Héritiers du makoa loa

Guilde jeu de rôle trolle - World of Warcraft - Serveur EU-Kirin Tor
 
AccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 À la recherche de Rainette

Aller en bas 
AuteurMessage
Wa'ai
Admin
avatar

Localisation : Hutte des Tarides
Rôle : Grande prêtresse du makoa loa

MessageSujet: À la recherche de Rainette   Dim 3 Déc 2017 - 13:59

Une plage en bordure de jungle, au Crépuscule.

Le feu brûle. Un foyer rudimentaire entouré de quelques pierres noires, le bois consumé exhale des senteurs épicées, exotiques.
La fumée s'élève, rougeâtre, en volutes souples et grâcieuses.
Une voix chante, doucement, murmure envoutant dans une langue louvoyante, teintée de l'humeur de la jungle, sauvage et sautillante.
Les bras bleus tatoués de rouge d'une trollesse se lèvent, s'abaissent, elle jette un papier dans le feu. La voix monte, s'envole, et un morceau du papier brûlé s'envole, haut, haut dans le ciel rougissant.
Porté par des vents étranges, le petit manuscrit va traverser la mer, suivit par quelques mélopées.


Tarides du Nord, plusieurs jours plus tard.

Alors que la note termine son chemin dans les rues d'Orgrimmar, la mélopée continue son chemin, et se manifeste durant la nuit, sous la forme d'un rêve...
Celle qui le reçoit est surnommée Celle-Qui-Voit, et pas pour rien.
La vieille trollesse endormie sent une présence cette nuit là, une présence. A la limite de l'inconscience, du réel et de l'iréel, une voix lui parvient.
"Les loas parlent de toi, Wa'ai. Celle-qui-Voit."
La voix est rauque et fatiguée, parle en zandali, c'est celle d'une trollesse.
"Par toi je retrouverais ma fille, les loas ont parlé. Elle est loin, seule, son nom est Aksithi, fille de l'eau. Dans trois jours je me présenterais a ta hutte."
Pendant que la voix parle, des images apparaissent et disparaissent. Celle d'une jungle : Strangleronce, d'une trollesse a la peau et aux cheveux bleus qui courts dans le sable, l'eau, la mer infinie... L'image d'un Serpent s'impose dans l'esprit de la trollesse.. Hethiss...
"Je suis Pacha'Ma, la matriarche. Sous la protection des esprits, je viens vers toi. Salutation, Wa'ai. Que les Loas, ils veillent sur toi."

La présence se dissipe, et Wa'ai émerge de la brume du sommeil.
Le soleil se lève au dehors, et les nuages semblent prendre la forme d'un grand serpent, ou d'un dragon qui se dirigeraient vers sa petite hutte. Mais bien vite, le vent se lève, les nuages passent, et le soleil prend sa place dans le ciel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoires-trolles.forumactif.com En ligne
Wa'ai
Admin
avatar

Localisation : Hutte des Tarides
Rôle : Grande prêtresse du makoa loa

MessageSujet: Re: À la recherche de Rainette   Dim 3 Déc 2017 - 14:09

Tandis que le groupe de trolls avait surmonté plusieurs péripéties dans les terres des raptors solécailles, Wa'ai avait reçu la visite d'une trollesse qui s'était présentée sous le nom de Pacha'Ma. D'un âge également avancée, elle était à la recherche d'une de ses enfants, Aksithi, dont l'esprit semblait être inatteignable, non pas comme étant très loin, mais comme si elle n'avait jamais existé.

Les loas l'avaient mené jusqu'à la hutte de la vieille prophétesse, et quand Pacha'Ma avait usé de rituels vaudous pour demander aux loas leur aide, elle avait reçu une claire-vision : une forêt incendiée, d'arbres dévorés par les flammes et de terre de cendres.

Wa'ai fut touchée par la détresse de cette mère en quête d'une enfant égarée. Aussi, elle accepta sans hésiter de lui prêter toute l'aide possible. Pacha'Ma annonça qu'elle demanderait l'aide des Fils d'Arathi, les compagnons qu'Aksithi suivait habituellement pendant que Wa'ai attendait le retour des trolls pour leur exposer la situation.

Aksithi avait sympathisé avec Jilanthy, Acrae et Sala'jin à Orgrimmar et Celle-qui-voit ne doutait pas qu'ils se porteraient au secours de leur consoeur s'ils apprenaient sa disparition.

Aksithi était imprégnée du pouvoir d'un loa grenouille, qui lui valait son surnom de Rainette, et des élémentaires aquatiques, peut-être avait-elle arpenté le monde des esprits et des élémentaires et s'y était retrouvée piégée ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoires-trolles.forumactif.com En ligne
Wa'ai
Admin
avatar

Localisation : Hutte des Tarides
Rôle : Grande prêtresse du makoa loa

MessageSujet: Re: À la recherche de Rainette   Dim 3 Déc 2017 - 14:32

Le rassemblement des trolls, de retour de leur chasse au raptor, et des Fils d'Arathi amena une activité inhabituelle aux alentours de la hutte de Wa'ai. L'orc chaman Grimskull et le troll des forêts Zul'Doth se joignirent au groupe d'investigation, mais également une gobeline extravagante nommée Safrania, qui dût dès son arrivée se confronter à Sala'jin. Ce dernier n'avait pas pardonné les paroles de la petite verte qu'il avait surpris à Reflet-de-lune, dénigrant Acrae et leur troupe de trolls. Safrania ne pouvait pas savoir que Sala'jin avait été gladiateur forcé dans une arène dirigée par un cartel gobelin et qu'il comprenait quelques mots de leur langue.

Malgré la mise au point entre ces deux là, toute aide était la bienvenue et lorsque Pacha'ma exposa les informations en sa possession, chacun tenta de comprendre où pouvait mener la vision de la forêt de feu que les loas avaient accordé à la mère trollesse. Plusieurs régions furent citées, plusieurs incendies ravageurs furent évoqués, bien qu'il fallut parfois calmer les esprits en ébullition qui se dispersaient en envisageant même les cratères de volcan pourtant dépourvus de verdure ou des plaines.

Pour sa part, Celle-qui-voit s’inquiéta. La veille, Sala'jin qui venait de revenir à la hutte, lui avait fait un rapport concernant les évènements qui s'étaient déroulés au cours de leurs jours d'absence. La vieille prêtresse ne pouvait s'empêchait de voir dans le message d'une forêt de feu, un mauvais présage lié aux flammes dissidentes qu'Acrae et les autres avaient affronté. Aksithi était liée à l'eau... la Rainette s'était-elle lancé dans une quête dangereuse au milieu d'un conflit élémental qui les dépassait tous ?

Quoi qu'il en soit, le rassemblement finit par décider que les forêts des Kaldorei étaient un bon endroit où chercher en premier lieu des traces d'Aksithi. Un jour et une nuit de marche suffiraient à rallier les zones d'Orneval qui avait été embrasé lors du Cataclysme, un trajet court qui permettrait de confirmer ou infirmer cette piste.

L'aide de Thae'din, membre du Cercle Cénarien et bilingue en darnassien, serait indispensable pour espérer pénétrer sur le territoire ancestral des elfes qui avaient essuyé plusieurs tentatives d'occupation de la Horde là-bas.


Dernière édition par Wa'ai le Dim 3 Déc 2017 - 15:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoires-trolles.forumactif.com En ligne
Wa'ai
Admin
avatar

Localisation : Hutte des Tarides
Rôle : Grande prêtresse du makoa loa

MessageSujet: Re: À la recherche de Rainette   Dim 3 Déc 2017 - 15:16

Dès le lendemain, après avoir pris des vivres et des objets utiles, les trolls se mirent en marche. Ils atteignirent le poste frontière d'Orneval, au rempart de Mor'shan au crépuscule et y retrouvèrent Thae'din. Ici s'arrêtaient les terres de la Horde et commençaient celles des Elfes de la nuit. L'étrange troll errant, du nom de Xaltotli, se révéla à eux, avouant les avoir épiés et suivis durant le trajet. En apprenant la disparition d'une trollesse liée à un loa grenouille, son intérêt pour la retrouver l'incita à se joindre aux recherches bon gré mal gré sous l'oeil méfiant des autres trolls.

Après des rappels d'usage concernant les choses à NE PAS FAIRE en terres elfes, notamment ne pas adopter un comportement destructeur envers la forêt, sa faune et sa flore, les trolls pénètrent - pour certains pour la première fois - en Orneval, laissant derrière eux les terres arides et le sable.

L'immensité de la forêt dense aux arbres millénaires bien trop grands et menaçants, l'obscurité qui s'abattit sur eux tandis que leurs lourdes ramures dissimulaient complètement la clarté du ciel étoilé et des lunes, l'absence de longues et vastes espaces, les fourrés plus nombreux les uns que les autres les enserrant et pouvant laisser surgir à tout moment une menace, tout contribua à une ambiance déstabilisante voire malaisante pour le groupe. Plusieurs d'entre eux eurent l'impression d'être épiés, sans pouvoir en localiser la source.

Thae'din les conduisit le long d'un sentier sylvestre plus large où elle retrouva un ami kaldorei de confiance du nom de Malach, qui avait accepté à sa demande de les escorter et de se porter garant d'eux s'ils rencontraient des représentants de son peuple, pour traduire et expliquer leur présence.

Le groupe reprit sa progression et s'enfonça au coeur d'Orneval en suivant le sentier, dans le but d'atteindre l'ancien massif qui avait été dévasté par les flammes d'un élémentaire de feu plusieurs années auparavant. Thae'din et Jilanthy espéraient pouvoir y communier avec la nature environnante et y quérir des réponses concernant la présence possible d'Aksithi.

Bien qu'ils parvinrent à atteindre après plusieurs heures de marche le bosquet de cendre qui s'étendait sur les rudes pentes anormalement chaudes d'un volcan ensommeillé, l'attente pendant que les deux druidesses s'harmonisèrent avec la sylve rendit le groupe plus nerveux.

La gobeline Safrania, d'un naturel impatient, frustrée de ne pouvoir elle aussi questionner les arbres et en obtenir des réponses, brandit son arme à feu contre le tronc d'un chêne centenaire pour le faire parler sous la menace, en vain. Zal'nash fit appel à son élémentaire lié, Sareth, espérant en obtenir quelques indices locaux. Pendant ce temps Xaltotli rongeait son frein devant un Malach imperturbable, tandis que Celle-qui-voit soulageait ses vieilles guibolles en s'asseyant sur une racine. Hel'kalna quant à elle surveillait les environs avec suspicion. L'apparition surnaturelle d'un esprit rapace translucide tournoyant au dessus d'eux pendant quelques instants, avant de disparaitre comme il était apparu, n'arrangea pas la nervosité ambiante qui s'amplifiait.

Le retour de Thae'din et Jilanthy fut salvateur pour le groupe de trolls qui ne souhaitait pas s'attarder plus longtemps dans ces lieux oppressants. Les deux trollesses parle-forêt avaient eu la claire-vision accordée par la flore locale d'un chemin traversant les montagnes de roche pour rallier une autre forêt de cendre, ravagée par les flammes, au sud-ouest. Les Serres-rocheuses.

Le plus simple et le plus rapide était de continuer de traverser Orneval pour franchir le canyon menant aux Serres-rocheuses, bien que cela prolongeait leur présence dans les bois kaldorei et augmentait donc le risque de finir par être découverts. Thae'din demanda à Malach s'il voulait bien partir devant, en avance, pour avertir l'avant-poste elfique de la Flèche Chimétoile et expliquer le passage des trolls, qui ne représentaient en rien une force de frappe de la Horde, en témoignait la présence des deux vieilles trollesses comme Wa'ai et Pacha'ma. Comprenant la situation, Malach accepta de continuer à aider les trolls et se porter garant et s'éclipsa en vitesse.

Après une courte halte, les trolls progressèrent à leur tour vers la Flèche Chimétoile, guettant le retour de Malach et la permission de franchir le canyon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoires-trolles.forumactif.com En ligne
Thae'din

avatar

Rôle : Hiérophante

MessageSujet: Re: À la recherche de Rainette   Lun 11 Déc 2017 - 11:35

Rien ne se passa comme prévu. Malach ne revint pas, et des sentinelles prirent les trolls, ainsi que Safrania, en défaut. Thae'din se proposa pour parlementer.
Malacha avait été fait prisonnier, apparemment accusé de traitrise, et la connaissance de la langue elfique ainsi que l'appartenance au Cercle Cénarien de Thae ne suffirent pas.
Pleines de rancoeurs et de préjugés, les elfes menacèrent Thae, traitant les trolls de sauvages, utilisant des paroles brutales. En désespoir de cause, Thae'din se rendit, et demanda simplement d'accéder aux Serres Rocheuses.




C'était bien sur leur but, mais dans ces circonstances, la tension était à son comble. Escortés par les sentinelles hargneuses, ils franchirent la passe, sous la menace d'une attaque a tout moment. Arrivés sur les terres contestées, les elfes s'arrêtèrent, mais ne firent pas demi-tour, souhaitant les garder à l'oeil.


Se considérant trahie par ces elfes, se sentant trompée, abandonnée par Malorne, Thae'din déposa son bâton a son effigie devant les sentinelles.
Il fallut toute la tendresse de Wa'ai pour calmer les pleurs de la jeune trollesse. La vieille prêtresse lui prodigua conseils et paroles de réconforts, accompagnée en cela par Malach.
L'étrange Xaltoltli, qui avait montré dès le début une méfiance a l'égard des rapports amicaux de Thae avec les elfes, semblait presque satisfait. Pour lui, il fallait que cela arrive.

Ils passèrent la nuit et les deux jours suivants dans un camp sommaire tenu par quelques Orcs et un chaman Tauren. Thae'din et Malach partirent se réfugier dans un lieu secret, en sécurité.


[HRP : n'hésitez pas a poster vos impressions, ceux de votre personnage, ou rédiger un résumé selon votre point de vue ! Cela ne rendra les récits et l'aventure que nous vivons que plus vivants Smile]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wa'ai
Admin
avatar

Localisation : Hutte des Tarides
Rôle : Grande prêtresse du makoa loa

MessageSujet: Re: À la recherche de Rainette   Lun 11 Déc 2017 - 16:44

Wa'ai ne fut pas réellement surprise de "l'accueil" que leur réservèrent les elfes, quand ils surgirent devant le groupe de trolls, mais elle compatissait à la souffrance de Thae'din comme si elle avait été sa propre fille rejetée, méprisée par ceux en qui elle croyait. Son désespoir s'était imprimé en elle comme s'il avait été sien. La vieille prêtresse avait offert ce qu'elle pouvait pour réconforter la petite trollesse des forêts : une épaule sur laquelle pleurer tout son soûl et des paroles apaisantes.

Thae'din avait déjà été rejetée par sa tribu de naissance parce qu'elle était née en deçà des standards des Trolls des forêts. Sa petite taille, sa frêle corpulence, son apparente fragilité étaient sujets à moquerie par rapport aux carrures très imposantes des trolls à peau-moussue. Une telle faiblesse était proscrite. Elle pensait avoir trouvé une famille d'adoption parmi les druides kaldorei, mais pourrait-elle jamais être acceptée parmi eux réellement ? A présent qu'elle avait été confrontée au fossé qui les séparait, que lui restait-il ? Son courage, sa force de volonté, songea la vénérable prêtresse. Thae'din parviendrait à surmonter cette épreuve, parce qu'elle avait la détermination en elle. Peut-être ne serait-elle plus exactement la même Thae'din, mais elle ne se laisserait pas abattre, elle se relèverait, Wa'ai en était convaincue. Et les Trolls et les loas, seraient là pour l'y aider.


Pour l'heure, le plus important était qu'ils soient tous en vie. Ils avaient échappé de justesse à une escarmouche musclée en Orneval. Certains Trolls parmi eux avaient immédiatement envisagé la réaction des elfes face à la présence de Malach, imaginant la réaction de la Horde dans la situation inverse : si un groupe d'Humains, des Nains ou de Kaldorei escortés par un Orc était découvert en train de traverser Durotar ou les Tarides, leurs chances de survie était insignifiantes et le sort de l'Orc ne serait guère plus enviable.

Wa'ai savait que Thae'din comptait sur son statut de membre du Cercle Cénarien et des apprentissages qu'elle avait fait auprès des druides de Reflet-de-lune. Néanmoins, de la façon dont le comprenait la vieille trollesse, Cercle Cénarien et Kaldorei était aussi distinct l'un de l'autre que deux tribus trolles. L'amitié de l'un ne garantissait aucunement l'amitié de l'autre. Quand bien même les deux chefs respectifs se retrouvaient à l'occasion pour partager la même couche. Dans le cas présent, Malfurion Hurlorage aurait peut-être laissé passer les trolls, tandis que Tyrande Murmevent aurait exigé leur mise à mort sans somation. C'était là l'un des nombreux paradoxes elfiques et Wa'ai ne voulait pas savoir comment cela était géré au sein de leur société au quotidien.

Toutes ces subtilités politiques n'intéressait guère l'ancienne. Tout ce qui importait était qu'il n'y avait pas d'enclave druidique en Orneval, et que les elfes sur qui le groupe de Trolls étaient tombés agissaient au nom de la Reine des Kaldorei, qui était sans pitié envers la Horde, et de façon générale, envers tout ce qui menaçait leur territoire. Ces "Sentinelles" avaient probablement observé le groupe de Trolls depuis les premiers instants où ils s'étaient avancés dans la forêt ancestrale. Elles avaient vu Safrania pointer son arme à feu contre les troncs des arbres, Zal'nash invoquer un petit élémentaire de feu... Tout ceci ne jouait sans doute pas en leur faveur. Qui plus est, pour des êtres multi-millénaires comme l'étaient les Kaldorei, les souvenirs étaient plus impérissables que ne l'étaient ceux des Trolls ou même des Orcs. Il était probable que pour les Elfes, la mémoire des attaques de la Horde (de Thrall durant la Troisième Guerre, ou de Garrosh plus récemment) soit aussi vive que si les évènements dataient de la veille ou de la semaine précédente. Et la rancoeur en était tout aussi ardente.
Comment deux races à l'espérance de vie aussi différente pourraient-elles jamais comprendre la vision de l'autre ?

Enfin, et cela Wa'ai en était convaincue, bien que Thae'din ait cru être polie en parlant en darnassien et en s'agenouillant pour présenter en gage de paix son bâton druidique, cela n'avait certainement fait que raviver l'orgueil des femmes-elfes. Une trollesse, se prétendre l'égale de Kaldorei ? Prétendre bénéficier de la bénédiction du dieu-cerf elfique ? C'était à leurs oreilles la pire insulte que Thae'din aurait pu formuler dans toutes les langues connues. Sans doute du même niveau que si un Humain se présentait doté du don de Shirvallah...
D'autant que la majorité des Sombrelances qui s'étaient présentés au Cercle Cénarien pour faire démonstration des nouveaux pouvoirs changeformes qu'ils avaient acquis, au-delà de l'aspect pragmatique au cas où les loas ne tenaient plus leur engagement, l'avaient fait essentiellement pour énerver les Kaldorei et voir les têtes bouffies de jalousie qu'ils feraient en apprenant ça...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoires-trolles.forumactif.com En ligne
Thae'din

avatar

Rôle : Hiérophante

MessageSujet: Re: À la recherche de Rainette   Lun 11 Déc 2017 - 17:57

Deux jours après les évènements d'Orneval, ils sont rejoints par plusieurs personnes. Tout d'abord une mystérieuse trollesse du nom de Shankari, envoyée par Pacha'ma pour les guider à travers les Serres Rocheuses, et accompagnée de deux étranges créatures qu'elle défia quiconque d'approcher.
En route, ils retrouvent Grimskull, envoyé par Kharsneg des Fils d'Arathi pour les seconder. L'orc, accompagné d'un drake noir et d'un dragonnet, fut avare de mots, mais sage, et doté de pouvoirs de chaman.
Enfin, Itza, l'une des nombreuse soeurs d'Aksithi est de la partie. Manifestant un caractère effroyable et réussissant à se confronter à Zul'Doth en un temps record, celle-ci manifestait cependant un véritable désir de retrouver sa soeur.


Après quelques péripéties comportant un pont abandonné, une rivière froide et pleine de sangsues, ainsi qu'une confrontation avec des mercenaires se finissant en course poursuite, notre groupe se retrouve à l'aune de la nuit au Camp tauren de Roche-Soleil.

Tout le monde est sain et sauf, et malgré le rythme soutenu imposé par Shankari, une survivaliste habituée aux lieux hostiles, même Wa'ai arrive en un morceau. La prêtresse a pu compter sur son entourage : Zul'Doth, Jilanthy, Grimskull, tous sont aux soins auprès de la vieille trollesse.
Celle-ci en retour apporte sa sagesse et la force du loa Oublié.
Arrivé a mi-chemin, des questions se posent : où vont-ils ? où les emmène Shankari, toujours masquée, et prétendant n'appartenir à aucune tribu, aucune famille ? Les taurens apportent quelque réponses : il existe un Val dit "calciné", ravagé par des flammes surnaturelles, au-delà de la vallée où ils sont réfugiés.
Un repos est demandé, et bien mérité. Wa'ai se sent faible, Zakkari a des démangeaisons plus qu'étranges, et les rapports entre Itza et Shankari semblent se faire conflictuels.

Demain, ils repartiront vers le Val pour y chercher, enfin, des traces d'Aksithi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wa'ai
Admin
avatar

Localisation : Hutte des Tarides
Rôle : Grande prêtresse du makoa loa

MessageSujet: Re: À la recherche de Rainette   Jeu 14 Déc 2017 - 11:03

Les Serres Rocheuses constituent un territoire contesté tout en relief, jalonné de monts et de vallons boisés se succédant sans fin. Lorsque le groupe se remit en marche, le voyage fut périlleux, non pas à cause de la menace ennemie ou de mauvaises rencontres, mais du fait du terrain accidenté, peu praticable où plusieurs dénivelés furent franchis en rappel à l’aide de cordes et où une vigilance de tous les instants était indispensable pour éviter les chutes dans les ravins de roche.

Malgré quelques accidents de parcours et glissades douloureuses, Shankari parvint à guider le groupe de recherche en évitant les avant-postes de l’Alliance. Jilanthy veilla sur la vieille Wa’ai durant les passages les plus escarpés et lui sauva la vie en la rattrapant pour lui éviter la dégringolade lors d’un glissement de terrain.

Après plusieurs heures de montées et descentes successives, ils arrivèrent près d’un vallon aux arbres et à la terre noircie : le Val calciné. Les lieux étaient sinistres et silencieux, car la vie animale et végétale avait déserté depuis bien longtemps.


Le petit groupe entama les recherches, s’avança dans l’ancien bois consumé et une lueur émanant d’un petit totem au sommet d’une colline attira leur attention. L’objet était de facture trolle et les lieux semblaient avoir été visités quelques temps auparavant. L’Orc chaman Grimskull débuta une transe pour invoquer les éléments alentour liés à ce totem et un élémentaire de feu mineur répondit à son appel.

La présence de ce loa-du-feu, qui accepta de s’entretenir avec Grimskull, augmenta l’inquiétude de Wa’ai quant aux intentions d’Aksithi par rapport aux éléments et aux problèmes qu’elle pourrait rencontrer. Le petit élémentaire confia à Grimskull, qui retranscrivait pour le groupe en langue orque, la présence d’une trollesse aux yeux-de-soleil qui était venue communier avec les éléments ici, le totem lui appartenait. Rainette avait apparemment débuter ce voyage après avoir perçu un trouble dans son lien avec les éléments. Pour obtenir des réponses, elle se devait maintenant se confronter et s’éprouver face aux éléments. La petite flammèche vivace confia une étrange poussière à Wa’ai et il évoqua également des tensions grandissantes dans les terres de Feu avant de s’évanouir du monde physique pour retourner dans son plan élémentaire.

Le manque d’information obtenue en exaspéra certains, notamment la jeune Itza, car ils avaient manqué de peu Aksithi et ils semblaient toujours aussi loin d’elle, comme si elle était inaccessible. Néanmoins ils savaient tout du moins que la Rainette était en vie. Et également qu’elle était volontairement écartée du monde pour se rapprocher des éléments d’Azeroth.

Plus tard, le groupe fit une halte pour la nuit dans un bosquet de la région, épargné par les flammes. Les forces de Grimskull avaient été épuisées par l’invocation chamanique et tout le monde avait besoin de repos après les dernières heures de marche intenses.

Celle-qui-voit s’installa et disposa l’étrange poussière en un petite ligne compacte devant elle au sol. Il s’agissait d’encens qui, une fois embrasé, libéra une odeur âcre et lui révéla une vision distante. Aksithi chevauchant un raptor. La chaleur. Des murs gravés d’ornements trolls, blanchis par le soleil ardent. Une mer de sable infinie.
Pour Hel’kalna et ceux parmi eux qui avaient vadrouillé partout en Kalimdor, il ne pouvait s’agir que du désert tanaride et de l’antique cité trolle de Zul’farrak.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoires-trolles.forumactif.com En ligne
Salajin

avatar

Rôle : Guerrier

MessageSujet: Re: À la recherche de Rainette   Jeu 14 Déc 2017 - 14:24

Après une halte bien méritée de deux jours aux alentours d'Orgrimmar pour que chacun puisse refaire le plein de vivres et surtout s'équiper en conséquence pour la région désertique qui les attendait, tous arrivèrent à Gadgetzan en navire marchant ou en vol, prêts à investiguer dans le désert pour retrouver la Rainette ou, à défaut, des traces de son passage.
La seule chose auquel Sala'jin fit plus attention concerna Wa'ai.

Il avait remarqué pendant le trajet que celle-ci restait plus taciturne qu'à l'accoutumée. Elle sembla de plus en plus préoccupée par quelque chose, lors de leur arrivée dans le désert. Un voyage de cette ampleur n'était sans doute pas recommandé par une trollesse d'un âge avancé comme le sien, mais pourtant, elle avait tenu à venir plutôt qu'à rester à la hutte avec Zenjibsu et Zakkari. Elle avait pourtant largement fait sa part, et elle savait qu'elle pouvait compter sur lui et les autres pour maintenir les recherches pour retrouver Aksithi... mais elle avait obstinément décidée de les suivre.

L'une des priorités pour Sala'jin une fois arrivé fut de trouver la fameuse Zagethia mentionné par Vargron. Accompagné par les autres, il put la rencontrer dans l'auberge de Gadgetzan et les négociations furent rapide. Pas besoin d'avoir une peau rose comme guide, Zagethia serait largement suffisante, de plus pourquoi faire confiance à une humaine ? Non définitivement même si l'Orque semblait convaincue que l'humaine connaisse mieux le désert, rien n'y changera. Elle aurait simplement à trouver le meilleur chemin, prévenir des dangers rencontrer dans le désert, et connaître la localisation les points d'eau.

Les dispositions prisent, ils se retrouvèrent à la sortie de la ville et bien que Wa'ai semble toujours soucieuse, le départ se fit sans attendre. La prêtresse trolle eut même droit à une place sur le seul dromadaire du groupe.
Sala'jin resta non loin de l'animal au cas où et bien lui en prit.

Après avoir marché quelque temps dans le désert en direction de Zul'Farrak, ils firent une rencontre des plus surprenantes. Un ver de sable avide de casse-croûte jaillit hors du sol et essaya de gober plusieurs d'entre eux. Itza, Shankari, Zagethia et Grimskull commencèrent à affronter le ver géant, pendant se temps Sala'jin eu le temps de reculer le dromadaire paniqué et Wa'ai vers les rochers, hors de portée. Une fois mise en sécurité, il se tourna vers le combat pour porter main forte aux autres membres du groupe. Si l'insecte fouisseur résista, l'assaut combiné d'Itza qui perça la carapace et de Sala'jin, renforcé par une bénédiction lancé par Wa'ai, découpa le ver en deux morceaux.

Le trajet reprit sous un vent de plus en plus violent. Zagetia les dirigea vers un camp à flanc de rocher afin qu'il puisse s'y abriter non sans mal. Wa'ai faillit chuter sous une rafale mais rattrapée de justesse par Sala'jin. Shankari dut elle aussi s'abriter avec le reste du groupe, renonçant à faire l'éclaireur.

Tous réussirent à s’abriter dans une hutte à peu près solide, c'est à ce moment que la prêtresse commença se sentir mal. Sans doute la fatigue et les événement l'avaient éreintée, Sala'jin prit place néanmoins près d'elle, protecteur vigilant, les autres essayant de se reposer le temps de la tempête de sable.

Malgré les conseils de Zagethia, il mit du temps avant de parvenir à se reposer. Déjà par l'état et la solidité de l'abri qui menaçait de s'envoler, mais aussi par Wa'ai. Une trollesse âgée qui parcourt les chemins c'est une chose... le désert c'est pas la même, il allait devoir la surveiller de près.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thae'din

avatar

Rôle : Hiérophante

MessageSujet: Re: À la recherche de Rainette   Dim 17 Déc 2017 - 13:11

Peu de temps après la tombée de la nuit, quelqu'un soulève le lourd tissu couvrant une alcove dans la tente, brodé de figures de scorpides, de trolls des sables et de plantes colorées.
Une forme féminine, qui se montre enfin a ceux qui sont éveillés, a la lueur des bougies. Courbée, elle parait déjà grande, fine, mais aux bras musclés, presque masculine, au bout de son bâton, auquel est attaché un ensemble de breloques du désert, une petite torche, un peu plus que la flamme d'une bougie.

La lueur éclaire le visage d'une orque,sans âge, sa peau verte a pris la teinte du sable, son menton est déformé sur un côté par une cicatrice, abaissant sa lèvre, découvrant un crocs jaunis, incrusté de petits joyaux jaunes. Des yeux sombres, un visage peint de traits et de petits points rouges, ses cheveux sont une crête retombant sur le flanc de son visage.
Elle est simplement vêtue d'une robe orque, ocre, ornée des même symboles que son corps, et est nus pieds.

Elle va bien
. Dit-elle simplement en pointant Wa'ai du doigt, il en manque d'ailleurs deux a sa main. Vous allez, mais vous ne savez pas où, n'est-ce-pas ?
Je suis Narantseg, et vous êtes chez moi. Reprend-t-elle, répondant a la question muette de Sala'jin. Ceux qui viennent ici vont a Zul'Farrak. Et ils meurent. Ou deviennent fous. Pourquoi allez-vous dans la ville fantôme ?

L'orque étrange écoute ensuite les explications de ceux qui sont éveillés, tout en s'affairant, posant des bols de fruits et viande séchée dans la hutte, bien petit avec tout ce monde. Narantseg hoche la tête, grogne parfois, laisse le récit se dérouler.
Finalement elle leur dit qu'elle va les guider.
Narantseg a vu Rainette, et elle parle a la terre. Rainette est allée dans les ruines, mais depuis les fantomes se sont réveillés. Les trolls morts sont en colère, et la terre troublée. Les efforts de Rainette ont juste retardé l'échéance, crée un lien avec la Terre, peut-être pour guérir ensuite.
Narantseg peste contre la Planète verte qui est apparue. Elle pourra les aider, soit a contrer les spectres, soit a suivre la piste élémentaire de Rainette.

Qu'ils réfléchissent, qu'ils dorment. Narantseg se lève, prend son bâton. La tempête va durer, et puis j'irais dans le désert chercher un guide, et parler a la Terre. Ici vous êtes en sécurité, la hutte est protégée.
Elle rit, et se poste a l'entrée de la hutte, accroupie, immobile.

[HRP : j'ai peu interprété les réactions des membres du groupe exprès, vous rencontrerez le personnage en event brièvement, a vous de considérer le texte et ce que vous avez fait durant la nuit Smile]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jilanthy

avatar


MessageSujet: Re: À la recherche de Rainette   Dim 17 Déc 2017 - 20:54

Les trolls n’avaient pas voulu qu’elle les guide. Elle n’en fut pas surprise, elle comprenait cette méfiance, elle-même se méfiant de ses congénères. Elle savait que Zagethia arriverait à les mener à la Ville-temple.

Le souci avait été la tempête. Peu étaient les personnes à pouvoir se diriger sans se perdre dans ces conditions. Le lendemain matin, elle se décida à suivre la piste qu’ils avaient empruntée. Les traces de pas avaient disparu, le sable ayant tout recouvert, mais elle savait où elle allait, elle connaissait bien le désert, elle y avait grandi, même si elle avait évité le territoire des Furie-des-Sables.

A un moment, elle vit quelque chose qui dépassait du sable. S’approchant, elle déblaya et se trouva face au cadavre d’un ver des sables. Les charognards n’avaient pas encore touché à la carcasse. Elle l’observa attentivement. Les trolls et les orcs avaient dû combattre la veille. Elle reconnut ce qui était des impacts de balle, une flèche plantée sur le haut du crâne, des brûlures également, un mage parmi eux ? Elle n’y connaissait rien à la magie. La bête avait été ouverte à plusieurs endroits, mais l’éventration lui avait été fatale. Elle reconnut deux types de lame, une large et une plus fine.

Saisissant un de ses sabres, elle entreprit de découper le crâne :
« Un cogneur, ce n’est qu’un cogneur, ils ont eu de la chance, murmura-t-elle pour elle-même. »

Puis elle se redressa et fronça les sourcils, le regard toujours posé sur la carcasse.
« Y a un truc qui cloche ici. Qu’est-ce qu’un ver des sables vient faire aussi loin dans le Nord. Y en a jamais ici normalement. Je dois aller voir ce qu’il se passe. »

Elle s’éloigna du cadavre pour ne pas gêner les hyènes qui pourraient arriver d’un moment à l’autre. Elle s’assit un peu plus loin et entreprit d’écrire un message sur un morceau de parchemin. Puis elle siffla doucement, et un serpent sortit de son armure.
« J’ai un petit boulot pour toi, dit-elle en saisissant le crotale et lui attachant le message. Va porter ça à Zagethia, puis reste avec elle, ne vas pas essayer de me retrouver tout de suite. »

Elle posa le reptile sur le sable dans la direction que la troupe avait prise, puis, se levant, elle se couvrit le visage et la tête et prit plein sud.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jilanthy

avatar


MessageSujet: Re: À la recherche de Rainette   Mar 19 Déc 2017 - 13:35

Quelle sensation cela avait été. Déjà borgne, l’orque avait vu flou pendant toute la marche jusqu’aux ruines titanes. La seule chose qu’elle voyait, c’était une sorte de serpent qui traversait le désert, une ligne qui se finit au petit autel dans le tombeau, ou ce qui ressemblait à un tombeau, et cette envie irrésistible de suivre cette ligne qu’elle seule pouvait voir.

La présence de Zagrosh à ses côtés et du serpent de l’humaine autour de son cou l’avait tout de même rassuré. Elle n’avait pas pu combattre contre le cracheur qui avait surgi, elle aurait pu blesser un des trolls. Zagrosh n’avait pas pu mordre le ver géant, à sa grande frustration. Une des trollesses fut très sérieusement blessée par le ver mais les autres eurent raison de l’animal géant.

Plus loin, c’est un cadavre qu’ils virent. Elle-même ne vit qu’une vague forme blanche. Un humain, la gorge ouverte, mais une petite piqûre au niveau du cou. L’orque sut que Khalisah était passée par là. Un imprudent avait certainement voulu l’attaquer.

Sa vision revint à la normale quand elle atteignit le petit autel, mais une voix dans la tête lui dit que la trollesse appelée Aksithi était allée plus loin. D’où ils étaient, deux régions avaient leur entrée : Un’Goro, la région aux animaux immenses et Uldum. Elle-même penchait plus pour la seconde. Si elle croisait la jeune musicienne dans la nuit, elle lui demanderait d’enquêter par là.

___________________________________


La nuit était bien avancée maintenant. Elle avait attendu les trolls de la Horde, mais ils étaient pas venus. La chamane orque elle était venue la voir et lui avait dit qu’ils étaient partis au sud, à la recherche de l’autre trollesse. La terre elle guidait l’orque borgne. Elle avait décidé de suivre leurs traces.

Elle avait vu le cadavre du ver des sables, la salive corrosive avait fait des trous dans le sable. Aucun cadavre de trolls, ils avaient survécu. Après encore quelques heures, elle arriva près de ce qu’il restait d’un humain, il ne restait plus que les os, les charognards en avaient fait un festin. Ses yeux blancs teintés de bleu se mirent à briller doucement. Elle vit des effluves d’âmes qui étaient dans le coin. Celles du groupe des trolls et de leur guide orque, celle du défunt et… oui, la femme scorpide elle est de retour dans le désert on dirait. Cela ne l’étonnerait pas si c’est elle qui avait tué l’humain.

L’humain d’ailleurs, des lambeaux de son esprit étaient restés attachés aux os, elle pouvait en tirer quelque chose. Saisissant sa lance, elle en dirigea la pointe vers les os et murmura : « O Unga sundo Ueetay no, thraze kaz’kaha atal, batu attinga. »

Les os se mirent à bouger, puis un squelette prit forme et se leva, faisant face à la trollesse, les bras ballants.

« C’est la femme scorpide elle t’a tué ? »

Le squelette hocha doucement la tête. Alors, elle est revenue pensa la trollesse. Elle n’en était pas étonnée, elle avait la bénédiction du loa scorpide et la protection des sables, même loin, elle pouvait savoir que quelque chose il allait pas, même si elle n'en était pas elle-même consciente.

Puis, regardant à nouveau le squelette, elle demanda :

« Le groupe de trolls guidé par l’orque borgne, où qu’ils sont allés ? »

Le squelette se tourna et pointa son bras vers le sud, vers le tombeau des pierres vivantes. La trollesse fit une légère grimace, puis d’un geste et d’une brève parole, le squelette se disloqua, ne formant qu’un tas d’os informe.

La trollesse reprit sa route vers le sud.


Dernière édition par Jilanthy le Mar 19 Déc 2017 - 17:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wa'ai
Admin
avatar

Localisation : Hutte des Tarides
Rôle : Grande prêtresse du makoa loa

MessageSujet: Re: À la recherche de Rainette   Mar 19 Déc 2017 - 16:12

Il eut été idiot de refuser l’aide que se proposer d’apporter leur « hôte » orque, Narantseg, dont ils avaient envahi la hutte pour s’abriter de la violente tempête de sable. Avec son allure d’ermite, sa lèvre pendante et ses doigts manquants, elle avait expliqué ce qu’elle savait des environs et ce dont elle avait été témoin concernant une trollesse, pas avec une peau jaune comme ceux d'ici mais à la peau bleu et montant un raptor. La Rainette était bel et bien passée par Tanaris. Les loas continuaient donc de les guider en leur envoyant même des tempêtes pour leur faire croiser le chemin de témoins et remonter la piste.

Lorsque les sables se calmèrent enfin, les trolls se réunirent aux abords de la hutte pour décider quelle était la meilleure option. Naransteg pouvait les aider, soit à contrer les spectres de Zul’farrak que le passage de Aksithi avait réveillé, soit à suivre la piste élémentaire de Rainette. Wa’ai laissa chacun s’exprimer. Bien que Sala’jin aurait souhaité apporter le repos aux cousins trolls du désert, la majorité s’accorda sur la priorité : la raison de leur présence ici était de retrouver la fille de Pacha’ma au plus tôt. Bien qu’elle approuva cette sage décision, la vieille Wa’ai appréciait néanmoins en son for intérieur la position de Sala’jin. Celui-ci voulait aider et apaiser ses cousins trolls, même s’ils étaient d’une autre tribu, même s’il ne les connaissait pas. Le guerrier gurubashi avait beaucoup évolué en l’espace d’un an, et à présent il semblait à Celle-qui-voit que Sala’jin avait élargi son horizon, que son regard s’était ouvert. Alors qu’auparavant son attention se portait sur sa tribu uniquement, il comprenait à présent qu’il était lié à un destin bien plus vaste que la seule tribu gurubashi. Le destin de tous les trolls était intrinsèquement lié comme une toile d’araignée.

Naransteg accorda à sa consœur orque, Zagethia, les yeux-de-la-terre (ou plutôt l’œil étant donné que cette dernière était borgne) au cours d’un bref rituel chamanique. Les élémentaires des roches et des sables du désert se souvenaient du passage d’Aksithi, même si le vent en avait effacé les traces de pas. Zagethia était donc devenue ce soir-là leur guide de terrain et leur guide spirituel. Il était primordial de ne pas la perdre et de la protéger en cas de combats. Sans elle, leur voyage serait bien plus ardu et long. Zagethia voyait à présent un chemin clair à travers les dunes : Aksithi s’était enfoncée dans le sud, en plein coeur du désert.


Bien que la tempête soit calmée, les longues heures de marche se firent néanmoins avec toujours des rafales de vent qui faisaient tournoyer des volutes de grains de sable sur la cohorte de trolls et leur guide orque.


La progression était lente et épuisante mais des vibrations, d'abord lointaines, puis de plus en plus proches dans les ergs alentours secouèrent soudainement les esprits des trolls appesantis par la monotonie du long trajet, qui passèrent en alerte maximale. Néanmoins, aucun refuge à leur portée proche et un immense arthropode tunnelier jaillit du sable juste derrière Hel’kalna et Zen’khan. Il parut plus gros à Wa’ai que celui qu’ils avaient déjà abattu quelques jours plus tôt. Et en effet l’imposante créature chitineuse sembla avoir une carapace plus robuste que le précédent. Mais ce fut surtout l’écume de mucus digestif acide projetée par la créature qui posa problème au groupe.

Bien que leurs assauts combinés vinrent à bout de cet adversaire, plusieurs d’entre eux avaient été touchés – dont Shankari sévèrement brûlée à la tête et sur le corps – et il pouvait en surgir d’autres à tout moment. Le groupe se hâta derrière Zagethia, Doth portant Shankari évanouie, avec un empressement précipité par l’instinct de survie. Au bout de quelques temps de marche supplémentaires, perchée sur le dromadaire qu’on lui avait laissé, Wa’ai aperçut plus loin, derrière de grandes dunes, ce qui semblait être une construction gigantesque taillée à flanc d’une montagne. Les yeux-de-la-terre révélaient à Zagethia un chemin qui convergeait dans cette direction, aussi les trolls s’engouffrèrent-ils dans la cavité de roche dont les parois étaient ornées de nombreux idéogrammes et symboles indéchiffrables, malgré une certaine tension palpable.

A l’abri des tunneliers géants du désert, Celle-qui-voit put se consacrer à faire agir sa magie en suppliant l’aide du loa oublié, améliorant notablement le don de guérison naturel de Shankari afin que les chairs se renouvellent et se cicatrisent plus rapidement, mais également pour revitaliser le corps et l'esprit de la trollesse. Malheureusement la peau garderait de vilaines marques. Peu rassurés dans ce lieu clos et obscur, Zen’khan et Sala’jin s’avancèrent plus avant dans les entrailles du vaste sanctuaire pour s’assurer qu’aucune menace n’en surgirait à leur insu. Ils découvrirent le cadavre encore peu décomposé d’un humain. Que faisait-il ici ? Qui était-il ?

Pendant ce temps, Doth inspecta méticuleusement un étrange autel rudimentaire qui avait été élaboré au milieu de l’immense salle principale. Les quelques morceaux de bois et fleurs séchés qui le composait contrastaient avec la finesse des pierres parfaitement lisses et des gravures finement dessinées des dalles alentour. Quelqu’un l’avait érigé là. Il remarqua une griffe de raptor déposée sur l’autel et la forme que certains bâtons de bois semblaient représenter : un symbole troll ! Doth pria et pria encore les loas de lui envoyer un signe, de lui indiquer où était Aksithi si c’était elle qui était venue ici.

Un esprit répondit, dans un rugissement distinct : un raptor. Et pas n’importe lequel. Le raptor femelle d’Aksithi. Elle était morte ici, et la trollesse avait érigé cet autel en son honneur. Un troll et son raptor c’est plus qu’un cavalier et une monture, c’est une relation d’égal à égal, de complicité, la perte de son amie à écaille avait dû déchiré la Rainette. Mais plus grave, l’esprit du raptor révéla qu’Aksithi avait été attaquée et capturée par un groupe d’humains…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoires-trolles.forumactif.com En ligne
Wa'ai
Admin
avatar

Localisation : Hutte des Tarides
Rôle : Grande prêtresse du makoa loa

MessageSujet: Re: À la recherche de Rainette   Mer 20 Déc 2017 - 15:57

Si certains étaient rendus nerveux par le lieu dans lequel le groupe avait pénétré, Celle-qui-voit, elle, y avait retrouvé une certaine sérénité. La vieille trollesse veillait au rétablissement de Shankari, tout en regardant de loin Sala'jin faire les cent pas avec agitation, impatient de s'extirper de ces vastes salles aux hauts plafonds, creusées sous des tonnes de roche.

Rien n'était venu les déranger depuis leur arrivé dans ce bastion imposant. La prêtresse s'était laissée portée par le silence solennel des lieux pour prier avec plus de ferveur le loa Créateur. A bien des égards, elle avait le sentiment de retrouver un endroit connu, familier car cela lui rappelait fortement le temple de son loa, sur son île natale, qui était lui aussi niché à flanc de montagne, avec une arche d'entrée monumentale sculptée dans la roche, conduisant à de grandes et profondes salles fraiches et obscures.

Même si les soucis s'accumulaient et tourbillonnaient dans l'esprit fatigué de la vieille trollesse, le réconfort de ce substitut de temple était bienvenu et apaisant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoires-trolles.forumactif.com En ligne
Salajin

avatar

Rôle : Guerrier

MessageSujet: Re: À la recherche de Rainette   Jeu 21 Déc 2017 - 10:09

Sala'jin comptait parmi de ceux qui se sentaient mal à l'aise dans ce lieu, ce temple oublié. Entre le cadavre de l'humain au mauvais mojo tué par on ne sait quoi, le petit autel profané du raptor de Rainette qu'il fallut apaiser, la taille du bâtiment avec des zones écroulées… Non il n'était pas à l'aise ici, beaucoup trop de choses lui disaient que la sécurité n'était que toute relative et si rien n'était venu les troubler, cela ne signifiait pas pour autant que rien ne viendrait.

Installé non loin de l'entrée afin de garder un œil sur l'extérieur et l'intérieur, le protecteur veille sur les différents trolls.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thae'din

avatar

Rôle : Hiérophante

MessageSujet: Re: À la recherche de Rainette   Jeu 4 Jan 2018 - 9:56

[Gobelin]: FROGGY NEW YEAR

La fête battait son plein à Cabestan! On se bécotait sur les toits, on faisait les comptes d'une année lucrative, on se perdait dans les dans perspectives de celle à suivre, on exhibait ses attributs financiers... Dans la vaste taverne, les notes insolites au rythme endiablé secouaient les petits corps verts hilares.
La gobeline zigzaguait en souriant sur le chemin qui menait à la plage. Elle entendit beugler son nom par des fêtards devenus lassants et les fit taire d'un revers de la main. Dans l'autre, elle serrait une bouteille d’éthanol aux agrumes. Elle descendit les marches en rondin d'un pas enivré jusqu'à fondre ses pieds dans le sable ; les gerbes de vents dans les souffles d'écume, jusque au fond de ses oreilles frémissantes. Un croassement la sorti de son agréable transe.
- Tiens, qui voilà? Gloussa-t-elle en promenant ses yeux sur la plage. Une grenouille sautillait à sa rencontre. Qu'est ce que tu fais la? T'as l'air bien loin de ton ruisseau!
- Croa.
- Ouais, hin hin... Moi c'est Safrania... Qui fête le nouvel an la cervelle pleine de chimie.
- Croa... Fit la grenouille en sautant sur un rocher sortant du sable.
- Ha... C'est drôle, on jurerait que tu essaie de me dire quelque-chose...
- Croa!
- Encore? Mais parle donc! T'es bien une rainette non? Verte comme t'es!
Une étrange aura entourait la batracienne. Un bout de lune faisait luire ses grands yeux et lui donnait une expression de malice. Safrania ne souriait plus.
Quoi?! Tu viens railler? Ou vas-tu me dire ce que je veux savoir? Lâche le morceau ou fiche le camp!
- Croa. Dit l'autre en relevant les bords de sa bouche dans un air de défiance amphibienne.
- C'est ça fous-toi de ma gueule petite crevure! Cria la gobeline en fracassant sa bouteille. Sans doute espérait-elle la faire fuir, mais la rainette se laissa écraser, lacérée par les éclats de verre. Safrania resta interdite quelques secondes, lâcha le tesson de la bouteille et balbutia quelque chose qui ressemblait à des excuses.
"Croa".
Safrnia se retourna lentement... Une deuxième grenouille émergea de l'océan, puis deux, puis dix. "Croa, croa" dirent-elles à l'unisson. "Croa", ajouta celle qui gisait tantôt sur la pierre.

La gobeline chancela et rampa dans le sable à la recherche du tesson de sa bouteille à l'odeur de pamplemousse. Quand elle releva la tête, un millier de batraciens sortaient de l'eau. Lorsque elle brandit les pointes de verre, la pleine Lune révélait une immense marrée noire qui envahissait la plage dans un effroyable croassement.
Un jappement terrifié parvint à s'échapper du gosier de la gobeline qui vit volte-face et se précipita vers les marches. Elle aurait bien aimé appeler au secours, mais c'était toujours le même cri étranglé qui lui serrait la gorge. Enfin, elle aperçu les murs de Cabestan. Les lampions étaient éteint, la ville s'était tue. Safrania s'écrasa contre la porte close de la taverne, malmena la poignée puis frappa avec ses poings et ses pieds, jusqu'à ce qu'un filet de lumière s'échappe de l'embrasure... La porte s'ouvra lentement devant ses yeux un instant revigorés, qui se figèrent définitivement en une expression horrifiée. Elle recula... Sur le pas de la porte, une immense salamandre s'avançait... Elle était à peine plus grande que la gobeline, juchée sur deux pattes, deux autres pendant le long de son corps poisseux maculé de plaques jaunes. Safrania se retourna sans savoir si ses jambes supporteraient une nouvelle retraite... Peine perdue : d'autres tétrapodes démesurés s'avançaient dans les rues blafardes. Ils portaient des tambours d'os autour du cou qu'ils frappaient à l'unisson dans une cadence funèbre. Boum! Boum!. Ils avançaient vers la gobeline dont la gorge se noua pour de bon. Boum! Boum! Ses jambes crièrent grâce ; elle s'écroula. L'éclat des étoiles coula en elle, suivit d'une cohorte de figures monstrueuses.

***

Safrania se retourna dans son lit et se dressa, pantelante, à la force de ses bras gourds. Boum, boum... Ça n'était que son cœur. Elle garda les yeux ouverts dans la pénombre puis poussa un murmure rauque ; un grognement lui répondit ; un regain de panique lui broya l'abdomen. Puis ses yeux reconnurent enfin son compagon du nouvel an affalé près d'elle. Quelques secondes ou bien une minute plus tard, elle souffla profondément et retomba la tete dans son oreiller.
***

By Don Safrania,
Est ce qu'ils comprendront le coup de la Salamandre ? Et du tambours d'os? Pour la Rainette, je pense que c'est bon. C'est pas trop gore, mais désolé quand même No .


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: À la recherche de Rainette   

Revenir en haut Aller en bas
 
À la recherche de Rainette
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Héritiers du makoa loa :: Vies de trolls :: Histoires autour du feu-
Sauter vers: