Héritiers du makoa loa

Guilde jeu de rôle trolle - World of Warcraft - Serveur EU-Kirin Tor
 
AccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Enquête à Silithus

Aller en bas 
AuteurMessage
Wa'ai
Admin
avatar

Localisation : Hutte des Tarides
Rôle : Grande prêtresse du makoa loa

MessageSujet: Enquête à Silithus   Sam 3 Mar 2018 - 18:45

Tarides du nord, hutte de Wa'ai

- Malgré la disparition de l'Astre Vert, les loas semblent toujours agités et inquiets, comme si la menace elle planait toujours.
- Quelque chose est apparu dans le désert du sud.
- On voit régulièrement des zeppelins baille-fonds passer au-dessus des Tarides pour se diriger plein sud et en revenir.
- Oui, et les rumeurs parlent d'une construction géante visible à des kilomètres à la ronde. Qu'est-ce que les gobelins ils mijotent ?
- Quoi que ce soit, la Horde n'a fait aucune déclaration officielle sur le sujet. Des choses à cacher peut-être ?


Les trolls réunis près d'un maigre feu de camp aux abords de la hutte s'interrogent du regard. La Grande Prêtresse articule à voix haute la réponse qui s'impose :
- Si les informations on les a pas, alors il faut qu'on aille trouver les réponses sur place par nous-mêmes. Pour comprendre la nature de ce qui tourmente les esprits et les apaiser.

La décision était prise. Cependant, la majorité des Héritiers avaient prévu d'accompagner Thae'din dans son voyage initiatique pour l'aider à renouer avec les loas des trolls des forêts, dans les Hinterlands. Ainsi, Celle-qui-voit se dirigea vers le sud de Kalimdor avec Zen'khan. Ce ne devait être qu'un simple voyage d'investigation, ils éviteraient les combats.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoires-trolles.forumactif.com
Wa'ai
Admin
avatar

Localisation : Hutte des Tarides
Rôle : Grande prêtresse du makoa loa

MessageSujet: Re: Enquête à Silithus   Dim 4 Mar 2018 - 17:59

Tanaris

Ils voyagèrent par navire de commerce entre Cabestan et Gadgetzan. Arrivés à destination, Zen'khan et Wa'ai retrouvèrent sur place l'étrange trollesse Unjiia de la tribu Furie-des-sables.


Unjiia avait précédemment fait largement démonstration de sa connaissance de sa région natale, Wa'ai s'en remit donc entièrement à elle pour les guider vers l'Ouest, d'où s'élève la gigantesque et étrange tour dressée vers le ciel. Le trio de trolls se mit donc en route plein sud afin d'atteindre un campement gobelin où ils pourraient faire halte avant de prendre plein ouest vers Un'goro.

Le vent qui les avait accueilli à leur arrivée gagna en intensité et leva sur eux une tempête de sable. Bien qu'il leur fallut s'en prémunir, juchés sur leurs montures, les volutes de sables ne perturbèrent pas le sens de l'orientation d'Unjiia et la troupe continua sa progression, lentement mais surement, à travers les dunes. La visibilité était toutefois fortement réduite, et les trolls passaient parfois près de grands pics à moitié ensevelis qu'ils ne distinguaient qu'au dernier moment : les restes d'ossements d'immenses créatures mortes depuis bien longtemps.

Alors qu'un nouvel amas d'ossements apparaissaient non loin, les montures s'enfoncèrent soudainement dans le sable, comme si ce dernier cédait sous leur poids et les engloutissait. Et avant que le groupe n'ait pu réagir, ils tombèrent à travers la paroi fragilisée d'une profonde cavité souterraine.

La chute avait été mauvaise pour les dromadaires et pour Unjiia, mais leur situation l'était encore plus. Le trio de trolls se retrouvait dans un tunnel de ruche silithide. Au dessus d'eux, par le trou qu'ils avaient créé accidentellement en passant à travers la paroi chitineuse, ils entendaient la tempête de sable qui soufflait toujours. Ils s'habituèrent à l’obscurité des lieux, avant de parvenir à distinguer la faible lueur émise le long du dédale par des lucioles géantes. Les silithides ouvriers et combattants ne tarderaient pas à découvrir les intrus. Il fallait trouver une sortie. Une sortie accessible à une trollesse d'un âge avancé... Les "murs" concaves des tunnels, constitués de chitine et de suintements organiques bizarres, trop glissants, ne laissaient aucune chance de remonter par où ils étaient arrivés.

Tous aux aguets, craignant de tomber nez à nez avec leurs "hôtes" insectoïdes géants à chaque avancée dans le labyrinthe souterrain à peine éclairé, la tension était palpable, tandis que les grouillements et cliquètement des insectes leur parvenaient parfois, d'un côté ou de l'autre, se répercutant en écho dans le dédale.

Leur marche sembla durer des heures, tant ils avançaient à pas feutrés. Unjiia ouvrait la marche, vérifiant chaque croisement et embranchement avant de faire avancer la vieille prêtresse. Zen'khan fermait la marche et couvrait les arrières. Quand plusieurs chemins s'offraient à eux, Unjiia choisit la technique maintes fois éprouvée, de tourner toujours du même côté.

Après qu'ils eurent atteints une vaste salle "couveuse", emplie d'oeufs semi-translucides dans lesquels s'agitaient des larves silithides, entretenus et surveillés par deux silithides ouvriers s'assurant de leur croissance. Il devenait difficile d'éviter les silithides. Mais Unjiia avait l'expérience de ces créatures. La Furie-des-sables indiqua à Wa'ai et Zen'khan de prélever du mucus suintant des parois des tunnels pour s'en couvrir la peau, les poils, les habits, afin de dissimuler leur odeur de troll. Les antennes et organes sensitifs extrêmement développés des insectes se reconnaissant plus par les phéromone que par la vue, pourraient ainsi être dupés. Bien que Wa'ai comprit l'intérêt de la chose, la vieille prêtresse grimaça en s'appliquant les ichors immondes et gluants. Quelle humiliante condition !

Le trio de trolls reprit sa lente progression, rasant les murs, s'immobilisant contre les parois lorsqu'un silithide approchait. Ils s'efforçaient de faire partie du décors, retenant leur souffle dans la peur panique que l'une des bêtes ne les détecte et n'alerte toute la ruche. Mais les rampants passaient en agitant leurs antennes et en faisant claqueter leurs mandibules pour communiquer entre eux sans sentir leur présence. Après plusieurs nouveaux tunnels, Unjiia découvrit une nouvelle vaste salle composée de plusieurs alcôves retranchées et avec un pilier central autour duquel un silithide guetteur décrivait des cercles. De l'autre côté de la salle, un tunnel semblait remonter en pente douce : il était probable qu'il mène à une sortie vers la surface.

Écoutant à nouveau les sages instructions de leur guide farraki, les trolls choisirent de raser les murs de la salle à chaque fois que le guetteur silithide serait en train de passer de l'autre côté du pilier, et ils se retrancheraient dans les alcôves quand il se rapprocherait. Sans le savoir Unjiia reçut sans doute une illumination des loas quand elle choisit de passer par la droite de la salle. Car alors qu'ils approchaient de la sortie, ils virent à l'autre bout de la salle, calfeutré dans une des alcôves de gauche, ils aperçurent les pattes avant d'un colosse silithide, des créatures à la tête énorme, à la carapace résistante et aux pattes avant dotées de lames affutées comme des rasoirs. Ils relayaient bien souvent les ordres et servaient de commandement à la ruche, en plus d'être de coriaces défenseurs en première ligne.

Sans s'attarder, les trolls s'enfuirent rapidement par le tunnel qui remontait et, continuant leur marche, finirent par ressentir l'agréable sensation d'un faible courant d'air s'infiltrant dans le souterrain. Atteignant enfin la sortie, ils découvrirent que la tempête de sable soufflait toujours. Une nouvelle aubaine car les vents cinglants obligeaient des silithides volants, sorte de guêpes géantes, à rester au sol. Le groupe ne s'attarda pas sur place et s'enfuir en mettant le plus de distance possible entre eux et la ruche.

Après des heures de marche dans le labyrinthe, ils étaient à présent à l'ouest de Tanaris. La ruche devait s'étendre sous la base des Cognedunes. Unjiia nota cette information : elle garda en tête qu'une couveuse silithide qui attendait d'être détruite dans les parages. Mais cela indiquait aussi un certain regain d'activité de la part de ces nuisibles. Quoi qu'il en soit, ils avaient survécu à cette embuche grâce aux connaissances d'Unjiia au sujet des Silithides et à la main invisible des loas qui les avaient guidé sur le bon chemin.

Rejoints par Hel'kalna qui les avait cherché dans le désert, les trolls atteignirent bientôt la frontière entre Tanaris et le Cratère d'Un'goro. Deux imposants piliers noirs de facture qiraji en délimitaient l'entrée. Ils semblaient imprégnés d'une magie capable de les faire tenir debout sans avoir besoin de socle. Si les Qiraji et leurs dévoués Silithides pouvaient créer de telles colonnes magiques, étaient-ils aussi à l'origine de la tour géante dont parlaient les rumeurs ?


En s'enfonçant dans le Cratère, l'immense jungle dissimula peu à peu à leur vue la silhouette inquiétante qui les attendait de l'autre côté.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoires-trolles.forumactif.com
Wa'ai
Admin
avatar

Localisation : Hutte des Tarides
Rôle : Grande prêtresse du makoa loa

MessageSujet: Re: Enquête à Silithus   Mar 6 Mar 2018 - 17:10

Cratère d'Un'goro

Les trolls descendirent dans le gouffre profond que représente Un'goro, à la recherche d'un point d'eau pour se ravitailler et se nettoyer de l'infect mucus dont ils s'étaient enduits. Une cascade salvatrice menant à une ruisseau les attendait au bas du chemin. Ils y firent la rencontre d'un pisteur Tauren qui, selon ses dires, connaissait bien la région pour y séjourner régulièrement depuis plusieurs années.

Zen'khan put ainsi obtenir des informations en parlant en langue orque avec le dénommé Torwa. Unjiia voulut s'enquérir de la présence ou de l'activité qiraji ou silithide dans le Cratère, mais le Tauren n'avait guère d'information à leur sujet. Il leur parla plutôt de nombreuses autres observations étranges qu'il avait faites durant les dernières semaines :

- Malgré la catastrophe et l'épicentre du séisme tout proche qui ont secoué Kalimdor, le Cratère semble avoir été étrangement épargné. C'est comme si un bouclier géant l'avait sauvé de l'engloutissement alors que la terre se déchirait. Un véritable miracle, ou bien y a une magie là-dessous. Peut-être les cristaux ?
- C'est quoi les cristaux ?
demanda Zen'khan au nom du groupe.
- Ce sont des sortes de pierres translucides et colorées, légèrement luminescentes, qu'on trouve partout dans le coin. Si vous passez à côté vous pourrez pas les louper. Surtout de nuit ! On pourrait croire qu'après toutes ces années où des voyageurs en ont emporté, y en aurait presque plus, mais vous y trompez pas. C'est pas du minerai. Ils finissent par se reformer comme s'ils cristallisaient en s’extirpant de terre. Comme une rosée qui se condenserait sur le fond du Cratère.
- Le Torwa il a remarqué quelque chose d'inhabituel ?
- Regardez la manière bizarre dont la vie végétale ici a réagi suite au séisme. Les arbres sont encore plus assaillis par les mousses et les lianes qu’en temps normal. De grosses fleurs sporulantes jaillissent du sol comme par enchantement un peu partout. Les animaux aussi sont très agités. Croyez moi, loin d'avoir ébranlé la vie dans Un'goro, ce séisme géant lui a comme ré-insufflé une énergie sauvage !


Quand le groupe de trolls aperçut un worgen agité qui semblait faire les cent pas à proximité du campement de Torwa, Zen'khan interogea le Tauren à propos de sa présence :
- C'est qui cet homme-loup ? Il fait quoi ici avec toi ?
- Lui ? C'est un druide. Pauvre bougre, j'crois que le séisme l'a rendu à moitié fou. Il avait une forte affinité druidique mais la souffrance de la terre lui tourne en boucle dans la tête et depuis il est complètement détaché de la réalité. Je le surveille en attendant qu'il aille mieux...


Les trolls remercièrent le Tauren, puis suivirent Unjiia qui indiqua le sentier boueux qui sinuait entre les fougères et les racines des arbres gigantesques. En le suivant, ils traverseraient Un'goro et atteindraient Silithus.

Au cours de leur progression, ils découvrirent non loin de la route la faible lueur bleutée d'un des cristaux dont Torwa avait fait mention. Celle-qui-voit n'en crut pas ses yeux, et en fut subjuguée. Elle s'approcha pour examiner la gemme lisse et limpide, à la pureté extraordinaire, dont la luminescence ressemblait à la magie employée par la Grande Prêtresse.


Tandis que le groupe faisait une halte en surveillant les alentours, de légères vibrations se firent ressentir, à rythme régulier. Un nouveau séisme ? Elles devinrent un peu plus perceptibles pour les pieds nus des trolls à travers le sol mais s'estompèrent un moment. Puis elles reprirent de plus belle à un rythme plus soutenu et en gagnant en intensité rapidement. La faune alentour s'agita, des oiseaux s'envolaient en piaillant, des animaux criaient. Les trolls sentirent que quelque chose approchait et reculèrent instinctivement. Trois raptors immenses, deux fois la taille de ceux auxquels ils étaient habitués, surgirent de derrière les arbres de la jungle sur la gauche du sentier. Cependant, ils ne bondirent sur les trolls, ni ne les attaquèrent. Ils s'enfuirent plutôt sur la droite. Le groupe de trolls comprit immédiatement que la menace allait être attirée dans leur direction et se réfugièrent in extremis sous le premier enchevêtrement de racines épaisses et moussues qu'ils virent.

Soudain un diablosaure noir apparut de dernière les arbres en courant. Plusieurs enjambées après la route et l'endroit où s'était trouvés les trolls quelques secondes plus tôt, le gigantesque reptile parvint à attraper son repas et le plaqua à terre. Immobiles sous la végétation, les trolls entendirent le colosse ripailler de la chair de sa proie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoires-trolles.forumactif.com
Wa'ai
Admin
avatar

Localisation : Hutte des Tarides
Rôle : Grande prêtresse du makoa loa

MessageSujet: Re: Enquête à Silithus   Jeu 8 Mar 2018 - 15:56

Campement retranché des Marshal

- Attention ! Ils attaquent !

La panique et le chaos s'emparent du petit campement de fortune. Un nain tente de tirer à l'aide de son fusil sur les pterreurdactyles qui survolent les lieux, en vain. Les immenses volatiles dépourvus de plume décrivent des cercles dans les airs, et émettent des cris puissants, presque stridents, à répétition. Puis, l'un d'entre eux plonge sur un gobelin et le broie entre ses mâchoires, pour finalement se contenter de le relâcher dans les airs afin qu’il s’écrase au sol.

- Ils n’attaquent pas pour manger ?

Le groupe de trolls arrivés quelques minutes auparavant, sur le qui-vive, observe les prédateurs du ciel, tandis qu’un humain et une humaine continuent de se disputer en commun au centre de l’avant-poste. Les gobelins se préparent à un nouvel assaut aérien imminent. Il est difficile de contre-attaquer à égalité face à des créatures qui peuvent fuir là où l’on ne peut les rattraper. Si rien n’est fait, toutes les personnes présentent vont y passer, et les trolls seront pris pour cible également. Zen’khan tente d’effrayer et disperser les pterreurdactyles en invoquant la foudre. Mais dans un endroit aussi humide, cette dernière se fraye un chemin chaotique depuis le ciel jusqu’au sol, et s’abat violemment sur Wa’ai. Unjiia se porte immédiatement au secours de la grande prêtresse tombée à terre sous le choc.

De plus, loin d’éloigner les créatures volantes, l’éclair n’a fait que les exciter un peu plus, les rendant d’autant plus agressifs. Deux d’entre eux replongent sur les individus retranchés, pour les mettre à terre tandis que leurs yeux scrutent les parapets, les caisses et les tables, comme à la recherche de quelque chose ou quelqu’un de précis.

Zen’khan, dépité mais comprenant que le comportement de ces dinosaures n’est pas normal, se jette alors sur l’humain mâle qui semble diriger le camp et parvient à articuler dans l’urgence quelques mots en commun :

- Où êt’œuf ?!

Tremblant de peur, percutant au bout de quelques secondes les paroles du troll, l’humain pointe du doigt une tente. Zen’khan se rue dedans. Il finit par poser les yeux sur une caisse percée de trous sur le dessus, et l’ouvre. Malgré le vacarme extérieur, les petits appels étranglés d’un jeune bébé pterreurdactyle tout juste éclos de l’œuf parviennent aux oreilles du troll. Tandis que chacun dans le campement s’abrite, les créatures volantes tournent rapidement leur attention sur le troll qui s’extirpe vivement de la tente et qui porte entre ses mains leur frêle descendance. L’affolement est à son comble et les adultes prennent Zen’khan pour cible. Courageux, ce dernier se dirige rapidement vers l’extérieur du campement pour les écarter et dépose délicatement le bébé par terre.

Les pterreurdactyles adultes, une femelle et plusieurs mâles, tournoient, claquent des mâchoires et battent violemment des ailes pour faire reculer et ployer le troll et le repousser hors de portée du petit, et Zen’khan recule prudemment et lentement en signe d’apaisement.

Plus tard, tandis que les prédateurs sont envolés et que le calme revient, les trolls apprirent que les explorateurs de ce camp ont ramassé cet œuf tombé du nid et y ont vu une trop belle opportunité financière à revendre sur le marché noir à des collectionneurs pour laisser passer l’occasion… qui s’est finalement retournée contre eux.

- Sont zinzins... conclut Unjiia.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoires-trolles.forumactif.com
Wa'ai
Admin
avatar

Localisation : Hutte des Tarides
Rôle : Grande prêtresse du makoa loa

MessageSujet: Re: Enquête à Silithus   Ven 9 Mar 2018 - 14:32

Lie de limons

Non loin du camp des Marshal, le groupe fit la rencontre d'un troll se tenant à distance, occupé à observer l'humus et les arbres et ne se mêlant guère aux gobelins et peaux-roses, ces derniers lui rendant la pareille. Intrigués de trouver un autre troll dans cette région, le groupe vint à sa rencontre.

Il se présenta sous le nom de Zen'Aliri. Un jeune druide du Cercle Cénarien venu ici en apprentissage. La conversation s'engagea entre les trolls :

- Et vous les mecs, vous venez étudiez la faune et la flore aussi ici ?
- Non, on n'est pas là pour ça. On est venus pour comprendre ce qu'il s'passe avec la chose géante qu'est apparue à Silithus.
- Oh ! C'qu'il s'est passé je sais pas exactement. Mais les druides du Cercle Cénarien, ils surveillent la région depuis des centaines de centaines d'années. Et soudain... Pfiout ! Tout est balayé. Ça a été terrible. Et depuis cet évènement, la nature elle hurle. Ses cris de douleur montent de l'Ouest, de Silithus, ça oui.
- Mais tu n'as pas été voir ?
- Shan'do Gardelune, il m'a dit de rester à Un'goro pendant qu'il se rendait à Silithus, mais pendant qu'il est absent, moi je cherche aussi des réponses. Et si vous en cherchez aussi, j'vous l'dis, on peut en avoir, même ici à Un'goro. Grâce à mes recherches !
- Quel genre de recherches ?
- Des recherches sur... les limons.
- Hmmm...
- Ouai je sais, me regardez pas comme ça les mecs. Mais ils peuvent en dire plus que vous croyez. Une de mes plus grandes théories, qui n'est pas très appréciée par mes confrères druides, est l'idée que les suintements et les limons qu'on croise dans différentes régions sont liés à la création de cette planète... presque comme s'ils en étaient une sécrétion.


Les trolls écoutent Zen'Aliri, certains avec perplexité, d'autres avec curiosité.

- Certaines des expériences que j'ai faites sont fascinantes. J'pense qu'avec un peu plus de travail, je serai capable de comprendre la nature de ces créatures. J'pense qu'elles sont quelque chose de naturellement lié à Azeroth, tout en pouvant facilement être modifiées et influencées par ce qui les entoure. C'qui veut dire que si quelque chose se produit à cause de ce qui est arrivé à Silithus, alors les limons d'Un'goro, ils en portent peut-être la marque !
- Le Zen'Aliri il a peut-être raison. Qui sait ?
- Vous comprenez, les limons ils s'imprègnent du sol. Si le sol il a quelque chose de mauvais qui circule, les limons ils l'ont aussi ! L'problème c'est qu'ils sont pas faciles à trouver. Ils s'fondent dans leur environnement, ils sont difficiles à repérer. Alors si les potes trolls ils en croisent, et qu'ils ramènent des échantillons, moi j'les étudie et j'vous partage les résultats.
- Ça peut nous intéresser. Si on a l'occasion, on lui apportera d'la bouillie de limon.
- Merci les mecs !
- Et ton shan'do, tu t'inquiètes pas qu'il revienne pas ?
- Oh si ! Moi il m'a demandé d'rester ici, mais si vous allez à Silithus et qu'vous croisez un elfe qui s'appelle Ithis Gardelune, dites lui que Zen'Aliri, il attend son retour.
- Ouai, t'en fais pas, les trolls ils vont faire ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoires-trolles.forumactif.com
Wa'ai
Admin
avatar

Localisation : Hutte des Tarides
Rôle : Grande prêtresse du makoa loa

MessageSujet: Re: Enquête Silithus   Ven 9 Mar 2018 - 16:41

Avancée dans Un’goro

Le groupe repartit du campement pour prendre la direction de Silithus. Unjiia proposa de contourner le volcan central du Cratère d’Un’goro par le Sud. La trollesse des sables avait entendu dans les histoires des anciens farraki qu’un volcan constamment en activité comme celui-ci était moins traite et moins dangereux que ceux qui dorment pendant des siècles.

A nouveau leur guide Furie-des-sables prouva qu’elle savait ce qu’elle faisait et que son instinct était digne de confiance. Les trolls progressèrent en contrebas des pentes du volcan. La plante de leurs pieds sentait la tiédeur filtrer des poches de magma souterraines à travers la terre noircie. En tout cas les créatures gigantesques d'Un'goro alentour restaient probablement à la lisière des bois, n’approchant guère du volcan et laissant donc les trolls tranquilles. Si le groupe les entendit, il n’en croisa aucune.

Ils atteignirent finalement un nouveau campement, avec à nouveau une présence gobeline importante. L’un d’entre eux les héla pour savoir ce qu’un groupe de trolls faisait par ici. Zak’Naku dût rassurer le gobelin en précisant que le groupe n’était que de passage et qu’ils n’étaient pas là pour « voler » les trésors locaux sur lesquels l’expédition avait des « droits ».

La marche reprit plein Ouest en suivant à nouveau un sentier boueux à travers les fougères. Après un long moment de marche, entourés des bruits émanant de l’activité nocturne des animaux de la jungle, les trolls distinguèrent un son grésillant, étrangement régulier, répété, monotone, dans une langue inconnue. Tandis qu'ils continuaient d'avancer sur le sentier, le son sembla plus proche. Unjiia pensa à l'un de ces engins métalliques que les gobelins fabriquent, mais alors que la curiosité les emportait vers une zone d'eau marécageuse, stagnante, recouverte de verdure, mousses et algues, ils découvrirent un rocher taillé et gravé de runes à moitié immergé. Et ce rocher parlait !

Se débarrassant de ses vêtements qui freineraient ses mouvements dans l'eau, Unjiia laissa Zak'naku trouver une cachette pour Wa'ai, et s'approcha seule, armée de sa lance, vers la chose située sur l'autre rive. Si tôt à proximité, les yeux du rocher scintillèrent :

- [Langue titan] Être vivant détecté. Race : trolle. Sexe : femelle. Initialisation du protocole de communication adéquat. [Zandali] Bonjour, être de chair.
- Ouah ! Il cause ma langue le caillou ! C'est toi qui faisais tout ce bruit bizarre ? T'as pas l'air d'un robot gobelin. Qu'est-ce tu fais là ?
- Mission exceptionnelle d'analyse suite à défaut de sécurité locale. Statut : interruption. Cause : immobilisation inattendue. Protocole de dégagement : échec. Protocole de signal d'alerte : arrivée de trollesse femelle.
- Ah ouai t'es coincé dans l'marais quoi. Pas étonnant, t'es enlisé dans la bouillasse jusqu'aux cuisses et y a des lianes et des herbes toutes enchevêtrées dans tes jambes. T'en fais pas, Unjiia elle va t'aider.


La trollesse entreprend de dégager les plantes palustres qui sont fermement agrippées aux deux jambes de la construction de fer parlante. Elle est rejoint par Zak'Naku qui, ne la voyant pas revenir, a décidé d'approcher en laissant Wa'ai en sécurité sur la rive. Tandis qu'Unjiia est affairée, Zak'Naku ne sent pas glisser vers ses chevilles et ses mollets des lianes aquatiques camouflées par l'eau boueuse. Peut-être trop étonné de cette rencontre inattendue, ou subjugué par les hanches dénudées de la Furie-des-sables accroupie dos à lui.

Quoi qu'il en soit, un instant plus tard, le troll est happé sous l'eau en ayant à peine le temps d'émettre un "Aaaaaaaah-bloup" de panique. Mais Zak'Naku reprend rapidement ses esprits et use de son apprentissage druidique pour se transformer en créature aquatique à grandes défenses. Les lianes se déchirent et lâchent prise en sentant les jambes se transformer en une large et puissante nageoire caudale. Les feuillages décident alors de s'en prendre à une cible plus facile : Unjiia. Cette dernière n'a pas le temps de reculer qu'elle est attirée malgré elle. Le sommet du crâne d'une créature des marais, composée d'amas de débris végétaux, de plantes et de terre émerge à la surface de l'eau stagnante et condense ses lianes en deux grosses tentacules compactes. Tandis que Zak'Naku est occupé à esquiver la première habilement d'un coup de nageoire, l'autre se lève hors de l'eau et s'abat violemment sur Unjiia, touchée à la tête. Zak'Naku voyant la trollesse assomée qui va se noyer, se rue en avant pour l'extraire hors de l'eau, derrière la construction de fer toujours bloquée, puis reprend sa forme de troll.

Pris par l'urgence, il tente de gagner du temps en faisant appel à ses pouvoirs pour créer un dôme de sarment et de racines autour de la créature et ainsi la contenir. Mais celle-ci, loin d'être immobilisée, parvient à fusionner progressivement avec le dôme et grandit. Son corps à présent plus grand, mais aussi plus hors de l'eau, la créature rappelle à elle ses tentacules végétales pour n'en former qu'une seule, plus puissante et longue. Elle frappe en direction d'Unjiia, mais est contrée par la construction de fer qui bloque le coup de ses deux bras métalliques gravés de runes.

Profitant alors de l'opportunité, Zak'Naku prend de l'élan et saute sur le haut du corps du rôdeur des marais, devenu une cible plus large, et se transforme en ours. L'élan donné et le poids de l'ours font basculer en arrière le rampant boueux et le troll. Zak'Naku déchiquète de ces crocs la "tête" de la créature, puis plante ses griffes dans son coeur pour en absorber toute la magie naturelle. Cette dernière, drainée à l'intérieur de Zak'Naku, très puissante en ces lieux, fait tourner la tête du troll et accélère son coeur, comme une véritable cure de jouvence et de vitalité énergisante, difficile à contrôler.

Après avoir fini de délivrer la construction humanoide en fer, ils retournent tous sur la rive. Ce dernier émet quelques sons en s'immobilisant puis déclare :

- Enregistrement terminé. Unjiia trolle femelle et Zak'Naku troll mâle maintenant répertoriés et reconnus "alliés". Merci pour votre aide, êtres de chair.
- De rien mon grand.
- Reprise du protocole d'analyse exceptionnelle de la région D6-R72.


Après ces émotions, les trolls reprirent la marche pour arriver au bas de la pente remontant vers Silithus, et campèrent là pour se reposer avant l'ascension et laisser à Zak'Naku le temps de faire baisser son adrénaline.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoires-trolles.forumactif.com
Wa'ai
Admin
avatar

Localisation : Hutte des Tarides
Rôle : Grande prêtresse du makoa loa

MessageSujet: Re: Enquête à Silithus   Mar 13 Mar 2018 - 11:36

Silithus

Après l’ascension de la pente raide et interminable permettant de quitter le Cratère d’Un’goro pour rejoindre Silithus, les trolls émergèrent hors de la jungle et se retrouvèrent face à un spectacle impensable. Se détachant dans le crépuscule étoilé, la construction aux dimensions surréalistes informes s’élève de derrière une colline, emplissant l'espace de l'horizon. Elle est si haute qu’elle semble toucher le ciel tandis qu’une magie rouge dégouline de son cœur. Elle ne ressemble à aucune architecture qu’aucun être n’ait jamais construit et même les oiseaux ne semblent pas vouloir voler à l’altitude démentielle de son point culminant.


Fasciné, terrorisé, le groupe de trolls s’approche peu à peu en suivant le chemin. Alors qu’ils viennent tout juste de passer devant un rassemblement de quelques huttes de réfugiés du Cercle Cénarien, ils aperçoivent un Orc accompagné d’un insecte silithide qui arpente les alentours. S’immobilisant, sur le qui-vive, l’Orc les interpelle et s’avance dans leur direction, portant un tabard cramoisi au symbole de la Horde.

Devant les questions de l’Orc qui demande qui ils sont, ce qu’ils viennent faire ici et s’ils ont un laisse-passer, Hel’kalna s’occupe de converser avec lui et de traduire pour Unjiia et Celle-qui-voit. L’Orc se présente : Gunag Mortoeil, Garde de pierre de la Horde. Rapidement le groupe apprend que la zone a été placée secret-défense par la Chef de Guerre. L’accès est restreint aux seuls mineurs, ingénieurs et soldats habilités par cette dernière, pour des raisons de sécurité. La chose qui surplombe la région, mais également une activité silithide intensifiée, rendent la zone trop dangereuse pour les civils. Les trolls sentent que d'autres raisons mystérieuses sont cachées derrière cette "sécurité" imposée, mais toutes les informations seront rendues publiques au bon vouloir de la Chef de Guerre.

Et bien qu’Hel’kalna tente de faire valoir les capacités de leur groupe à survivre en milieu hostile, les ordres sont les ordres et le Garde de pierre demeure inflexible. Seuls des experts et/ou militaires mandatés sont autorisés à rejoindre l’avant-poste retranché de la Horde à Sudvent. Même le Cercle Cénarien reste à l'écart sans envoyé de troupes. Sans doute les druides le plus en symbiose avec la nature succomberaient-ils à la folie en restant ici alors que la faune et la flore hurlent à l'agonie.

Comme la présence du silithide qui accompagne l’Orc soulève des questions, Gunag explique que celui-ci a été domestiqué en sortant de l’œuf et a été dressé à détecter la présence de silithides proches. Confronté à cet obstacle, Hel’kalna tente la bonne vieille diversion du « oh ! derrière vous ! »… en vain face au guerrier pas né de la dernière pluie, et qui suspecte de plus en plus les trolls qui ne semblent pas vouloir partir de tenter un mauvais coup.


Les trolls font alors demi-tour, le temps de digérer cette situation et trouver quoi faire. Ils rentrent dans le petit campement druidique et demandent des informations sur ce qu'il s'est passé. Un Tauren du Cercle Cénarien leur raconte alors comment le ciel s'est ouvert, les nuages se sont écartés, percés par une lumière semblable à mille soleils, aveuglante et irradiante. Et ce rayon de lumière éblouissant a transpercé les cieux, et est tombé sur Silithus. Puis tout a été soufflé et soulevé comme s'ils n'étaient que poussière, et vint le néant, le chaos. Quand le Tauren est revenu à lui, le séisme était fini. Un épais brouillard de sable et de cendres était en train de retombé, et la forme gigantesque et rougeoyante se dressait au milieu de la zone dévastée. Des centaines et centaines de vies avaient été annihilées.

Ainsi le groupe de trolls savait maintenant par témoignage que la lame - car certains voyaient dans cette construction difforme une épée - n'était pas l'oeuvre d'entités ou races terrestres, mais qu'elle était tombée du ciel le jour de la tempête qui avait vu disparaitre l'Astre Vert. Mais sa nature profonde demeurait inconnue, de même que les conséquences de sa présence.

Chacun des membres du groupe proposa spontanément des suggestions pour parvenir à s'approcher de la chose, mais chacune fut progressivement écartée du fait des risques. Troubler l'esprit de l'Orc avec une décoction de champignons hallucinogènes, que Zak'Naku connaissait, était dangereux : si la stratagème était découvert, le Garde de pierre pourrait réellement s'énerver et appeler des renforts pour les arrêter pour refus d'obtempérer face à un soldat de la Horde. Et s'ils combattaient contre des représentants de la Horde, ils risquaient d'être considérés "hostiles" et ne plus pouvoir mettre un orteil dans les villes de cette faction. Ils pouvaient plutôt essayer de trouver un autre passage en grimpant dans les montagnes, mais ils ignoraient s'il en existait un de praticable. Qui plus est, la vieille prêtresse ne pourrait pas suivre sur des chemins trop escarpés ni faire d'escalade. Hel'kalna proposa également de passer dans le monde des ombres et des esprits pour avancer vers le centre de la région sans être vu par la Horde, mais cela n'était pas non plus sans risque et Celle-qui-voit se souvenait du précédent rituel qui les avait conduit dans le monde des Invisibles et n'était pas pressée de réitérer l'expérience. De même la possibilité de voler avec la bénédiction d'Hir'eek pour Hel'kalna restait dangereuse si des chevaucheurs de wyvernes la surprenaient.

Gunag Mortoeil rodait dans les alentours de la route et du campement cénarien, gardant visiblement son unique oeil braqué sur le groupe de trolls, anticipant une embrouille de leur part. Les trolls décidèrent donc de s'installer près du feu de camp central et de méditer en essayant d'écouter les rumeurs des loas locaux, bien que Zak'Naku ne soit pas à l'aise à cette idée.

Bien que l'écho des esprits agités fut difficilement compréhensible pour les parles-loas, un loa qui murmura à Hel'kalna apprit que ce qui arrivait était lié au monde, et le monde est lié aux loas... d'où leur agitation. De plus, un grand pouvoir était en train de s'écouler, tandis que les "Déformés" s'en nourrissent, mais d'autres s'en empareraient bientôt. Le loa avait également moqué Hel'kalna quand elle avait proposé d'apporter l'aide du groupe : que pouvaient espérer accomplir quatre ou cinq trolls isolés, quand la menace nécessite que des empires entiers s'unissent pour vaincre ? Avant de retomber dans le silence, la parle-loa entendit dans un dernier murmure ces paroles indéchiffrables : « avec la Vie, les vieilles menaces remontent des profondeurs, que les trolls dévoués se préparent ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoires-trolles.forumactif.com
Wa'ai
Admin
avatar

Localisation : Hutte des Tarides
Rôle : Grande prêtresse du makoa loa

MessageSujet: Re: Enquête à Silithus   Mer 14 Mar 2018 - 16:31

La vieille prêtresse observa pendant une longue partie de la nuit, les lueurs rougeoyantes inquiétantes de la chose dressée à quelques kilomètres à peine. Sa magie insidieuse empoissait l’atmosphère au regard de la trollesse. Certains disaient qu’il s’agissait d’une épée géante, mais Celle-qui-voit avait une vision différente de la chose.

Pour elle, cela ressemblait à une balise. Un totem. Comme ceux qui fabriquent les féticheurs ou même les Taurens. Avec sa structure verticale ornée vers son sommet de formes biscornues (des ailes et des cornes ?) sculptées bien différemment de ce qu’on pourrait attendre de la simple garde d’une épée. C’est d’ailleurs du centre de cette sculpture culminante que s’écoule l'énergie étrange de ce totem géant, comme un cœur magique actif.

Mais un totem pour quoi ? Signaler cette position ? Balayer l’endroit ? Répandre une magie alentour ? S’activer à un moment opportun ? Dans quel but ?

Et quelle entité l’avait posé à cet endroit ? Celle-qui-voit avait eu le temps d’apprendre à reconnaitre différentes magies. Les arcanes utilisés par les elfes étaient généralement bleus électriques intenses, ou violets. La magie employée par les démons quant à elle était verte. Wa’ai ne le savait que trop bien pour avoir vécu sous le ciel gangréné, sous l'Astre Vert et avoir questionné les Orcs sur la couleur de leur peau. Bien que l'immense totem soit apparu au moment de la disparition du monde de démons, la magie émanant de l'immense construction ne ressemblait absolument pas à celle de la Légion Ardente.

Cette énergie cramoisie, pouvait-elle être de la magie du sang ? Une des facettes vaudou les plus dangereuses, la manipulation du mojo le plus primordial et redoutable de tous. Peu enseignée, peu connue. Comme leur nom ne le suggérait pas, les « elfes de sang » n’utilisaient guère cette magie. Certains adorateurs d’Hakkar en revanche, avaient obtenu des connaissances occultes sur la manipulation du sang, grâce à ce loa. Le chemin d'Igazi n'avait peut-être paq croisé celui des Héritiers par hasard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoires-trolles.forumactif.com
Wa'ai
Admin
avatar

Localisation : Hutte des Tarides
Rôle : Grande prêtresse du makoa loa

MessageSujet: Re: Enquête à Silithus   Ven 16 Mar 2018 - 12:07

Lie de limons : le retour

- Salut Zen’Aliri ! Comment il va ?
- Ho les mecs, z’êtes de retour ? J’commençais à m’dire qu’il vous était arrivé des bricoles.
- Non, on va bien. On n’a pas pu beaucoup approcher, mais on a vu l’édifice malfaisant de loin.
- Ah ouai... Mon shan’do il est revenu lui aussi, entre-temps. Il n’était pas bien, il a dit qu’il avait besoin de méditer un max, tranquille dans un coin. C’qu’il se passe dans l’Ouest ça lui retourne le cœur. Et vous, vous avez trouvé c’que vous cherchiez ?
- Pas vraiment, on a autant d’réponses que d’nouvelles questions. Par contre on n’a pas croisé d’limon sur la route.
- Ah les limons ! C’vrai que j’vous en avais parlé ! C’est pas grave que vous en ayez pas trouvé, j’ai eu des échantillons tous frais par une gobeline du camp Marshal. On s’comprend un peu tous les deux, elle est du genre à expérimenter aussi. Mais sur les silithides…


Zen’Aliri grimace avec dégout. Etonnant pour un troll qui s’intéresse à des grosses gelées vivantes dégoulinantes et poisseuses…

- En tout cas elle chassait des insectes pour les étudier, et elle a croisé la route d’un limon d’Un’goro alors elle a pensé à moi : elle l’a fait éclater avec son arsenal qui explose et elle m’a ramené d’la bouillie.
- Comment elle s’appelle cette gobeline ? Unjiia elle veut parler avec elle à propos des silithides.
- Hum… Spakrel ? Sparagel ? Spraggle je crois. Z’ont des noms bizarres ces gobelins !
- Ouai, Unjiia elle est d’accord.
- En tout cas d’mon côté ça m’a permis d’faire un bilan sur les morceaux du limon ramassés.
- Et donc, t’as trouvé quoi ?
- Ils semblent être élémentaires par nature, et composés d’une magie primitive qui les anime et qu’est en harmonie avec c’qui les entoure. Comme une sorte d’énergie vitale brute puissante qui remonterait des profondeurs et serait sécrété à la surface de la terre. Comme une rejet d’surplus de grande magie naturelle dans l’environnement. Mais étrangement, dans ceux-là, y a aussi quelque chose d’aut’. Ces échantillons ils étaient encrassés par une souillure. Ils me rappellent des échantillons que j’ai étudiés quand mon shan’do il m’avait amené avec lui dans l’Grand Nord. C’était des limons qu’étaient apparus sous un grand arbre que les druides elfes ils ont été obligés de couper à cause des racines. Elles étaient profondes, ça oui. Et elles s’imprégnaient d’la souillure d’un Dieu Très Ancien.
- C’qui ça ?
- C’est des anciennes divinités, très puissantes, très sombres. Les insectes ils vénèrent ces dieux-là.
- Ah c’est eux ? Unjiia elle les appelle les Maîtres des insectes. Beaucoup de nos ancêtres ils sont morts en les combattant, dans les vieilles légendes.
- Appelle-les comme tu veux. En tout cas y avait des énergies de ces dieux malveillants dans les limons de l’arbre du Norfendre. Un peu comme si la terre elle-même gardait un souvenir de ce mal qui s’est jadis répandu partout autour. Et maintenant Zen’Aliri il ressent une souillure semblable dans l’limon que la gobeline elle a croisé.  
- Alors ça veut dire quoi ?
- Ça veut dire faudra qu’j’continue à étudier des échantillons de limons ici dans les semaines et mois qui viennent. Pour voir si le niveau de souillure, il se stabilise ou s’il augmente... Dans l’second cas, c’est pas bon pour nous, ça non. Les limons seront un bon indicateur de l’intégrité ou de la corruption de la zone.


~~~~~~~~

Chercher les petites bêtes

Près d’une des tentes dressées dans le campement retranché, une gobeline. Sous la tente, des choses étonnantes : exosquelettes d’insectes géants, mandibules, des dards, des pattes et crochets silithides, mais aussi quelques bocaux avec des œufs ou des larves à différents stades dans un liquide protecteur.
Zen’khan s’avance, il va traduire pour Unjiia.

- Spraggle ? Y a la trollesse à la lance ici qui veut t’parler.
- C’est moi-même. Qu’est-ce qu’elle me veut ? Je lui dois un salaire ? J’l’ai embauchée à un moment pour une mission suicide ?
- Non, non rien de tout ça.
- Oh ? Je vous écoute ?
- La trollesse, elle sait que tu chasses les insectes et elle demande si t’as noté un changement dans leur comportement avec le gros truc qu’est tombé du ciel dans Silithus ?
- Les silithides de la ruche d’Un’goro sont agités et plus forts que jamais ! Je n’ai jamais rencontré d’espèce capable de s’adapter aussi vite aux changements de son environnement ! Avec les secousses du séisme à l’épicentre proche, on aurait pu croire que ces insectes aient été amochés ou en partie tués dans leur ruche souterraine. Mais ils sont toujours là ! Et plus vivaces que jamais !


Zen’khan prend le temps de traduire la réponse à Unjiia, ce qui inquiète la Furie-des-sables. Puis la gobeline reprend, visiblement contente de trouver quelqu’un avec qui partager sa « passion » particulière.

- Moi je vais vous dire, j’étudie les silithides depuis dix ans. Et là je fais de nouveaux tests avec des spécimens fraichement capturés. Normalement ces insectes sont capables de survivre avec de l’eau seulement, sans nourriture, pendant environ quinze jours. Mais les spécimens récents que j’ai gardés en cage ont survécu pendant presque un mois !
- Les insectes sont devenus plus résistants ?
- A la privation de nourriture en tout cas oui. Comme s'ils avaient en eux une énergie supplémentaire. A leur éloge, il faut d’ailleurs noter qu’en dépit de l’absence prolongée de nourriture, aucune de ces bestioles n’en est arrivée à des extrémités que ce que vous autres trolls n’hésitez pas à commettre. Je n’ai constaté aucun cas de cannibalisme chez mes sujets d’étude. Elles restent unies, soudées et continuent à s'activer jusqu'au moment du trépas sans jamais paraitre apathiques.


De quoi mettre Unjiia en vigilance constante face aux ruches. La trollesse envisage même de faire appel à l’orque borgne et à la femme-scorpide pour l’aider à vérifier l’activité future des silithides dans le désert de Tanaris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoires-trolles.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Enquête à Silithus   

Revenir en haut Aller en bas
 
Enquête à Silithus
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une enquête en cours...
» Soirée enquête le 27 novembre
» Fin de partie : Et voilà une enquête résolue!
» QUETES partie 3 : Une enquête alambiquée, Identification /Confrontation /Résolution
» Enquête sur Raval - Jeu de piste interguilde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Héritiers du makoa loa :: Vies de trolls :: Histoires autour du feu-
Sauter vers: