'aks un peu plus longtemps. Découvrir leurs pratiques et croyances. Nous n'avons pas encore fait beaucoup de route, je peux encore faire demi-tour et retourner chez eux facilement.

Tout en regardant la route boueuse sillonnant les plateaux verts du Fjord, la jeune sombrelance récupéra une bouse de brochepelle séchée, achetée aux roharts, et la jeta sur le feu de camp, au pied de l'ancienne tour de guet, pour le raviver.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoires-trolles.forumactif.com
Salajin

avatar

Rôle : Guerrier

MessageSujet: Re: Expédition Norfendre   Mar 27 Mar 2018 - 16:54

Le trajet depuis la tour de guet n'a pas été sans repos, bien qu'ils soient tous sains et saufs, le rappel a été flagrant, le Fjord est toujours dangereux et possiblement mortel pour ceux qui sous-estiment la région.

Alors qu'ils cheminaient tranquillement dans un bois du Fjord en direction du nord, Jum s'occupant du mammouth cette fois-ci, une brume d'abord discrète, puis intense, au point de plonger tout le groupe dans la pénombre et le flou total, s’abattit rapidement sur eux. Sans qu'ils ne s'en rendent compte, Jilanthy, Acrae, Sala'jin et Yuma furent séparés du groupe de devant, ayant quitté le chemin de terre devenu à peine visible. Le brouillard dense occulta son et odeur, même Jilanthy sous sa forme de tigresse ne put retrouver le chemin, et leurs cris et appels, étouffés par la masse cotonneuse, en direction de l'avant de la caravane, restèrent sans réponse.

Le bruit des branches grinçant sous des brises imperceptibles et des grattements au sol mirent rapidement les nerfs des trolls à rude épreuve. Jilanthy la plus affectée par la perte de ses sens normalement décuplés finit par s'immobiliser en tremblant, mais fut rapidement rassurée par Sala'jin puis Acrae. Yuma quant à lui préféra motiver les trois trolls à rapidement bouger.


Bien lui en pris, mais malheureusement ils se rendirent compte qu'une nuée d'araignées, à l'origine des grattements sur le sol sombre, commençaient à leur grimper dessus ! Gesticulant, criant et râlant trolls et tauren parvinrent à fuir le coin, se demandant pour les trolls si Shadra, la loa Araignée, n'avait pas été offensée d'une quelconque manière.


Leur fuite fut brutalement stoppée quand une patte d'araignée géante s’abattit devant eux. Sala'jin dégaina sa lance, intimant aux autres de reculer, concentré sur sa frappe à venir. Le moment où l'araignée s’arque-bouta pour frapper fut le moment où le troll attaqua. La patte rata Jilanthy, Sala'jin transperça le ventre arachnéen en frappant d'un coup net et puissant l'araignée par le dessous. Recouvert d'ichor dégoulinant de la blessure mortelle, mais victorieux, le troll parvient à se dégager.

La sortie de la brume et de la foret fut plus aisée, la visibilité augmentant au fur et à mesure. Ils retrouvèrent les autres non loin après les bois, eux étant restés sur le chemin, mais visiblement tout autant sur leur garde qu'eux. Aucune blessure ou victime à part quelques morsures des petites araignées et démangeaisons.


~~~~~~~~~~~~~~~

Les branches se consument lentement dans le feu. Pas trop vivaces mais suffisantes pour diffuser une petite chaleur appréciable dans ce camp de fortune.

Sala'jin garde un œil ouvert, finissant de nettoyer son équipement des restes de l'araignée. Lui et Jum'sha ont été les seuls à attendre un cri d'oiseau venant du nord, la probable direction où est Thae en ce moment. Elle a préféré continuer sa route avec une autre caravane, trop impatiente pour les attendre et ce signe n'a pas manqué d'inquiéter Jum'sha, peut-être plus que raison, se sentant responsable d'elle.

Ce cri était-il vraiment un signe du loa aigle ? Pourquoi Thae'din tient tant à aller aussi vite, ne pas les attendre ?

La nuit allait sûrement apporter plus de réponses et surtout après la discussion animé entre Acrae et Jum, repos et réflexions nécessaires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wa'ai
Admin
avatar

Localisation : Hutte des Tarides
Rôle : Grande prêtresse du makoa loa

MessageSujet: Re: Expédition Norfendre   Dim 1 Avr 2018 - 12:43

Il y a quatre jours

La présence d'un village vryk'ul proche et d'une tour de guet, habitée cette fois par des colons peaux-roses, en travers de leur chemin a contraint la caravane de voyageurs menée par la Taunka Zia Sabot-de-pluie à s'écarter de la route pour s'engager sur les pentes douces et en partie enneigées de la montagne séparant le Fjord des Grisonnes.


Après avoir contourné sans ennui le territoire d'une meute de worgs, puis d'un troupeau de béliers givrecornes en pleine parades nuptiales et rivalités entre mâles, le groupe allait enfin pouvoir rattraper la route normale quand une déferlante de neige dévala le versant de la montagne à toute vitesse. Le groupe se protégea derrière un rocher mais pourtant cela n'avait pas l'air d'une avalanche, plutôt de quelque chose se déplaçant en projetant la poudreuse. Dans une trombe de neige, la forme d'un yéti géant émergea et se rua en direction du mammouth et de Zia perchée dessus.


Tentant de rattraper la route au grand trot pour fuir l'imposante créature à la gueule énorme et aux énormes bras puissants, le mammouth de trait s'immobilisa soudain avec un barrissement de détresse, quand un piège en forme de mâchoire d'acier, dissimulé sous une fine couche de terre, se referma sur sa patte avant gauche. Contraints de faire face à la bête bondissant dans la direction de la caravane, Jilanthy et Sala'jin tentèrent de ralentir le yéti, sans succès. Il fallut un maléfice aveuglant de Zen'khan, une balle perforante bien placée de la gobeline Safrania dans les dents et finalement un puissant coup de massue asséné par Zia sur le museau du monstre pour l'empêcher de ripailler de la chair du mammouth.

Émettant des gémissements plaintifs en se tenant la truffe dégoulinante de sang, le géant humanoïde comprit qu'il ne pourrait accéder à son repas défendu bec et ongle par la troupe hétéroclite face à lui. Grondant, grognant, grommelant dans sa langue gutturale inconnue, le colosse solitaire recula vers sa montagne. Une querelle éclata entre Zia et Safrania à propos de lui laisser la vie sauve ou l'achever, tandis que Zen'khan, aidé de Sala'jin, libérait le pauvre mammouth de trait de son piège, soigné par les pouvoirs de Jilanthy.


Afin de reposer le mammouth et calmé les esprits, la caravane s'enfonça dans les forêts des Grisonnes et y installa rapidement un campement pour une halte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoires-trolles.forumactif.com
Wa'ai
Admin
avatar

Localisation : Hutte des Tarides
Rôle : Grande prêtresse du makoa loa

MessageSujet: Re: Expédition Norfendre   Dim 1 Avr 2018 - 13:08

Hier

Acrae décoche sa flèche. Celle-ci file à toute vitesse... pour finir plantée dans un arbre.

E'chuta !

Le cerf qui se ruait dans sa direction, rabattu sur elle grâce Jilanthy, bondit sur la gauche pour dévier sa course et éviter l'archère. La proie est en train de leur échapper, mais Jilanthy sous forme de tigresse pique un sprint à toute allure pour rattraper l'herbivore. Parvenant à sa hauteur, elle bondit dessus, et parvient à planter ses griffes et crocs dans la croupe de l'animal. Celui-ci rétorque par de violentes ruades et coups de sabots en arrière, dans les flancs de la tigresse, contrainte à lâcher prise, le souffle coupé.

Acrae qui tentait de suivre la trajectoire, s'immobilise et décoche une autre flèche. Elle ne pouvait risquer un tir tant que Jilanthy était sur la bête, sans risquer de la toucher, mais la cible vient de s'isoler. La flèche se fiche dans le pelage, entre deux côtes. Le cerf, rée douloureusement, se couche une première fois, se relève, puis retombe avec une respiration difficile. Jilanthy approche rapidement pour l'achever en prononçant une prière. Puis Acrae entoure les pattes-arrières avec une corde pour trainer le repas jusqu'au petit campement.

Le mammouth a pu retrouver calme et santé, il va être temps de repartir, mais les réserves de nourriture emportées à Kamagua sont presque épuisées, un peu de chasse et de cueillette sont indispensables pour entreprendre le reste du voyage avec assez de forces pour marcher et résister au froid ambiant. Tandis que les deux jeunes sombrelances terminent de nouer les pattes, une forme immaculée apparait discrètement entre les arbres au loin. Croyant d'abord à un cervidé au pelage argenté, les trollesses découvrent une dryade à la poitrine frêle, à la longue crinière noire comme l'ébène et au regard luminescent qui les observe. Un instant plus tard, l'apparition a disparu en quelques bonds au milieu des fourrés et sapins.


~~~~~~~


Revenues au campement, elles retrouvèrent Jum'sha et Zen'khan revenant de leur cueillette : quelques baies comestibles, fleurs poivrées et champignons furent ajoutés au menu. Même Safrania avait tenté de récupérer de la nourriture, bien que son approche insouciante de la vieille souche de l'arbre-géant-cassé se solda sur une fuite en bonne et due forme.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoires-trolles.forumactif.com
Wa'ai
Admin
avatar

Localisation : Hutte des Tarides
Rôle : Grande prêtresse du makoa loa

MessageSujet: Re: Expédition Norfendre   Dim 1 Avr 2018 - 14:03

Aujourd'hui

Un membre de la caravane est revenu au campement après être allé se soulager dans des buissons à l'écart surveiller les alentours. Il aurait aperçu lui aussi une nymphe argentée non loin du camp, mais trop sauvage pour être approchée, elle s'est enfuie rapidement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoires-trolles.forumactif.com
Don-Safrania

avatar


MessageSujet: Re: Expédition Norfendre   Dim 1 Avr 2018 - 20:54

*Parle dans son gnomophone3000 "Standard issue", savamment maquillé en ustensile gobelin: le boitier en cuivre grossier, des boutons et autres diodes aux couleurs criardes, un genre de bidule bourdonnant sur le coté... Vous ne voudriez pas mettre la main dessus.*

*Clic!*

[En gobelin dans le texte] Log entry number... Errr threeee hundread seventy-whatever !
De retour sur le plus létal continent du monde... Je sais: il dispute ce titre avec un certain archipel jailli des enfer. Pourtant après quarante huit heures, la mort parait en sourdine. Assez pudique! Pas un ignoble entassement de dégueulasseries sous nos yeux, non... Juste le frisson habituel qui mine le bas ventre a petit feu, bien coordonné avec le froid, qui lui attaque plus en hauteur et descend le long du dos...

Je me défends comme je peux, mais ne regrette pas encore d’être venue... Après tout les environs sont extraordinaires! Je parie que les autre sens sentent aussi petits de moi dans ces occasions! D'ailleurs les trolleries me sont moins pénibles depuis le retour d'Aksithi, malgré les vilains réflexes qui ressurgissent parfois.

Nous devrions bientôt entrer en contact avec des populations locales. J'en apprendrai peut être sur l’état des postes de recherches? S'il en reste... Valgarde et Westgard ne gardent plus rien du tout et je n'ai pas, mais pas du tout envie de refoutre les pattes à la Nouvelle Agagmand! Non... Décidément, je n'ai aucune idée de ce que je fiche dans le coin...
Peut être j'irai jouer à la belle archéologue aux calibres en fin de compte? Comme "La Pilleuse de Ruines" (série de romans d'aventure très populaire à Kezan)...

Saffy Kraft, "Ruin Scaver"... *imite l'accent troll* In da blizzard, maaaan! Hin hin...
Sounds good stupid!

*clic!*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salajin

avatar

Rôle : Guerrier

MessageSujet: Re: Expédition Norfendre   Mar 3 Avr 2018 - 14:45

Chasseuse chassée

- J'reviens ! Faut qu'j'retrouve la flèche qu'j'ai manqué durant la chasse 'vec Jilanthy avant qu'on se remette en route !

C'est sur ces mots qu'Acrae quitta le camp, les autres affairés sur d'autres tâches ou tout simplement se reposant, profitant d'un repas près du feu. Ce n'est que lorsque que la soirée commença, que certains commencèrent à se poser des questions sur le non-retour de la trollesse. Afin de ne pas laisser le camp vide, seuls Jum'sha, Jilanthy, Hel'Kalna, Zen'khan, Safrania et Sala'jin se mirent en route.

Remontant les traces de pas bien visibles d'Acrae dans la terre meuble entre les sapins des Grisonnes, ils parvinrent sans soucis sur le lieu de chasse, sans voir pour autant la trollesse dans les environs. Continuant leurs recherches, guidés par l'odorat félin de Jilanthy, ils parvinrent à suivre une piste de plus en plus étroite. C'est au bout de celle-ci qu'ils trouvèrent l'arc abandonné de la chasseuse, des traces de lutte, ainsi que, pour Jilanthy, une odeur étrange.

Le temps que chacun commence à envisager le pire, Hel'kalna fut chargée et renversée par un ours et lacérée à la poitrine. Sala'jin dégaina sa lance et frappa l'animal de front, pendant que Jilanthy et Zen'khan s'attaquèrent au flanc de celui-ci. La surprise fut totale en voyant que l'ours, malgré les coups portés, ne bronchait pas, mais surtout quand ils constatèrent qu'aucune des blessures ne répandit de sang : l'ours en face d'eux déjà mort et pourtant bien enclin à les déchiqueter. Ils parvinrent à bloquer l'ours et entraver suffisamment ses mouvement pour qu'Hel'kalna puisse s'extraire d'en-dessous la bête écumante, puis Zen'khan découpa la tête de l'ours grâce à une bénédiction du loa Nalorakk, prié par Hel'kalna. Jum'sha enflamma le mort-vivant décapité grâce à ses prières adressées à Pogeyan, l'esprit du feu.


Voulant s'assurer que l'ours maudit n'ait rien laissé d'autre de corrompu derrière lui, ce dernier préféra rester ici le temps de s'assurer que tout aille bien. Suffisamment près du campement, il pourrait revenir rapidement et seul en cas de danger soudain.

Après qu'Hel'kalna fut soignée par Jilanthy, ils purent reprendre la piste d'Acrae. Grâce à l’œil de Zen'khan mais aussi à la taille de Safrania, ils remarquèrent des pas plus massifs de trolls non loin de la zone de combat avec l'ours. Cette nouvelle piste les entraina toujours plus loin vers le nord à travers la forêt, vers des ruines drakkaris, confirmant les soupçons des trolls quant à l'origine du "sauveteur" providentiel. Bien qu'ils soient visiblement abandonnés et largement détruits, ils aperçurent une petite lueur entre l'arche d'un des bâtiments en ruine.

Préférant jouer la prudence, seuls Sala'jin et Hel'kalna s'approchèrent de la partie vaguement éclairée, afin de ne pas inquiéter plus que cela les occupants. C'est la voix d'un troll méfiant et prudent qui répondit à leur appel, quelque peu rassuré de voir surtout des trolls, il accepta que Sala'jin et Hel'Kalna le rejoigne.


Tous deux purent voir une Acrae blessée au ventre mais bien vivante allongée près du feu, à coté de lui, un drakkari, Jorzu, inquiet et sur ses gardes, regardant les deux arrivants. Une brève discussion permit de savoir qu'il était un ancien féticheur ayant fuit Zul'drak après avoir perdu ses pouvoirs auprès des loas. Il aurait trouvé Acrae en difficulté et l'aurait ensuite amenée ici afin de la soigner. Bien que le résumé fut succinct, Acrae confirma d'un signe de tête toute l'histoire.

Quand Sala'jin proposa de rester ici, afin qu'Acrae finisse de se reposer à l'abri, Jorzu devint nerveux, compréhensible pour un troll resté à l'écart des autres aussi longtemps et ils finirent par rentrer au camp le soir même, la nuit tombée depuis quelque temps déjà ayant glacée l'atmosphère, mais avec une Acrae en vie, bien que étrangement réservée ou conciliante par moment aux yeux de Sala'.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thae'din

avatar

Rôle : Hiérophante

MessageSujet: Re: Expédition Norfendre   Mar 3 Avr 2018 - 16:59

Extrait du Journal de Zia - Après l'attaque du yéti , Saison du renouveau

Les trolls sont plus braves que je ne pensais.
Nous avons été attaqués par un Yéti gigantesque et majestueux, je n'avais vu qu'une seule fois des cornes aussi grande et belles ! Nous avons réussi a le mettre a terre et le faire reculer... Je pense que c'était une femelle qui protégeait ses petits. Des yétis si loin au Sud, c'est extrêmement rare, il faudra que j'en parle aux anciens, a Taunka'Le.
Le mammouth a repris des forces et sa patte est en bien meilleur état, demain nous repartirons pour Oneqwah.

Ils sont tous partis a la recherche de la trollesse, j'ai préféré garder le camp, j'espère qu'il ne s'est rien passé de grave... Après l'épisode de la forêt, j'ai vu a quel points ils étaient nerveux.
C'est qu'ils sont superstitieux, et le moindre signe, animal, est un esprit qui parle, pour eux ! Nous avons beau respecter et parler aux éléments et a la terre-Mère, nous savons reconnaitre le cri d'un animal, et laisser la nature vivre.
Pour avoir aperçu la cité de Zul'Drak un jour, je sais que c'était une ville temple, et cela ne m'étonne plus a présent.

Mu'sha est haute dans le ciel. Puisse-t-elle poser son oeil bienveillant sur nos compagnons de route. Demain, An'she nous réchauffera a nouveau, et j'aimerais arriver a temps pour la veillée a Oneqwah. Les bêtes sont fébriles.
Et je n'aime pas les nouvelles apportées par l'éclaireur, aujourd'hui. Je préserverais le groupe de ces nouvelles, pour le moment.
















Dernière édition par Thae'din le Mar 3 Avr 2018 - 17:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salajin

avatar

Rôle : Guerrier

MessageSujet: Re: Expédition Norfendre   Mar 3 Avr 2018 - 17:01

Duperie trolle

Installé auprès du feu de camp qui crépite, Sala'jin est de plus en plus intrigué, suspicieux. Il en est certain : Acrae cache quelque chose. Quelque chose qui la met réellement mal à l'aise si ça vient à être découvert au vu de son attitude.

Ils ne sont pas revenus depuis bien longtemps, qu'il a déjà pu constater que son attitude est trop étrange. La blessure qu'elle porte sur le ventre n'est clairement pas due à un coup de griffes, mais une arme tranchante, elle répondit que c'était le cerf blanc humanoïde avec une lance. A nouveau de manière bien trop rapide, évasive. De plus, elle sursaute à la moindre de ses questions sur ce qu'il s'est passé durant son absence dans la foret.

De même pas un seul remerciement ne leur fut adressé, elle ne chercha même pas à reprendre son arc, préférant demander avec insistance qu'il se repose cette nuit pendant qu'elle fera son tour de garde… avec une blessure au ventre ! Toute son attitude est anormale. D'ailleurs, capitulant devant son insistance qu'elle aille se reposer, la trollesse se couche à l'écart, loin du feu, contrairement à son habitude.

Faisant semblant de s'endormir, résistant contre le sommeil en remuant ses pensées, Sala'jin garda un œil ouvert et une oreille tendue en direction de la chasseresse. Et bien lui en prit. Au bout d'environ une heure de patience, Acrae se releva et se faufila hors de camp. Quitte à passer pour un voyeur, s'il se trompait, il la suivit aussi discrètement que possible. Aidé par l'obscurité et le fait que la trollesse fut blessée donc n'avance pas vite, elle refit le chemin inverse et le guida jusqu'aux ruines habitées par Jorzu, l'attendant visiblement avec deux sac en cuirs.

Sala'jin sortit de sa cachette en jetant l'arc en direction d'Acrae, les prenant tous deux par surprise. Acrae et Jorzu lui intimèrent de partir, de les laisser seuls, l'insultant au passage de "sale gurubashi", ce qui lu fit venir un sourire cruel aux lèvres et une sourde colère en son ventre.

Il avait raison, il y avait bien quelque chose de bizarre 'vec le Jorzu. Acrae n'est pas elle-même, les deux trolls sont de mèche ! Il lui a fait quelque chose !

Sans prévenir, Sala'jin passa à l'attaque, portant un coup sur le crâne du féticheur avec le pommeau de sa lance, l'envoyant à terre aussi sec. Surprise Acrae tenta de le repousser, mais d'un geste brusque il l’envoya également à terre, peu enclin à une diplomatie posée.

Il commença par questionner Acrae et voyant bien qu'elle ne répondait pas correctement, ses mauvaise réponse furent sanctionnées d'une paire de gifles à l'aide de son gantelet renforcé. Mais ce n'est qu'en menaçant de s'en prendre à Jorzu qu'il obtint des vérités. Il finit par apprendre ce qu'il redoutait au fond de lui : Jorzu a bel et bien retrouvé Acrae dans la foret, mais son but au-delà de l'aider fut tout autre… via un rituel il parvint a extraire l'esprit de la trollesse pour le remplacer par celui de sa femme, Zilia … Et c'est celle-ci qui lui tenait tête en cet instant.

Poussant plus loin l'interrogatoire et surtout sous l'effet d'un colère sourde, mal dissimulée, il coupa deux doigts de Jorzu, forçant Zilia/Acrae à lui répondre, lui extorquant le peu d'information qu'elle pouvait avoir. L'esprit d'Acrae à rejoint ses ancêtres, et repose dans le monde-d'après. Elle ne connaissait pas de procédé inverse. Quand elle menaça de se mutiler elle-même si Sala'jin continuait, il l'attacha solidement.

Alors qu'il fut pris d'un doute, il vérifia l'état de Jorzu : le corps froid, l'absence de respiration le paralysa pendant un instant qui lui parut une éternité.

J'ai frappé trop fort ? Non il n'a pas pu m'lâcher comme ça ?! Les trolls ils sont solide ! Mais lui ? Il avait l'air frêle !

Sala'jin enveloppa le troll dans sa cape et une couverture trouvée dans l'un des sacs, refusant d'admettre la mort du prêtre, il finit par voir un mince filet de vapeur sortir de la bouche de son prisonnier. Le froid, les blessure occasionnées… il ne devait pas tarder et revenir rapidement au camp. Là-bas il pourrait compter sur l'aide des autres trolls, notamment Jum'sha !

Il redressa Zilia/Acrae par les cheveux, la forçant à avancer dans la nuit, transportant le féticheur drakkari inconscient ainsi que la lame runique ayant servit au rituel. La nuit allait être longue mais le feu d'une colère, d'une rage sourde et de l'inquiétude allaient lui donner l'énergie nécessaire…

Aurore, Caravane

Le guerrier parvient à rejoindre le campement du groupe. Avant que ses forces restantes ne le quittent, il put prévenir la caravane de garder Acrae et le drakkari attachés, de ne les libérer sous aucun prétexte, même si Acrae suppliait. Et qu'il aurait besoin de toute l'aide possible.
De même il demanda à ce que Jorzu reçoive une part des ratons de nourritue et qu'on surveille ses blessures si besoin.

Puis il s'effondra dans un coin à bout de force.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wa'ai
Admin
avatar

Localisation : Hutte des Tarides
Rôle : Grande prêtresse du makoa loa

MessageSujet: Re: Expédition Norfendre   Mer 4 Avr 2018 - 7:55

Corps et âme

Après avoir administré de force à Jorzu une préparation permettant d’amplifier le pouvoir naturel de régénération trolle, Jum’sha tenta d’obtenir des réponses de la part du troll drakkari en le plongeant dans les flammes du feu de camp, afin de le torturer en le brûlant sans le tuer. Il n’obtint que des hurlements de douleur de la part du troll, entrecoupés des hoquetèrent de pleurs baignant le visage d’Acrae.


Zen’khan se proposa alors de chercher les réponses directement dans l’esprit du troll des glaces, au moyen d’incantation vaudou et d’une poupée magique nouée de poils de Jorzu. Il y découvrit toute l’histoire de Jorzu et Zilia.

En remontant dans les souvenirs lointains du Drakkari, Zen'khan découvrit la vie du féticheur dans la fière nation de Zul'drak, uni à Zilia, une guerrière accomplie, bestiale et fière. Puis l'arrivée du Fléau, quand Zilia partit avec les autres combattants en première ligne, pour repousser la menace morte-vivante qui se répandit sur leurs terres. Et le terrible prix du désespoir, payé par les loas dans le sang. Jorzu survécut, pas Zilia. Elle devint une relevée asservie par le Fléau. Mais il ne l'oublia jamais.

Et des années plus tard, quand le Roi-Liche tomba et que son emprise sur les morts s'affaiblit, Jorzu chercha et retrouva sa femme, ou ce qu'il en restait. Il s'occupa de l'être décharné et décervelé qu'elle était devenue, en la gardant attachée. Durant des années, après la perte des loas et de ses pouvoirs de féticheurs après les crimes commis contre eux, Jorzu avait étudié lentement ce qu'il pouvait à propos de la magie des morts. Quand Zilia recouvrit son libre-arbitre, Jorzu avait appris comment l'arracher à son corps originel décomposé, pour transférer son âme dans une nouvelle enveloppe en pleine santé.

Leur première expérience fut sur une humaine coloniale capturée. Le rituel était toujours le même : d'abord infliger des blessures avec une épée runique, récupérée dans les ruines de Zul'drak, là où le Fléau et les Croisés d'Argent avaient combattu les uns contre les autres. Cela fragmentait et affaiblissait l'esprit de la cible pour limiter sa résistance et son agressivité envers l'âme "invasive" de Zilia qui prenait sa place. De la même façon que les trolls mangent les corps pour affaiblir l'âme de leur ennemi, l'arme runique mange et grignote l'âme pour la rendre inoffensive. Avec la magie des morts, Jorzu liait alors l'âme de sa compagne au nouveau corps, en mêlant un peu de leurs sangs respectifs, avant qu'ils ne refroidissent. Tout devait être rapide pour que Zilia ait un corps neuf.

Cela fonctionna, et ils pouvaient vivre tranquillement loin de Zul'drak, dans leurs forêts résineuses natales, mais seulement pour un temps. Les connaissances nécromantiques de Jorzu étant limitées, il ne parvint pas à stabiliser le processus, et les corps finissent toujours par flétrir au bout de quelques mois, obligeant à retrouver d'autres enveloppes. Peut-être parce que ce n'est pas l'âme "naturelle" qui correspond au corps ? Ou parce qu'il ne détient pas une puissance comparable à celle d'une liche, d'une val'kyr ou même du Roi-Liche ? Ainsi Zilia passa dans plusieurs corps différents, parfois provisoirement dans des animaux, le temps de trouver mieux. La dernière était une dryade égarée.

L'histoire que résuma Zen'khan au reste du groupe les prit au dépourvu, et Jum'sha eut même de la compassion pour ce cousin désespéré qui n'avait fait que survivre et tenter de faire survivre l'être le plus cher à ses yeux.

Néanmoins la question qu'ils se posaient tous demeurait sans réponse : était-il encore possible de ramener l’âme d’Acrae dans son corps ? Ou bien était-il trop tard ? Son âme était-elle trop gravement lacérée ? Laissant Jilanthy surveiller Jorzu et Sala’jin surveiller Zilia/Acrae, Jum’sha aida Zen’khan à contacter le monde des esprits pour y chercher l’âme de la chasseresse. Ensemble ils appelèrent la jeune sombrelance à travers les limbes, concentrant leurs pensées sur elle pour lui fournir un point d’ancrage et l’aider à venir les retrouver.


La silhouette nue, translucide et floue d’Acrae finit par apparaitre et les observa avec un stoïcisme et un détachement mélancolique, qui trancha avec le caractère que les trolls lui connaissaient. Bien que la vision de son arc, déposé par Sala’jin devant l’apparition, remua un brin de vie dans le regard du spectre, il devint clair que l’âme de la trollesse avait été endommagée, fractionnée en fragments aspirés et contenus par la lame runique et qu’Acrae ne redeviendrait jamais complètement elle-même sans eux.


Les trolls hésitèrent longuement sur la marche à suivre ? Fallait-il briser la lame runique ? Quelles seraient les conséquences ? Le mojo d’Acrae pourrait-il se reconstituer ? Quel rituel entreprendre ? Devaient-ils plutôt essayer de se renseigner sur la magie de la lame et quérir l’aide et les connaissances de Réprouvés ou de Chevaliers de la mort ? Comment obliger Jorzu à user du rituel qu’il connaissait pour retirer l’âme de Zilia du corps d’Acrae, sans qu’il ne blesse l’âme ou le corps de cette dernière par vengeance ?

Même si Jum'sha avait songé à l'idée d'épargner Jorzu en échange de la vie d'Acrae, les autres répugnaient à laisser un voleur de corps dans la nature : qui sait à qui il s'en prendrait par la suite dans sa folie pour garder l'âme de sa femme à ses côtés ? Jorzu tenta de proposer que les trolls lui livrent un autre corps à occuper : en échange, il exécuterait le rituel pour transférer l'âme de Zilia et libérerait ainsi le corps d'Acrae. Ils disparaitraient tous deux sans chercher querelle. Il fallait un corps convenable, pas une bête. La caravane comportait une taunka qui aurait pu faire l'affaire : les trolls étaient-ils si attachées à cette étrangère ? Ils pouvaient bien dire qu'un accident l'avait emportée, personne n'en saurait jamais rien.  

Mais le groupe refusa, cherchant à raisonner le Drakkari : quelle vie menait-il avec Zilia ? Était-ce là seulement une vie, une existence ? D'ailleurs s'agissait-il toujours bien de Zilia ? A force de changer de corps, peut-être son âme s'altérait-elle et perdait qui elle était ?

Peut-être les déclarations de ses semblables le touchèrent-elles ? Ou peut-être le troll ne voyait pas quelle issue pourrait être heureuse pour lui et Zilia alors que le groupe les tenaient tous deux captifs et ne les laisseraient jamais repartir pour vivre paisiblement. Alors le Drakkari baissa les bras et déclara qu'il aiderait à en finir. Il pratiquerait le rituel du transfert... sans corps d'accueil. Puis il se donnerait la mort pour rejoindre Zilia dans l'autre monde. Il ne demandait qu'une faveur : une dernière nuit en compagnie de sa femme. Qu'ils puissent profiter une dernière fois du contact l'un contre l'autre, qu'ils puissent se prendre dans les bras, s'endormir dans leur chaleur mutuelle.

Zen'khan décela dans le regard soudain abattu et résigné de leur captif, la sincérité de cette offre et même, une fatigue de plusieurs années de "survie" qui semblait le rattraper et s'abattre sur lui. Cela semblait être la manière la plus douce d'obtenir sa bonne volonté pour défaire le sortilège de nécromancie sur le corps d'Acrae. Mais les autres se refusaient à tolérer une telle "contrepartie" en permettant à Zilia et Jorzu de vivre une dernière nuit d'amour grâce au corps d'Acrae. C'était impensable !

Finalement, et pour certains en ravalant colère et dégout, ils accordèrent à Jorzu de rester auprès de sa bien-aimée, mais sous surveillance vigilante pour qu'ils ne se livrent à aucun acte charnel. L'un contre l'autre, les deux amants se retrouvèrent, pour leur dernier jour sur Azeroth.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoires-trolles.forumactif.com
Thae'din

avatar

Rôle : Hiérophante

MessageSujet: Re: Expédition Norfendre   Dim 8 Avr 2018 - 12:08

Zia s'était éloignée du lieu du rituel quand la magie vaudou des trolls s'était faite plus forte. La taurène n'aimait guère ces sorts impies et douteux, et elle gardait donc le Mammouth sur le bord de la route, observant les montagnes enneigées, songeant a la suite du chemin.
Mais une partie de son esprit restait accaparé par ce qui arrivait a la jeune chasseresse, Acrae. Celle-ci était fougueuse et brave, qualités que l'ont appréciait chez son peuple.
On ne laissait pas tomber un Brave.
Zia se tourna vers le chemin de terre qui montait a travers les arbres. Elle ressentait, le pouvoir impie du rituel.. Et autre chose. Les esprits étaient en colère, et elle reconnu l'aura sombre des non-morts au service du Roi liche.
Empoignant sa masse, Zia retourna vers le campement de fortune.

Extrait du journal de Zia Sabot-de-Pluie, Camp oneqwah, deuxième mois de la Saison du Renouveau.


Les trolls sont imprudents et leur magie douteuse. Mais ils savent prendre soin de leurs amis.
Les esprits avaient pris pleine possession des lieux quand je suis arrivée, et les prières de mes compagnons de route, prières adressées à leurs nombreux dieux, résonnaient dans la petite clairière.
Je sentais mon âme et mon coeur vibrer avec dégout à chaque coup porté sur l'épée, et observais leur prêtre incanter, se saignant le bras pour protéger l'âme de Acrae.
J'ai appelé An'she à plusieurs reprises, et elle m'a répondue. Sa chaleur a envahi la clairière et aidé le prêtre, repoussant une partie des esprits. Mais la magie impie est forte et il fallut bien des efforts pour venir à bout de l'enchantement maléfique.
La chaleur est revenue dans le corps de Acrae, et elle se réveille, à présent installée près du feu de camp, à Oneqwah. C'était une marche dure et forcée mais le réconfort est là. Du feu, à manger, et la protection des miens.

Jum'sha et sa bande doivent vraiment avoir la protection des Dieux pour survivre à tout cela. La chasseresse n'en sortira pas indemne cela dit.
Je leur dirais bientôt ce que j'ai appris sur Thae'din.
Imprévisible, la trollesse a rejoint des étrangers juste après son arrivée au camp, et a disparu dans la nature durant des jours ! Ils s'inquiètent tous tant, elle leur fait bien des misères.
Pour ma part je repartirai bientôt, les neiges m'appellent, la Saison avance et mon village aura besoin de moi pour le ravitaillement, et appeler la bénédiction de la Terre-Mère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wa'ai
Admin
avatar

Localisation : Hutte des Tarides
Rôle : Grande prêtresse du makoa loa

MessageSujet: Re: Expédition Norfendre   Lun 9 Avr 2018 - 18:07


Ils avaient enfin rejoint Thae’din. Ou plutôt, Thae’din les a-elle rejoints ? Peu importe, en vérité. Après sa fougueuse fugue, la Vengebroche les avait attendus aux alentours du campement taunka d’Oneqwah, guettant leur arrivée tout en entreprenant ses propres recherches en quête d’Akil’darah. Acrae n’avait guère un bon pressentiment envers ce loa, qui non seulement encourageait Thae’din à s’éloigner de ses semblables et amis, mais qui en plus lui faisait trahir sa parole. La promesse qu’elle avait rompue envers Sala’jin, notamment, était dure à avaler pour lui. La confiance était brisée. Au moins pour le moment.

Comme Acrae l’avait soupçonné, Thae’din avait volontairement laissé ses congénères en arrière, pour avancer seule et agir à sa guise à propos d’une affaire qu’elle tenait cachée et préférait ne pas aborder avec eux. Son jardin secret. Acrae respectait ça. C’était évidemment un soulagement de revoir la jeune Vengebroche bien portante. En son fort intérieur, Acrae savait que ça signifiait que Jum’sha n’aurait pas à se fustiger et à s’accabler de toute la responsabilité. Elle préférait épargner la sérénité du Scalp-rouge autant que possible.

C’est pourquoi elle ne l’avait d’ailleurs pas ennuyé à poser des questions. La Sombrelance avait compris que quelque chose de grave s’était passé, qui l’impliquait. Mais elle ignorait quoi exactement. Elle se souvenait être allée récupérer sa flèche perdue non loin de leur camp de fortune, avoir aperçu la biche-humanoide argentée, qui semblait l’attendre, vouloir lui dire quelque chose. Elle s’était approchée, la dryade avait parlé en zandali, elles avaient marché ensemble… et ensuite… ensuite… ? Rien. Le noir total. Rêves et réalités se confondaient. Un troll penché sur elle. Une voix rauque indistincte l'appelant au loin. La démarche chaloupée du mammouth. Une main sur son front. L’inégalable léthargie qui pesait sur tout son être en engourdissant ses sens et pensées.

Après ces trois derniers jours de repos à Oneqwah, Acrae se sentait mieux. Elle avait beaucoup dormi. Et beaucoup mangé. Néanmoins la nuit, dans son sommeil, il lui arrivait de se retrouver au milieu d'une forêt de sapins, sombre et silencieuse. Les étoiles étaient éteintes, englouties par un brouillard blafard, et la trollesse sentait un poids terrible sur sa poitrine, étouffant. Elle cherchait  une présence, quelqu'un, quelque chose, mais elle était seule. Elle marchait, errant entre les silhouettes élongées des arbres et finissait par se retrouver à un endroit familier. Mais du campement il ne restait rien, et nulle présence alentour. Le sentiment d'abandon et la panique la saisissaient alors et elle se réveillait à chaque fois en sursaut, près de Jilanthy.

Depuis leur arrivée à Oneqwah, Acrae ne s'éloigne jamais. Elle reste au village taunka, et garde en vue ses occupants, comme s'ils allaient à tout moment se volatiliser au moindre clignement d'oeil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoires-trolles.forumactif.com
Jilanthy

avatar


MessageSujet: Re: Expédition Norfendre   Mar 10 Avr 2018 - 13:26

C'était enfin fini. Les deux Drakkaris étaient morts et bien morts. Dès qu'elle avait été mise au courant de la supercherie, Jilanthy avait commencé à aiguiser un de ses poignards et au moindre geste, elle égorgeait le Drakkari. On ne fait pas de mal impunément à ceux qu'elle considère comme ses frères et soeurs sans en payer le prix. Mais le Jum'Sha et le Sala'Jin s'en étaient très bien occupé. Elle espérait également que l'esprit de la dryade blanche ait enfin trouvé le repos

Tout le temps de la convalescence d'Acrae, la tigresse restait à ses côtés, se voulant rassurante, elle gardait la plupart du temps sa forme féline.

Une chose par contre la taraudait : Le grand arbre tombé et les furbolgs qui s'entretuaient. Elle avait entendu parler de cet arbre chez les druides et souvent, elle regardait longuement dans cette direction. Une fois qu'Acrae ira mieux, elle y fera un tour, elle doit voir ce qu'il y a là-bas.

Elle ne prête pas trop attention à ce qu'il se passe dans le campement. Elle a bien vu que la Thae est revenue, elle était contente et rassurée. Mais pour le moment, juste Acrae et sa future escapade comptent. Mais elle ne partirait pas sans rien dire, elle préviendra tout le monde le moment venu. Elle veut y aller seule, sous forme de tigresse, espérant passer inaperçue. Elle rejoindrait le groupe un peu plus tard sur la route.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jum'Sha

avatar


MessageSujet: Re: Expédition Norfendre   Jeu 12 Avr 2018 - 2:48

Jum'sha se réveillait au milieu de la nuit dans l'une des grandes tentes du camp. Il s'habilla en silence et sorti. Il s'assied face à la grande flamme qu'il se met à entretenir, si bien que la lueur semble envahir tout son champ de vision. Il prend sa pipe en main, grattant les résidus à l'aide d'un os pointu. Ce geste était au moins aussi thérapeutique pour lui que de fumer, il lui rappelle la féticheuse qui lui a enseigné son savoir et sauvé sa vie. Sitôt la cheminée du fémur taillé décrassée, il fouille dans son sac à herbes. Il est bien trop entamé, il a déjà flambé plus de la moitié de ses réserves. Cette constatation à elle seule éveilla en lui un sentiment d'urgence qu'il balaya aussitôt. Il prit une poignée plus fine que d'habitude pour bourrer sa pipe et l'alluma aussitôt avec une brindille enflammée.

Quand enfin les effets des herbes prirent effet, le torrent de pensées qui l'empêchait de dormir se calma enfin. Enfin il pouvait réfléchir et méditer, les yeux fixés dans l'aveuglante lumière des flammes.

De toute les fibres de son corps il haïssait ce continent, froid, hostile, mort... Les flammes lui rappelèrent le douloureux souvenir de ce qu'il a infligé à Jorzu. Il n'a même pas hésité lorsque l'idée lui était venue, il s'était même exécuté avec une attitude glaçante. Il se mit à se poser la question "Aurais-je pu faire autrement?" et une foule de réponses lui vinrent d'elles mêmes, Zen'khan l'avait prouvé. Il se mit à penser à Acrae et ce qu'elle a vécue, ce qu'ils ont dû faire pour la ramener et à la crainte viscérale qu'il ressentait à l'idée d'échouer. Il se mit à penser aux décisions qu'il avait prit avec trop de hâte dans le tombeau Drakkari. Si il avait fait plus attention ils auraient pu partir avec une tablette... Il se souvient des remontrances que Sala'jin a eu à son encontre et comment il avait réagit en rejetant en bloc les remarques du Gurubashi. C'est peut-être à cause de son passif avec cette tribu qu'il a eu cette réaction? Il a beau avoir montré et prouvé sa haine du loa Hakkar, Jum'sha ne pouvait parfois pas s'empêcher de revoir les gardes du temple enlever des Scalp-rouges et des Casse-crânes pour les sacrifier.

C'est peut-être pour ça qu'il fume trop, qu'il cherche à tout oublier en permanence. Ce maudit continent froid fait ressortir tout ce qu'il y a de mauvais chez lui. La cruauté d'un Scalp-rouge qui tente de protéger sa tribu, l'ignorance et l'inconscience d'un jeune guerrier, la peur de l'impuissance et une profonde rancœur.

Il éteint sa pipe, jetant les herbes qui la bourraient dans le feu. Finalement il préfère le torrent de pensées confuses plutôt qu'une introspection si négative. Tout ce que ce continent lui fait ce n'est que le mettre à fleur de peau et dans une attitude négative. Ca ira bien mieux quand tout ça sera fini.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salajin

avatar

Rôle : Guerrier

MessageSujet: Re: Expédition Norfendre   Jeu 12 Avr 2018 - 22:08

La caravane s'est remise en marche, quittant le camp Oneqwah pour de bon. Avertis par les taunka d'un conflit grandissant une nouvelle fois entre la Horde et l'Alliance dans les environs du Bastion de la Conquête, ils remplacèrent l'imposant mammouth par un brochepelle plus petit, mais plus discret.

En chemin vers Zul'drak, le temps orageux les força à faire une pause. C'est le moment que Zen'khan choisit pour parler d'une des visions reçues par sa loa, Fènwa : elle lui a indiqué de se rendre dans un lieu, une grotte non naturelle où serait entreposé des objets drakkaris et située non loin d'ici.
Intrigués, Sala'jin et Acrae accompagnèrent Zen'khan, laissant les autres dresser le campement pendant ce temps.

La "grotte non-naturelle" se trouva rapidement être une ancienne excavation. Approchant discrètement afin d'évaluer le terrain, leur surprise fut de taille. Un troll zandalari, à la peau sombre, la tenue ancestrale faite de dorures et de tissus rouges avec un masque, des tatouages dorés, des défenses d'or et armé d'une large épée projetant des éclairs bleutés se battant contre plusieurs hobegobelin.

Ne sachant que faire pendant quelques instants, tant la présence du zandalari fut surprenante ici, ils finirent par se joindre au combat pour régler le compte de ces peaux-vertes fouineuses.
Le zandalari se présenta sous le nom Ukwe'Khan, venu jusqu'ici lui aussi en quête de savance et d'héritage troll. L'excavation appartenant à la Kapitalrisk, un cartel gobelin, les quatre trolls s'engagèrent à l’intérieur bien décidés à ne pas laisser l'héritage troll local entre les mains de non-trolls.

La résistance à l'intérieur fut relativement faible, Ukwe'Khan et son épée ouvrant le chemin efficacement. La seule tentative de résistance de la part des gobelins et de leurs sbires brutasses, tentant de prendre le groupe à revers, se soldat par un échec cuisant de leur part, le dernier fuyard achevé par une flèche d'Acrae.

Au bout du souterrain, Ukwe'Khan, révéla un passage, dissimulé par la magie. Grâce à ces connaissances en zandali ancien, le Zandalari déchiffra et traduisit les inscriptions qui l'ornaient :

Ici reposent les reliques des guerres passées.
Incontrôlables elles sont, et incontrôlées elles resteront.
Ceux qui trouvent ses armes se doivent de les laisser cachées
et que les âmes trolles qu'elles ont prises reposent en paix.

Avec cette mise en garde bien en tête, le groupe s'accorda sur le fait de ne toucher à aucune arme quand ils franchiraient le passage secret et simplement regarder si des tablettes, stèles ou autres gravures d'intérêt se trouvaient dans ces lieux. Après qu'Ukwe'Khan ait activé le mécanisme magique d'ouverture, ils purent ainsi pénétrer dans une large salle contenant armes, objets rituels et œuvres en tout genre drakkari.

Zen’khan fut rapidement absorbé par une imposante hache en lévitation au-dessus d'un autel, dans une petite pièce à droite. Sala’jin la reconnut immédiatement. En effet, il l’avait déjà vue dans un rêve, inspiré semblait-il par Fènwa. Un rêve qui l’avait d’ailleurs plutôt inquiété... Malgré leur accord sur le fait de ne toucher à rien, Zen'khan s’approcha de la hache, subjugué tel un automate. Tout le pan de mur d'en face constituait une immense gravure très abimée. Sous les coups et entailles volontaires qui avaient tenté de la faire disparaitre de la pierre, se distinguait la silhouette d'une trollesse tenant d'une main une grande hache et de l'autre un bâton avec deux lanternes. Au-dessus une phrase indiquait : le pouvoir vient des ombres.

Sans tenir compte des remarques et avertissements des trois autres trolls, Zen'khan sortit un flacon de sa besace, qu’il déboucha et posa sous la hache lévitante. Sala arriva à son niveau et le força à reculer en le tenant par l'épaule. Mais à peine les deux trolls eurent fait quelques pas en arrière qu’un tourbillon de sombre magie apparut de la hache et sembla se déverser vers le goulot de la fiole. Sala’jin lâcha Zen’khan et essaya de briser celle-ci, mais il fut violemment repoussé et projeté en arrière par les ombres effrénées.

Le Gurubashi se retrouva frigorifié, tremblant d’un froid anormal, murmurant qu’il commençait à la voir de plus en plus. Acrae fut rapidement à son coté, le trainant en arrière pour l'éloigner des ténèbres. Elle défit sa propre cape et enroula le guerrier dedans puis se redressa et se rua sur un Zen'khan amorphe, contemplant la scène, pour lui asséner un coup de poing bien senti dans la mâchoire, qui parvint à le ramener à la réalité.

- Oh ! Réveille toi ! T'as foutu la merde !
- Qu'est-ce qu'il s'passe ?!
- Ouvre les yeux e'chuta ! Les ombres elles ont blessées le Sala ! Et Ukwe'Khan il doit réparer TES conneries ! Pfff !

Tournant le dos au parle-loa, la Sombrelance se consacra ensuite à garder Sala'jin également dans le moment présent tandis qu'il continuait de délirer en fixant une chose invisible. Agenouillée, lui maintenant la nuque et l'obligeant à la fixer droit dans les yeux afin qu’il puisse se concentrer sur elle. Le Zandalari parvint à stopper le flot de mauvais mojo qui menaçait d’engloutir la salle, ce qui libéra Sala’jin de l’influence glaciale de l’ombre par la même occasion.

- Il faut partir d'ici, et sceller le passage derrière nous.
- Acrae elle est d'accord avec Ukwe'Khan. J'vais aider Sala'jin à marcher jusqu'à la sortie. Mais d'abord...

Plissant les yeux en direction de Zen'khan, elle fulmina d'un air sévère :

- J'serai tentée de te sceller ici aussi Zen'khan... si t'avais pas l'air aussi ahuri qu'un murloc qui sort de l'oeuf. J'peux croire que t'as pas voulu c'qu'il s'est passé, mais tu vas devoir répondre quand même de tes actes !
- Le Zen'khan il voyait pas... il a juste écouté...
- Je remets à plus tard ton jugement. Mais ça sera pas oublié.

Le Zandalari bloqua ensuite l’entrée avec sa propre magie, avant d’accompagner les trois trolls dont deux encore bien marqués par les événements. Il les laissa à la sortie du souterrain et partit de son côté en quête d'autres reliques et savoirs. Acrae, Zen’khan et Sala’jin rentrèrent au camp par leurs propres moyens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wa'ai
Admin
avatar

Localisation : Hutte des Tarides
Rôle : Grande prêtresse du makoa loa

MessageSujet: Re: Expédition Norfendre   Dim 15 Avr 2018 - 10:26

Attaquées par une patrouille de l'Alliance alors qu'elles étaient seules restées au campement temporaire pour surveiller le feu et le brochepelle de bat, Thae'din et Acrae tentèrent de fuir en évitant les projectiles arcaniques et balles de fusil, mais furent vite rattrapées par deux cavaliers. Avec Acrae à terre sous les assauts d'épée portés dans son dos pour interrompre la course, Thae'din se tint debout pour la protéger tandis que les cavaliers leur coupaient la route et les prenaient en tenaille le temps que leurs comparses fusiller et mage les rejoignent.


C'est alors qu'un orc chevauchant un worg de guerre surgit en beuglant à travers la forêt, alerté par les cris et les coups de feu. A coup de hache, il mit à terre le premier cavalier, puis un second, tandis que son worg déchiquetait les montures équidées.

Cela laissa le temps à Thae'din d'invoquer ses pouvoirs de guérisons pour arrêter l’hémorragie des plaies béantes d'Acrae. L'orc et son worg se tournèrent ensuite vers le carabinier humain qui eut le temps de tirer une fois et l'atteignit à l'épaule sans que cela ne stoppe l'assaut meurtrier du peau-verte enragé.

Plus loin, juste au coin d'un rocher, l'arcaniste semblait au prise avec un autre assaillant, usant de nova de givre et de bouclier arcanique pour contrer cette menace. C'est alors que Sala'jin apparut pour achever le combat et l'arcaniste, tandis qu'un mystérieux félin bleuté disparaissait dans les fourrés.

Les trollesses remercièrent l'orc pour leur avoir sauvé la vie. Il se présenta sous le nom de Murzak Poing Ardent du clan Chanteguerre et proposa au groupe de trolls de venir passer la nuit au campement de la Horde pour éviter de subir d'autres déboires avec la bannière bleue, qui devenait imprévisible dans la région ces derniers temps. En effet l'Alliance avait mené un assaut surprise contre des positions de la Horde, rompant la trêve et obligeant celle-ci à contre-attaquer.


Les escaliers menant à Zul'drak se trouvant de part et d'autre du campement principal de l'Alliance dans la région, la Brigade de la Marche de l'Ouest, les trolls se demandèrent comment ils pourraient passer si les peaux-roses étaient sur le qui-vive. D'ailleurs cette patrouille ne les avait-elle pas repéré depuis quelques jours et attendue que les trolls se séparent pour s'en prendre à une cible facile et les affaiblir ? Ne les voyant pas revenir, les humains enverraient plus de cavaliers et de mages.



Bien que réticents à s'avancer dans un campement de la Horde, et craignant de se trouver au milieu de batailles qui ne les concernaient pas, les trolls suivirent néanmoins Murzak.

Lors d'une halte, la panthère bleutée réapparut pour s'en prendre à Murzak. Un duel sanguinaire s'engagea entre les deux, interrompu par Thae'din et Sala'jin qui comprirent qu'une trollesse parle-loa se dissimulait derrière la créature. L'énigme de sa présence ne put être percée ce soir là mais elle fut en tout cas épargnée par le Poing Ardent.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoires-trolles.forumactif.com
Don-Safrania

avatar


MessageSujet: Re: Expédition Norfendre   Mar 17 Avr 2018 - 19:58

*** La semaine passée,***

C’est triste tout de même…
La vadrouille du bout du monde de la petite aventurière, "Pilleuse de Ruines" au rabais… Avortée! Comment continuer après ce qu’il s’est passé ? Après qu'ils ont tué des corps gobelins… ça n’était certes pas leur première fois. Certains m’avaient déjà collé des sueurs froides. Un poignard, passé non loin de ma gorge!... Devant leurs amis vacheux randonneurs, qui ne s’en sont pas plus offusqué que ça…
Faut comprendre ! *ton bêtement viril* Le "respect", le "clan", les vestiges poussiéreux dans lesquels sont aller crever des congénères encore plus sauvages qu’eux, voilà ce qui les fait baver. Des valeurs aussi « sacrées » méritent bien qu’on « sacrifie » un peu à leur gloire ! "Couic" les nuisibles! A la pelle noms de dieux...
Je suis nuisible ? Le monde est-il encore plus merdique avec Safrania Kingsley et ses semblables qui l’arpentent à petites foulées ?!
Non… Non ! Ça ne devrait plus m'atteindre... Je devrais me répéter "ça n'est rien, ils ignorent c’est tout !"... J'en ai tellement vu cette dernière décennie... Au plus près, là, au fond du boyau ! J'ai été... Quoi ?... Volée, humiliée, battue, enfermée... Violée... Exploitée, rebattue, dans cet ordre-là... Avant même qu'une idée de revanche ne se dessine dans ma tête, lourde... Si lourde... Et puis cette petite somme de malheurs si familiers parait bien terne milieu de l'énorme Tuerie Générale.

Merde… Pourquoi j’ai la tête si lourde ?... Uh… J’dois manger… Pis me reposer un peu, là… Il ne fait pas si froid ?...
Merde, fait froid...
*clic*

*** Le lendemain, ***

Et un gentil rebondissement pour la petite aventurière ! J’ai même un matelas ! Enfin, plutôt un gros oreiller, c’est tout ce qu’ils avaient. J’ai eu de la chance de croiser cette patrouille… Je n’étais pas montée à cheval depuis des années ! Ça ne vaut pas les worgs, mais au moins, on est pas lanciné par la crainte de se faire bouffer à chaque étape !
Evidemment, ils ne connaissaient pas le code en vigueur, je leur en ai sorti un d’il y a trois ans qui correspondait au vague souvenir d’un officier ! Quel misère… Techniquement, j’étais en droit de demander un blâme ! Ouais, c’est plutôt leur roi que j’devrais tancer pour expédier les gens comme ça ! *une pause* Avec toute ma révérence sire ! Hin hin ! Arf… *soupire*
Westfall… Les restes du contingent de Wastfall. Des paysans, formés sur le tas à l’héroïsme en terrain hostile, et tellement lointain.
*respiration profonde* Il n’y a rien de plus doux que de partager son malheur ! On s’en guérit, très orgueilleusement, en pensant que tous les autres nous doivent un bout, un tout petit bout de leur bonheur pour prix de nos peines.
Sans quoi il nous paraitrait tout à fait insupportable leur bonheur ! A se flinguer !
*clic*

*** Ce matin... ***

La patrouille n’est pas revenue… Quatre hommes, vers le sud-est… Je parie étaient à la recherche des sauvages… Quelle idiote je suis ! J’aurais du leur raconter mes bobards habituels : que ma chèvre s’était faite bouffer par un yéti géant, au lieu de raconter mes putain d’aventures trollesques ! Ils ont déjà bien à faire avec le bastion de la… *ton de mépris* Conquête… Les Rouges recommencent leurs agressions, c'était fatal! Ils sont incapables de tenir une paix pendant plus d'une saison: la hache qui démange! Sale toc... (en temps de guerre, la vérité fait profil bas.)
Les voilà qui s’interrogent, inquiets… Pendant un temps, ils sont parvenus à accepter les morts, mais plus maintenant !  Ils sont ensembles depuis trop longtemps… Si loin… Ils espèrent ! Ils vont envoyer d’autres éclaireurs, puis d’autres encore, j’en suis sure… Ils quitteront le camp pour s’offrir jusqu’au dernier plutôt que d’abandonner les leurs à une troupe de foutus cannibales bouffeurs de scalps !!
Ils vont s’avancer par ici…
Peut-être que…
*la voix grave d’un homme de la Marche, suivi d’un début de réponse de la gobeline*
*clic*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Don-Safrania

avatar


MessageSujet: Re: Expédition Norfendre   Hier à 13:38

*** Un autre matin, ***

Le camp de la Brigade s’éveillait doucement dans la froideur matinale du surplomb. Des soldats émergeaient de leur tente, préférant sacrifier un quart d’heure de sommeil au déplaisir d’en être tiré par le pied d’un caporal. Çà et là, on nouait ses bottes, on allumait un feu, on illustrait par des gestes encore gourds sa dernière sortie dans les bois. Safrania discutait autour d’une flambée .

« Mais… Je ne comprends plus, qui a lancé la première attaque ? Demanda-t-elle.
- Sur le pont ? Eux pardi ! Répliqua le soldat.
- Quel pont ? Non, non je parle de l’attaque près du lac !
- Ah ! Le lac c’était notre initiative…
Dit-il en baissant la tête.
- On n’allait pas rester sans rien faire ! Lança son camarade d’une voix cassée. Les raclures avaient avancés de trois lieues au-delà du sous-bois ! Lourdement armés ! On a perdu deux hommes !
- J’entends ça,
dit-elle... Ceci dit…  Si vous n’aviez pas détourné le ruisseau l’été passé, peut-être qu’ils n’auraient pas…
- Comment ?!
Interrompit le premier… Le ruisseau a toujours été de notre coté de la ligne de démarcation ! Et pour ce que ces sauvages en font de toutes manière, Ha ! L’eau des étangs leur suffit bien !
- La ligne… C’est-à-dire le lac ?
- Non, non, La véritable ligne de partage, c’est au bord du sous-bois.
- Ah pardon !
Dit un troisième soldat, moi on m’a toujours dit que c’était entre le flanc de granit et le sapin en forme de…
-  Mais non idiot, ça c’était du temps la guerre des Kor-Kons ! Tout le monde sait que…
- Assez messieurs ! »

C’était la voix du commandant qui retentit. Les soldats autour du feu se relevèrent, Safrania releva la tête et adressa la traditionnel salut Kezanite. Se lever ne l’aurait guère monté plus haut. L’officier reprit : « Le mal a été fait, son origine n’importe plus… Et d’après ce que vous m’avez raconté, mademoiselle, il était inévitable.
- Aem… Pardon mon commandant, je ne me souviens pas avoir été si… Fataliste ?
- Vraiment ? Ne m’avez-vous pas dit que la Guerre d’Outre-Monde s’était achevée ? Que malgré leur victoire, les peuples ne songeaient qu’à passer de nouvelles alliances au lieu de rencontrer leurs ennemis ?
- Vous n’êtes pas obligé…
Dit-elle, avec une conviction tachée d’amertume. Ça n’est pas parce que Hurlevent et Fossoyeuse enterrent les dernières parcelles de neutralité dans le monde, que vous devriez saborder votre trêve ! Vous l'avez gagnée, personne n'a la droit de vous l'arracher !
- Fossoyeuse…
Dit-il entre ses dents, avant de reprendre avec énergie devant les hommes qui approchaient de tous côtés : oui messieurs ! Vous l’ignoriez, mais notre amie me l’a rapporté la veille. Fossoyeuse est désormais la capitale de la Horde ! La résidence usurpée, funeste, de sa nouvelle chef de guerre ! Certains d’entre vous ont encore la saveur de sa peste au fond du palais… »
Safrania se mordit la lèvre et jeta un regard oblique aux soldats qui restèrent interdits quelques instants… Puis interloqués… Puis répugnés…
« Morts aux pourris !
- A bas la Garce !
- Vive le roi !
- Mort aux rouges !
- Pour l’alliance ! »
Dirent-ils.

(Le monde est mûr pour replonger, ça y est. Comme vous allez probablement en massacrer plus d'un, je trouve juste de leur donner la parole une fois! ^^ SKY#, terminé!)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wa'ai
Admin
avatar

Localisation : Hutte des Tarides
Rôle : Grande prêtresse du makoa loa

MessageSujet: Re: Expédition Norfendre   Hier à 16:28

Briser le cycle de la haine est presque impossible.

Voilà plusieurs jours que les Trolls patientent. Ils ont préparé tous leurs paquetages, refait des provisions dans la forêt et n’attendent qu’une occasion de pénétrer les frontières de la ville-temple des Drakkari. Le grand escalier qu’ils envisagent d’emprunter pour accéder aux plus hauts plateaux de Zul’drak se situe près d’une base militaire coloniale de l’Alliance. Les combats ravivés récemment entre Horde et Alliance dans la zone mettent en péril le petit groupe qui ne souhaite pas prendre part à ces escarmouches… ni se trouver au milieu.

Le Poing Ardent est parti. Apparemment la Horde a découvert que la première attaque subie par l’Alliance était un coup monté par une poignée de trolls des glaces qui ont fait passer ça sur le dos de la bannière rouge au moyen de matériels orcs volés laissés bien en évidence au milieu des cadavres. Malins les cousins trolls.

L’Alliance a marché. Et répliqué contre le bastion des peaux-vertes. La Horde a contre-attaqué. Le conflit s’est envenimé. Il était déjà trop tard : le sang a été versé des deux côtés. Chaque camp réclame vengeance pour le prix des amis ou frères tués par les adversaires. Impossible à stopper. Impossible à raisonner. L’implacable cycle de haine hurle de faire payer au centuple chaque allié tombé au combat. Et qui pourra ordonner le contraire ? Dans cette région reculée, loin des sièges de commandement et des capitales, qui saura que la trêve – déjà précaire – est piétinée dans des flaques d’hémoglobine ?

Seuls la fatigue, l’éreintement, et la diminution progressive et régulière des ressources et troupes de chaque côté amèneront – peut-être – à une cessation des combats. Quand les derniers survivants se rendront comptent qu’ils risquent tous d’y passer, que la victoire décisive ne vient pas. L’instinct de survie prendra éventuellement le pas sur l’honneur et les rancœurs. Quand ils seront épuisés d’avance à l’idée de continuer à empiler chaque jour les corps de ceux partis venger les collègues d’hier et qu’il faudra venger à leur tour demain.

Après une semaine entière de patience, le groupe de trolls ne voit pas la fin de ce conflit qui s’enlise. Ils trépignent. Que faire ? Doivent-ils risquer de s’avancer vers les escaliers menant à Zul’drak, au risque de tomber à nouveau sur des soldats de la Brigade de la Marche de l’Ouest ? Devraient-ils plutôt tenter de passer par les escaliers intermédiaires, écartés du conflit, mais au risque accru de se frotter aux reliquats décérébrés du Fléau ?

Tourner en rond dans ce campement de la Horde ne mène à rien. Il est temps de bouger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoires-trolles.forumactif.com
Thae'din

avatar

Rôle : Hiérophante

MessageSujet: Re: Expédition Norfendre   Hier à 17:55

Thae regardait ses compagnons discuter, débattre, s'énerver parfois...
Ici, dans ce camp de la Horde, la trollesse ne se sentait pas a sa place. Elle avait décidé de se faire discrète, de ne pas intervenir dans les décisions, simplement donner son avis quand on lui demandait, indiquer ce qu'elle savait des lieux.
Elle n'aimait pas les regards que certains soldats, seuls depuis trop longtemps, posaient sur elle. Thae aurait voulu partir déjà, passer par les forêts ou les montagnes, partir loin.
Elle ne pouvait pas laisser ses amis encore une fois.

Le groupe de troll repartirais bientôt. Thae resterait en retrait, surveillerait les vivres, prendrait le moins de risque possible, mais veillerait sur eux et tiendrais parole. Elle espérait que les autres ne se doutaient pas des pensées qui lui venaient en tête.
Il lui faudrait repartir dès la fin du voyage en Norfendre. Elle n'avait plus le choix.
Pour le moment Thae souhaitait simplement que le reste du groupe ne se doute de rien a son propos, surtout les trollesses. Elle était malade depuis plusieurs jours, et elles, elles pouvaient comprendre.


[Vu mon absence prolongée, je fait ce petit texte pour expliquer comment Thae se comportera durant le voyage jusqu'a mon retour en rp, et pourquoi elle se fait si discrète...]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Expédition Norfendre   

Revenir en haut Aller en bas
 
Expédition Norfendre
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Héritiers du makoa loa :: Vies de trolls :: Histoires autour du feu-
Sauter vers: