Héritiers du makoa loa

Guilde jeu de rôle trolle - World of Warcraft - Serveur EU-Kirin Tor
 
AccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La voix d'Akil'Darah

Aller en bas 
AuteurMessage
Thae'din

avatar

Rôle : Hiérophante

MessageSujet: La voix d'Akil'Darah   Dim 25 Fév 2018 - 17:34

Au creux de l'aube, sur l'une des colline que le soleil embrasse aux premières lueurs du jour alors que le voile de la nuit étend encore son empire sur la plaine, la silhouette d'une trollesse se découpe.
Entre Ombre et Lumière, Nuit et Jour, couronnée par les étoiles et le bleu du ciel, Thae'din médite. Chaque jour, au moment où les ombres changent d'allégeance, elle ressent cette envie de se défaire de ses vêtements, de ses habitudes, de son bâton, et même de la magie qui l'habite.

Elle a décidé de retirer ses atours vert qui lui rappellent la forêt des elfes, Malorne. Qui lui rappellent sa tribu aussi.

Un souvenir vif lui revient, de son père. Celui-ci portait du orange et du jaune, il se maquillait de poudres blanches et jaunes, il ressemblait a un papillon ! Avec ses châles colorés et ses danses.
Aou'ka était prêtre de Akil'Darah, l'aigle femelle qui protégeait sa tribu. Les yeux de diamants du Loa s'étaient un jour posés sur elle, dans un rêve éveillé qui l'avait plongée dans une grande agitation. Thae avait sentit la puissance et la bienveillance du loa.
Elle avait compris qu'un jour, Akil'Darah la guiderait, qu'elle devait guetter le signe, que ce jour là, elle serait prête.
Aou'ka avait dit a sa fille :

«Ecoute les loas, même s'ils te semblent lointain, ma fille. Un jour ton destin rejoindra le mien, Akil'Darah l'a dit, elle t'a touchée de son emprunte. Thae'din, tu es fille de prêtre, les esprits te protègent depuis ta naissance, mais ils attendent que tu les serve, comme je le fait.
Quand tu verras Akil'Darah dans les cieux, tu sauras. »


La jeune Thae'din n'avait pas tout compris, et c'était ensuite éloignée de sa tribu et de ses loas. Aujourd'hui la trollesse se sent plus que jamais proche de son père, elle voit les signes, les entend.
Comme la chenille qui devient papillon, elle devra se défaire de son cocon, ou bien mourir enveloppée par le gel de l'esprit.

Un rayon de soleil frappe sa paupière, et elle ouvre les yeux, vers le ciel. Un aigle passe en planant. Il n'y en a pas dans les Tarides, des aigles, c'est un messager, et il vole vers le Nord, vers la mer.
« Akil'Darah, tu es venue chercher ta fille. Et elle viendra a toi. »
Thae attrape une petite chenille qui s'est lovée dans les boucles de ses cheveux lors des pluies et la regarde avec bienveillance.
« Toi aussi petite tu vas venir voir les pins et la mer du Nord n'est ce pas ? La Phalène n'est pas loin elle non plus. Namon'Tra, puisse-tu me guider aux côtés de la grande Aigle. »

Elle se prosterne devant la nuit qui disparaît et se relève.
Elle va aller se laver dans la Furie du Sud et s'occuper de préparer des offrandes, et puis elle dira a Wa'ai qu'elle doit partir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salajin

avatar

Rôle : Guerrier

MessageSujet: Enquête dans les Hinterland   Mer 14 Mar 2018 - 14:29

Hinterlands

Le bateau finit sa manœuvre pour s'amarrer sur le ponton du village des Vengebroches situé dans les Hinterlands. Alors que Thae'din, Jum'sha et Sala'jin débarquent tranquillement, Zakkari se précipita hors du navire pour s’asseoir sur la terre ferme, peu habitué à naviguer. Cette fois-ci, l’accueil fut plus amical que lors de la dernière visite, Thae ayant pu régler quelques soucis vis-à-vis d'elle par rapport à la tribu.

Une fois Zakkari remis de la traversée, Thae'din les conduisit en direction de Seradane, un lieu particulier dans les Hinterlands. Elle leur raconta avoir vu quand elle était plus petite une étrange personne habitant dans Seradane, peut être l'esprit d'un troll ou d'un elfe, gravant des écrits, cherchant quelque chose dans les ruines elfes, la trollesse ne l'a jamais revu depuis.
Thae expliqua que ça avait sûrement un lien avec sa vision du loa Akil'Darah, son père fut l'un des prêtres et son héritage se transmettant à sa fille à présent.

Le chemin se fit sans encombre jusqu'au pont de bois et de lianes, seul accès pour Seradane. L'état du pont plus que passable s’avéra dangereux à passer lorsque Jum'sha faillit passer au travers de planches vermoulues, celui-ci en appela à Mahamba, l'esprit de l'eau chez les Scalpes-rouges, afin de permettre au reste du groupe de marcher sur l'eau et ainsi de passer sans encombre.

Hinterlands, Seradane

Des ruines elfes, composées de tours, bâtisses plus ou moins effondrées et ouvertes aux quatre vents et surtout un arbre colossal dont les racines et branches enserrent un portail qui semble pulser doucement. Thae les averti de ne pas s'approcher du portail,  aucun ne s'y serait risqué de toute manière.

Afin de couvrir le plus de terrain possible deux groupes furent créés, Zakkari et Sala'jin d'un coté, Jum'sha et Thae'din de l'autre.
Sala et Zak trouvèrent à de nombreuses reprisent des inscriptions en zandali dans les ruines, les mots "Aigle", "Pierre", et le nom "Kajja" furent les seuls choses compréhensibles pour eux deux. Des gravures d'aigles furent parmi les symboles les plus souvent représentés.
Ils retrouvèrent Thae'din et Jum'sha, eux aussi n'ayant pu trouver que quelques mots dénués de sens.

Un dernier chemin les emmena vers les hauteurs de Seradane. Là ils trouvèrent un cercle formé par une dizaine de stèles en pierre. Thae s'approcha de la stèle du milieu, au même moment un aigle vint se poser non loin, observant les trolls sans rien dire. Prenant cela pour un signe, la trollesse se mit à méditer afin de communiquer avec le loa sous les conseils de Jum'sha. Les deux surveillés par Sala'jin et Zakkari.

Bien que silencieuse, la communion laissa Thae'din sans force et tous décidèrent de retourner plus bas afin de faire un camp et se reposer. L'étude des autres stèles attendrait le lendemain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thae'din

avatar

Rôle : Hiérophante

MessageSujet: Re: La voix d'Akil'Darah   Sam 17 Mar 2018 - 10:23

Le Cercle de Pierre avait attiré Thae'din dès leur entrée dans Seradane, et il lui avait été difficile de ne pas mener immédiatement le groupe de troll là-bas. Ils avaient d'abord cherché dans les ruines, et elle s'était retrouvée seule avec Jum'sha.
C'était avant qu'elle ne communie avec la pierre, et ils avaient pu discuter. La trollesse des forêt sentait depuis quelques temps que Wa'ai attendait quelque chose d'elle, son regard s'était fait inquisiteur, bien que toujours bienveillant. Elle retrouvait cette sensation par la présence de Jum'sha.
Le Scalp-rouge était devenu un fidèle du Makoa Loa, en plus d'être un féticheur accompli. Alors qu'ils avancaient au milieu des restes de piliers appartenant surement a un temple, Jum'sha expliqua a Thae'din ce qu'il avait ressentit lorsque le Makoa Loa l'avait touché de son empreinte.

"As-tu déjà eu l'impression que tout s'écroulait autours de toi ?" Demanda enfin Thae'din.
Mais la réponse de son compagnon fut interrompue par l'arrivée de Sala'jin et Zakkari, et le cercle de Pierre repris l'ascendant dans les pensées de la trollesse.


Le lendemain matin, ils retournèrent voir les Stèles. Epuisée, Thae'din s'était endormie immédiatement la veille, les sentiments contraires qui l'avaient assaillie lors de la communion se bousculant encore dans son esprit. Ainsi que la vision de cet aigle noir aux yeux brillants.
Akil'Darah lui avait parlé, lui avait transmis sa volonté et ce qu'elle attendait, et c'était un poid lourd a porter. "Elle me veut, moi."
Avait-elle répondu a Jum'sha, dans un murmure, a ses questionnements.
Comment répondre a une telle injonction ?
Prenant courage dans les regards farouches de Sala'jin et Jum'sha, et déterminée a prouver qu'elle maitrisait la situation et la Forêt pour rassurer Zakkari, Thae'din commença a lire les stèles. Une par une, et dont certaines étaient gravées de montagnes, de forêts, et d'aigles.

"Lorsque les trolls arrivèrent dans ces forêts, ils étaient encore frères et soeurs et semblables, c'était avant les Grands Empires.

En arrivant dans les Hinterland, encore vierge de la présence des nains, ils découvrirent une terre plus froide, ils découvrirent les pins immenses, et des animaux encore jamais vus avant.
Des familles commencèrent a s'installer près des rochers et des montagnes, d'autres préférèrent la mer. L'une de ces familles respectait les esprits.
Les autres venaient les voir pour des conseils et des bénédiction, car déjà a l'aube de la vie des trolls, eux comprenaient ce qui ne pouvait être vu.
Les enfants voulurent comprendre la forêt. Razul, The'iri, Kajja et Yaki s'enfoncèrent parmis les arbres.

Ils furent bientôt au milieu des bois, ils n'entendaient plus que le vent qui soufflait dans les branches, et les cris des animaux.
Et un aigle paru dans les branches d'un arbre, plus grand et plus gros que les autres, aux branches noueuses et aux épines de la taille d'un de leur doigt. Et l'aigle était grand et beau, a l'encolure dorée et aux yeux brillants comme des pierres précieuses.

Il leur parla, et sa voix résonna dans leur tête avec la pureté du diamant. C'était une voix féminine.
« Votre cœur est pur et vos intentions me touchent, je vais vous apprendre ce que vous recherchez, si vous êtes prêts a en payer le prix. »
« Qui est-tu, Grande Aigle ? » Demanda The'iri qui était la plus agée.
« Je suis Akil'Darah, la mère des cieux, et de tous les êtres qui volent dans les cieux. Je suis la sagesse, la voix de l'esprit, la messagère. »
Les quatre trolls s'inclinèrent devant l'aigle, car ils connaissaient les esprits et les respectaient.
« Allez vers les collines et les rochers, montez jusqu'à ce que vous ne puissiez plus et je vous trouverais là. Et la sagesse des forêt sera votre. »

Ils décidèrent de suivre les indications de l'aigle, et déjà ils louaient la beauté d'Akil'Darah. Lorsqu'ils ne purent plus avancer, ils s'assirent par terre, et attendirent l'aigle. Les roches s'élevaient, et ils surplombaient la forêt, et elle était belle.
Akil'Darah revint. Et elle semblait encore plus majestueuse.
« Que souhaitez-vous comprendre ? »

The'iri parla la première.
« La Terre et la pierre, et ce qui fait pousser toute chose ! La roche nous protège et nous sert d'outil et d'arme. »
Et devant les yeux de ses frères et sœurs , The'iri devint une grande pierre gris clair comme les yeux de leur sœur, et une aura de bienveillance venait d'elle, et elle semblait chanter de la douce voix de The'iri."


Les yeux de Thae'din, Jum'sha, Sala'jin et Zakkari  se tournèrent vers la Grande pierre levée au milieu du cercle, et qui rayonnait de tant de bienveillance. Celle-ci avait chuchoté un mot a Jum'sha et Thae. "The'iri".
C'est avec une voix moins assurée qu'ils reprirent la lecture des stèles....

[Le texte de la légende en entier sera dans la section appropriée Smile]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thae'din

avatar

Rôle : Hiérophante

MessageSujet: Re: La voix d'Akil'Darah   Sam 17 Mar 2018 - 11:24

De retour aux abords du village Vengebroche, les quatre trolls considèrent la côte. Un peu plus bas se trouve la Hutte de Aou'ka, le père de Thae'din.
Sur place, Jum'sha s'occupe d'allumer un feu, tendit que Zakkari part a la "chasse", a la demande du scalp-rouge. Thae et sala' entrent dans la hutte, vide, de Aou'ka.
Seuls subsistent un coffre et un peu autel, et uniquement ce dernier révèlera un secret : un compartiment secret connu de Thae, oiù elle retrouve un morceau de bois gravé et un collier appartenant a sa mère.

Une surprise les attend au dehors. Jum'sha est penché sur un bol contenant une pâte jaune odorante, et Zakkari est près de lui, un crabe visiblement ensorcelé a la main.
Ils veulent faire un rituel pour parler au père de Thae'din, car celui-ci pourra certainement les guider vers la dernière tablette mentionnée par Ra'zul. Après délibération, la jeune Vengebroche prend la décision d’exécuter le rituel malgré les réticences de Sala'jin.
Dans la nuit, le mouvement des vagues est une musique qui se joint aux tambours improvisés de Sala' et Zakkari. Jum'sha préside, et appelle les esprits, qui répondent a son appel, réduisant le peu de lumière que le feu leur procurait.
Thae'din applique la pâte sur sa langue, et lorsque le crabe est sacrifié sur une injonction de Jum'sha, l'image spectrale de Aou'ka, enveloppé dans ses châles colorés, apparait.
Le dialogue est bref et le souffle de Thae'din est irrégulier, celle-ci étant peu habituée aux substances et aux rituels. Mais la présence du vieux féticheur n'est pas néfaste, et malgré le murmure et les échos parfois violents de sa voix, c'est avec un geste de paix qu'il retourne dans les ombres...

La tablette que les trolls cherchent n'est en réalité pas si loin. En face de la hutte, un îlot dépasse des flots, surplombé d'une vieille arche trolle.
Sala'jin et Jum'sha se portent volontaires. Protégés par des bracelets confectionnés par Thae'din, ils grimpent sur l'îlot battu par le vent. La trollesse, sur le rivage, porte ce jour-la un masque de bois simple, cadeau de Jum'sha qui l'a appelée "Féticheuse d'Akil'Darah" a sa grande surprise.
Mais c'est avec fierté qu'elle se tient masquée, et qu'elle prie les Loas de protéger ses compagnons.




Après avec présenté leurs respects a Akil'Darah, les deux mâles entreprennent de dégager la tablette, qui semble bien plus ancienne que l'arche qui l'entoure, bien qu'il soit clair qu'on en ai pris soin. Impossible de ramener la tablette par la mer, Sala'jin entreprend donc de retranscrire le texte dicté par Jum'sha.
C'est un chant, un dialogue entre un Loa et un troll, "Je suis troll !", est-il écrit.

"Tu es Troll
Tu regarde ta famille avec tendresse
Ta tribu avec fierté
Les Loas avec déférence

Je suis troll
J'embrasse ma famille
Je salut ma tribu
Je me prosterne devant les Loas...."


En dessous, un texte, caché auparavant dans la terre, où Ra'zul s'exprime a nouveau. Il part pour le Nord après avoir transmis son savoir aux trolls des forêts.
Une phrase reste en suspens dans les esprits, la toute dernière : "Les loas gardent les curieux et les sots".

De retour près du feu et tâchants de se réchauffer, il est décidé que Jum'sha et Thae'din continueraient en Norfendre en prenant le bateau pour Kamagua, dans le Fjord Hurlant. Et les injonctions de Sala'jin ne suffisent pas pour empêcher les deux trolls dans leur décision.
Lui repartira a la Hutte pour expliquer les évènements, et demander aux trolls de les rejoindre sur place.

Le voyage continue, sur les traces de Ra'Zul le Sculpteur de Mémoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La voix d'Akil'Darah   

Revenir en haut Aller en bas
 
La voix d'Akil'Darah
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Héritiers du makoa loa :: Vies de trolls :: Histoires autour du feu-
Sauter vers: